Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> Jérusalem
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

Jérusalem

biographie


Simon Sebag Montefiore (Le livre de Poche, 1056 pages, 9,60 euros,  2013)

Jérusalem

Deux ans après sa traduction en français en 2011, la publication en livre de poche de «Jérusalem : biographie» de Simon Sebag Montefiore est l’occasion de donner un rapide aperçu de ce livre foisonnant.

Impossible de résumer en quelques paragraphes une épopée historique qui s’étend sur plus de trois millénaires, depuis l’arrivée du peuple juif en terre promise sous la conduite de Moïse jusqu’à la reconquête de Jérusalem par l’armée de Moshe Dayan durant la guerre des Six Jours.

Sa lecture donne le vertige, avec une révision accélérée de connaissances éparses : d'une traite, on passe ici de Jésus et Mahomet aux rois David et Hérode puis à Saladin et David Ben Gourion.

La mise en perspective n’est pas étrangère au fait que son auteur est le descendant d’un des personnages de l’Histoire de Jérusalem, le philanthrope anglais Sir Moïse Montefiore qui défendit au XIXe siècle la cause de ses coreligionnaires et facilita leur implantation.

Au lieu de prétendre à une impossible exhaustivité, bornons-nous à quelques noms choisis dans l’étonnante galerie de portraits de cette somme historique :

Le roi Hérode mena une étonnante carrière d’assassin des membres de sa propre famille, qui finit par lasser jusqu’à ses protecteurs romains les mieux disposés : après avoir occis son épouse Mariamne, dernière représentante de la prestigieuse dynastie hasmonéenne créée un siècle plus tôt par le libérateur de la Judée Simon Macchabée, il trucida leurs deux fils dont la légitimité dynastique éclipsait sa piètre ascendance de parvenu. On ne prête qu’aux riches : la Bible lui impute le massacre des Innocents ;

Titus, amant de la princesse juive Bérénice, qu’il devra répudier pour succéder à Vespasien à la tête de l’empire romain, fait détruire le temple de Jérusalem à l’issue d’un siège émaillé d’invraisemblables cruautés, que le chapitre d’ouverture détaille comme le ferait un magazine à sensation : incendie d’une cour encore occupée par des milliers de défenseurs, crucifixion des survivants, éviscération des fugitifs pour vérifier s’ils n’ont pas caché leur or en l’avalant... ;

Moshe Dayan, qui permit à l’armée israélienne de reprendre l’esplanade du Temple de Jérusalem après dix-neuf siècles de dominations romaine, turque, franque ou arabe, était un militaire au dynamisme légendaire qui connut un jour l’infortune de voir une balle ennemie enfoncer les jumelles au travers desquelles il regardait.

La perte de l’usage d’un œil ne l’empêcha pas de poursuivre sa carrière et de se montrer audacieux pour deux, au début de la guerre des Six Jours, où il sut forcer la main du Premier ministre Levi Eshkol pour reprendre la partie de Jérusalem convoitée par les juifs depuis l’époque romaine.

Michel Psellos


Publié ou mis à jour le : 10/06/2016 09:42:47

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quel est l'actuel nom de Stalingrad ?

Réponse
Publicité