Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> La Turquie d’Atatürk à Erdoğan

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

La Turquie d’Atatürk à Erdoğan

Erdoğan et la nostalgie ottomane


Le coup d’État de 1997 n’a pas apporté aux Turcs la stabilité espérée, faute de relève politique. Le kémaliste Bülent Ecevit redevient Premier ministre tandis que le régime se délite dans les affaires. La gestion calamiteuse du tremblement de terre de l’été 1999 achève de discréditer la classe politique.

Nombre de think tanks américains affichent dès lors leur méfiance envers l’intégralisme kémaliste et une laïcité « fermée ». L’Union européenne va dans le même sens et s'inquiète pour les négociations en vue de l'adhésion de la Turquie à l'Union. Gelées depuis les années soixante, ces négociations ont repris sous l’impulsion de Turgut Özal et en 1995 la Turquie et l’Union européenne ont mis en œuvre l’union douanière. En 1999, la Turquie s'est vue reconnaître le statut de candidat. Or la Constitution issue du coup d’État militaire de 1980 paraît bien éloignée des critères de Copenhague (démocratie, droits de l’homme, droits des minorités)...

C’est dans ce contexte qu'émerge le mouvement de Recep Tayyip Erdoğan. Issu d’un quartier populaire d’Istanbul, Kasımpaşa (sa famille est originaire de l’extrême nord-est de la Turquie, au bord de la mer Noire), élevé dans un milieu pieux et dévoué à Menderes, Erdoğan est un parfait produit des écoles imam-hatip.

Son style à la fois direct et émotif est très en phase avec son public. Marqué dès sa jeunesse par une idéologie islamiste très dure, il a fait ses classes politiques sur le terrain, tout en se liant avec le monde entrepreneurial musulman ou avec les confréries. Il va très vite se hisser au sommet de l'État et consolider peu à peu son pouvoir jusqu'à apparaître comme le deuxième fondateur de la jeune République turque après Atatürk.

Recep Tayip Erdogan reçoit le président palestinien Mahmoud Abbas dans son palais néo-ottoman d'Ankara, le 12 juin 2015 (DR)

Vers un État autoritaire et impérial

La victoire d'Erdoğan, en 1994, à la tête du grand Istanbul est aussi celle du pragmatisme : Erdoğan a mis en place tout un appareil de campagne, mobilisant notamment une armée de jeunes filles enthousiastes, faisant parfois campagne tête découverte. Devenu maire, Erdoğan n’hésita pas à commencer la première réunion du conseil municipal par une prière en lieu et place de la minute de silence pour Atatürk ou à interdire la vente d’alcool dans les établissements gérés par la municipalité. Erdoğan envisageait déjà à l’époque de construire une mosquée sur la place Taksim, haut lieu à Istanbul du kémalisme et des manifestations de gauche.

11-	Gecekondu (bidonville) à Istanbul (DR)En même temps, grâce à ses technocrates, la mairie a été en mesure d’assurer une aide aux plus démunis ou d’améliorer un approvisionnement en eau ou en gaz des foyers jusque là problématique. Jusqu'à ce que les autorités destituent le maire en 1998 et le condamnent à de la prison ferme pour avoir récité un poème nationaliste et tenu un discours anti-laïque.

Emprisonné pour quatre mois, de mars à juillet 1999, il sort de prison en appelant à la transformation de l’islam politique en un mouvement conservateur démocrate-musulman, dans une société ouverte.

Rompant avec Erbakan, il fonde en 2001 un nouveau parti, l’AKP (Parti de la Justice et du Développement), en s’appuyant sur une nouvelle génération de cadres, dont Abdullah Gül, passé par la Banque islamique de développement.

Le contexte est on ne peut plus favorable : une crise financière, déclenchée en février 2001 par une vague de spéculation subite alimentée par le conflit entre le Président Sezer et le Premier ministre Ecevit, a fait s’écrouler la monnaie turque, mettant en danger toute l’économie (...).

Version intégrale pour les amis d
L'auteur : Thomas Tanase

Thomas TanaseThomas Tanase, diplômé de l’Institut d’Études politiques de Paris, est docteur et professeur agrégé d’histoire.

Ancien membre de l’École française de Rome, il a également travaillé à l'IFEA (Institut français d'études anatoliennes). Il est l'auteur de travaux sur la papauté et l'Asie, ainsi que d’une biographie de Marco Polo (Ellipses, 2016).

Publié ou mis à jour le : 2016-07-28 14:57:03

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Mamadou SY (02-08-201621:06:49)

J'aimerais bien recevoir cet article que je trouve très intéressant pour tous ceux qui veulent savoir ce qui se passe en Turquie.
Merci d'avance


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Sous quel pseudonyme est plus connu Henri Beyle ?

Réponse
Publicité