Mahé de la Bourdonnais (1699 - 1753)

Il fonde l'empire français de l'océn Indien

Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais, Antoine Graincourt, vers 1751, Lorient, Musée de la Compagnie des Indes.Bertrand-François Mahé de la Bourdonnais fut un grand marin français, un visionnaire et un homme d’affaire ambitieux. Ce Malouin, très tôt engagé dans la Compagnie des Indes, joua un rôle capital dans le développement du premier empire colonial français.

Il déploya son talent et son énergie comme comme chef d’escadre dans l’océan Indien et gouverneur de l'île Bourbon (La Réunion) et de l'île de France (Maurice), dans l'archipel des Mascareignes.

Mais en butte à l'hostilité de Dupleix, gouverneur de Pondichéry, et de la Compagnie des Indes orientales, il fut embastillé par Louis XV pour intelligence avec l’ennemi et malversations avant d'être innocenté ! Trois siècles après, l'injustice perdure. Ne le voilà-t-il menacé d'être relégué dans les poubelles de l'Histoire sous l'accusation de n'avoir rien fait contre l'esclavage ?

Matthias Mauvais
Mahé de la Bourdonnais « annulé » à Saint-Denis-de-la-Réunion

Statue de La Bourdonnais au Barachois, à Saint-Denis (La Réunion), qui doit être prochainement déboulonnée. La maire de Saint-Denis, Érika Bareigts, a décidé, avec la complicité de l’État, de reléguer la statue de Mahé de La Bourdonnais dans la caserne militaire Lambert toute proche alors qu’elle trône, bien visible, sur le front de mer de la capitale de La Réunion. Une façon de réduire ce grand bâtisseur à sa seule dimension militaire. L’édile socialiste se justifie par le fait que La Bourdonnais aurait encouragé l’esclavage. Forcément, en tant que gouverneur et bâtisseur de l’île Bourbon (La Réunion) et de l’île de France (Maurice), Mahé de La Bourdonnais avait besoin de main d’œuvre et l’esclavage est un fait historique. Il n’est pas question de nier ce fait de société. Mais le juger avec nos yeux d’aujourd’hui et vouloir en effacer les traces relève justement de la « cancel culture » visant à effacer notre Histoire. Il faut regarder la réalité en face, d’autant qu’à La Réunion comme à Maurice, nombreux sont ceux qui portent à la fois du sang d’esclave et du sang d’esclavagiste. On peut dire, pour Mahé de La Bourdonnais, qu’il s’agit d’un déboulonnage en droite ligne avec ce qu’on voit aux États-Unis, alors que le président Macron avait déclaré être opposé à cette pratique.

Alain Foulon (L'Éco austral, N°378, Mai 2023)

Plan de Saint-Malo, XVII ou XVIIIe siècle, Paris, BnF, Gallica. Agrandissement :  Port De S.t Malo Vu devant S.t Servan en face de l'Éperon, Nicolas-Marie Ozanne, 1776, Paris, BnF, Gallica.

Au service de la Compagnie des Indes

Bertrand-François vint au monde le 11 février 1699 en la ville de Saint-Malo, dans cette même cité bretonne qui donna tant de grands marins et de corsaires à la France. De son enfance nous ne savons presque rien, cependant, en bon Malouin, il ne put échapper à cette même vocation qui animait tant de ses compatriotes.

Issu d’une famille de bonne noblesse bretonne qui avait dû se réduire à pratiquer le négoce, son père Jacques Mahé, sieur de La Bourdonnais, était lui-même un armateur et capitaine de navire. Il n’est donc pas étonnant de voir son fils aîné suivre la même voie, d’autant plus que Saint-Malo - la Tyr française ou bien la « Venise du Nord » comme l’appelait Chateaubriand, autre Malouin célèbre - était devenu au XVIIIe siècle l’un des premiers ports de France. Chaque jour, des navires revenaient des Indes ou des Amériques, chargés de cargaisons d’or, d’épices ou bien d’étoffes précieuses.

Portrait de Louis XIV orné de diamants offert par le roi en novembre 1696 à Alain Porée à la suite de sa prise du vaisseau de guerre anglais Darmouth.À l’âge de dix ans, Bertrand-François assiste au retour du capitaine Alain Porée, parti en expédition dans les mers du Sud et qui revient avec autant de marchandises à la valeur inestimable que d’histoires fabuleuses à raconter sur les contrées lointaines et leurs populations. On comprend donc que dans ses Mémoires, il ait pu écrire : « Dès mon enfance, j’eus un goût décidé pour la mer et je me suis trouvé à portée de l’apprendre avec les meilleurs maîtres ».

Suite à cet événement, le jeune Mahé de la Bourdonnais décide de s’engager comme mousse sur un navire en partance pour les Indes. Il n’aura, à son retour, qu’un seul désir : repartir. Au même moment, les Malouins apprennent avec fierté que l’un de leur compatriote, le corsaire Duguay-Trouin, venait de prendre Rio de Janeiro aux Portugais.

À l’âge de quatorze ans, le jeune homme s’embarque à nouveau, cette fois pour les colonies bataves de la Philippine et des Indes néerlandaises. Là-bas, il rencontre un père jésuite qui lui enseigne les mathématiques, ce dont il saura se servir à bon escient tout au long de sa vie de marin.

Blason de la Compagnie française des Indes, Lorient, Musée de la Compagnie des Indes.Enfin, en 1718, la Compagnie française des Indes orientales lui propose une charge de lieutenant en second sur l’un de ses bâtiments. Bertrand-François n’a alors que dix-neuf ans mais il s’empresse d’accepter cet emploi qui va lui faire voir la Méditerranée, la Mer du Nord et l’Atlantique.

La Compagnie des Indes orientales avait été fondée par Jean-Baptiste Colbert en 1664, sur le modèle de l'East India Company anglaise (fondée en 1600), et de la VOC hollandaise (Verenigde Oost Indische Compagnie) fondée en 1602. Elle avait alors pour but de «  procurer au royaume l'utilité du commerce [d'Asie] et d'empêcher que les Anglais et les Hollandais n'en profitassent seuls comme ils l'avaient fait jusqu'alors. »

La Compagnie bénéficiait de tous les privilèges d'un souverain : monopole du commerce avec l'Orient, droit de propriété des terres occupées, droit de justice souveraine, droit de battre monnaie, d'établir des garnisons, d'armer des navires de guerre et de commerce, jusqu'au droit d'esclavage.

C’est depuis le port de Lorient - construit à l’occasion de la fondation de la Compagnie - que les navires français s’embarquaient pour les Indes, à l’instar de L’Argonaute sur lequel naviguait La Bourdonnais qui partit en 1722 pour Pondichéry pour en rapporter une cargaison de café d’Arabie.

Carte de l' Inde et du Sri Lanka, illustrant la localisation des colonies et comptoirs européens sur le subcontinent entre 1501 et 1739, Philadelphie, Université de Pennsylvannie.

La prise de Mahé

En 1725, Mahé de La Bourdonnais, alors âgé de 26 ans, venait d’être nommé capitaine lorsqu’il rejoignit l’expédition commandée par Antoine-François de Pardaillan de Gondrin qui devait reprendre la ville de Mahé situé sur la côte de Malabar en Inde. En effet, le prince indien Bayanor avait expulsé les agents et les employés de la Compagnie qui y avait installé un comptoir.

Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais, Charles Giron, XIXe siècle, musée du quai Branly - Jacques Chirac.Le siège des Français durait depuis quelques temps mais n’aboutissait qu’à des échecs tant les Naïres (les soldats indiens) se défendaient bien et tant la côte était difficile à aborder.

Dès son arrivée, La Bourdonnais proposa un plan. Il fit construire un radeau blindé avec des sacs de coton qui transportèrent 300 hommes dans le but d’atteindre la côte sans dommage et en bon ordre. Puis il commanda à ses navires un feu nourri pour soutenir le débarquement et fit incendier les habitations qui entouraient la citadelle. Se voyant cernés par les incendies, les Indiens assiégés préférèrent se rendre aux Français.

La Bourdonnais proposa ensuite d’en profiter pour attaquer tous les établissements indiens de la côte malabare. Mais son ambition et son intelligence lui attirèrent la méfiance de la Compagnie qui en oublia de le féliciter pour son action qui avait pourtant permis de pérenniser le commerce sur la côte.

De dépit, Mahé de La Bourdonnais quitta la Compagnie des Indes et décida d’armer pour son propre compte dans la mer des Indes. Il s’associa avec M. Lenoir, le gouverneur et véritable fondateur de Pondichéry, aujourd'hui tout aussi méconnu que lui en France.

Arcade en treillis soutenant une vigne dans le jardin du gouverneur à Pondichéry au Tamil Nadu, Anonyme, XIXe siècle. Agrandissement : Vue du quai de Mahé sur la côte de Malabar, in Le Tour du Monde en 1863 (J. Guiaud).

Au service des Portugais

C’est ainsi que Mahé de La Bourdonnais accepta de se mettre au service du vice-roi des Indes portugaises à Goa.

Guerriers marathes et accompagnateurs, XVXe siècle, Photographies de l'Inde occidentale. Le Portugal à cette époque cherchait des hommes de valeur pour défendre ses possessions sans cesses menacées par les Anglais et les Hollandais.

Pendant deux ans, il s’attaqua aux repaires des pirates marathes. Ces guerriers - après avoir vaincu le Grand Mogol et s’être rebellés contre leur propre roi - s’étaient installés sur la côte indienne dans des camps fortifiés d’où ils menaçaient chaque navire passant à leur portée.

Pour remercier La Bourdonnais de ses actions, le vice-roi des Indes portugaises le décora de l’Ordre du Christ et lui envoya des lettres de noblesse. Néanmoins, suite à une nouvelle déception (les Portugais lui avait promis le commandement d’une expédition contre Mombasa sur la côte orientale d’Afrique mais celle-ci fut annulée), La Bourdonnais décida de rentrer en France.

Le nouveau gouverneur général des Mascareignes

De retour à Saint-Malo, il mena une existence de grand seigneur pendant quelques temps. Car si Mahé de La Bourdonnais était bel et bien un homme de guerre, il se révélait aussi être un homme d’affaires redoutable. Il avait réussi à amasser une fortune évaluée à un million de livres durant ces quinze années passées à commercer entre Pondichéry, la mer de Chine et l'Afrique orientale.

Cette fortune lui permit de contracter un brillant mariage en 1733 avec Marie Anne-Josèphe Lebrun de la Franquerie, la fille d’un capitaine de la Compagnie des Indes (il se remariera en 1740, deux ans après la mort de sa première femme, avec Charlotte de Combault d'Auteuil, fille du gouverneur d'Avallon, écuyer du prince de Condé).

Cependant son tempérament ne pouvait se contenter de cette vie monotone, d’autant qu’il n’avait que 34 ans.

Portrait de Philibert Orry, Anonyme d'après Hyacinthe Rigaud, vers 1738, Château de Versailles.Il décida donc d’aller à Paris pour demander audience auprès de Philibert Orry, le Contrôleur général des finances, à qui il put démontrer le bénéfice qui pouvait être tiré des possessions françaises de l'archipel des Mascareignes, aussi bien du point de vue du négoce que de la guerre.

Cet archipel, composé surtout des îles de France (Maurice) et Bourbon (Réunion), se trouvait compris dans le privilège de la Compagnie des Indes mais avait été dédaigné jusque-là.

Or, la position stratégique de ces îles, au large de Madagascar, en faisait des escales importantes sur la route vers les Indes après le passage du Cap de Bonne Espérance. La Bourdonnais proposa donc d’aménager ces îles et d’y faire construire des infrastructures pour qu’elles puissent servir de point d’approvisionnement et de rafraîchissement pour les navires de la Compagnie.

Il exprima son souhait de faire de ces îles le point clé de la présence française dans l’océan Indien en les utilisant comme base d’opérations contre les Anglais.

Dans ce but, il expliqua l’importance de privilégier le développement de l’île de France par rapport à l’île Bourbon, puisque la première, contrairement à la seconde, possédait deux rades en eau profonde pouvant accueillir deux ports faciles à défendre. En y construisant une forteresse, la colonie pouvait ainsi servir d’entrepôt pour les navires, ce qui permettrait de soutenir en toute circonstance les arrières des expéditions militaires et commerciales en Asie.

En 1733, Philibert Orry réussit à convaincre Louis XV de nommer Mahé de La Bourdonnais gouverneur général des Mascareignes pour le compte de la Compagnie des Indes.

En juin 1735, il rejoignit donc les îles sœurs où régnaient le désordre et l’insécurité à cause des pillages des Marrons (esclaves fugitifs) et du laisser-faire de la police et des fonctionnaires. Les habitations n’étaient alors que de simples cabanes et les infrastructures quasiment inexistantes, tandis que l’eau de source restait difficile d’accès. Par un travail acharné, La Bourdonnais entama le développement militaire et économique de ces îles qui s’apprêtaient dès lors à entrer dans l’Histoire.

Port Louis depuis La Petite Montagne au crépuscule, Thomas Bradshaw, XVIIIe siècle, Connecticut, Centre d'art britannique de Yale. Agrandissement : Port-Louis et sa cathédrale en 1812.

Comme prévu, il s’occupa avant tout de l’Isle de France, en commençant par aménager Port-Louis, principale ville de l’île, située entre la rade et les terres marécageuses. Pour l’occasion, il se fit à la fois ingénieur et architecte en dotant son port de quais et de chantiers où il fit construire plusieurs navires. Très rapidement, on vit apparaître de nouvelles maisons, des hôpitaux, des magasins et des arsenaux avec fortifications.

Puis il se lança dans le développement économique de l’île en réintroduisant de nouvelles cultures et en fondant des fabriques de coton et d’indigo. Pour cela il ordonna la construction de canaux et d’aqueducs qui permirent d’assurer l’acheminement de l’eau de source. Il put ainsi réintroduire durablement la canne à sucre dans l’île et même créer une sucrerie en faisant venir de France le matériel nécessaire. (Le Saint-Géran qui devait lui apporter l’équipement est d’ailleurs tristement connu puisqu’il fit naufrage et que l’épisode inspira, vingt-quatre ans plus tard, Bernardin de Saint-Pierre pour la fin de son roman Paul et Virginie ; Mahé de la Bourdonnais y apparaît d’ailleurs à plusieurs reprises.)

Pour nourrir les esclaves de l’île, La Bourdonnais favorisa la culture du manioc dont on faisait de la farine (la cassave) qui leur servait d’aliment de base. Il améliora aussi les conditions de vie des Européens en introduisant la culture du blé et du riz.

Il ne délaissa pas non plus l’île Bourbon (Réunion) où ses travaux consistèrent principalement à l’aménagement du port de Saint-Denis ainsi qu’à la fondation de la ville de Saint-Louis. Il traça de nouvelles routes, construisit le premier pont en bois de la colonie et y établit également des raffineries de sucre. Enfin tout comme sur l’Isle de France, il s’occupa de rétablir l’ordre en menant la chasse aux « marrons », esclaves en fuite qui se réfugiaient dans les hauteurs et représentaient jusqu’alors une menace permanente par leurs pillages.

Ces travaux coûteux de modernisation des ports lui attirèrent un jour les critiques et les reproches de l’un des directeurs de la Compagnie des Indes. Ce dernier demanda à Mahé de La Bourdonnais d’expliquer pourquoi ses entreprises furent aussi ruineuses pour la Compagnie, pendant que lui, semblait à l’inverse, s’être bien enrichi. « C'est que j'ai fait mes affaires selon mes lumières, et celles de la Compagnie d'après vos instructions », répondit le gouverneur.

La Bourdonnais dans la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748)

Après avoir montré ses talents d’administrateur, La Bourdonnais allait bientôt prouver qu’il était aussi un grand militaire.

Le 20 octobre 1740, le titulaire du Saint-Empire romain germanique Charles VI de Habsbourg mourrait à Vienne. En vertu de la Pragmatique Sanction de 1713 qui avait été ratifiée par l’ensemble des Etats européens, il léguait à sa fille aînée Marie-Thérèse, tous les États héréditaires de la maison de Habsbourg d’Autriche. Mais le traité ne fut pas respecté et le roi de Prusse Frédéric II lança les hostilités en envahissant la province de Silésie, déclenchant ainsi la guerre de la Succession d’Autriche.

Portrait de Jean Frédéric Phélypeaux de Maurepas, École française, XVIIIe siècle, musée du Domaine départemental de Sceaux.Dans cette nouvelle guerre européenne, Louis XV, malgré les réticences de son principal ministre le cardinal de Fleury, décida de «  travailler pour le roi de Prusse » en formant une coalition avec l’Espagne et la Bavière, tandis que Marie-Thérèse d’Autriche pouvait compter sur le soutien de l’Angleterre, des Provinces-Unies et de la Russie.

La Bourdonnais, qui était à Paris au moment de la déclaration de guerre de la France à l’Angleterre, comprit très vite, comme le dira Voltaire, que « cette secousse donnée à l’Europe » se fera obligatoirement « sentir aux extrémités du monde » (Précis du siècle de Louis XV, 1826).

Voyant là une occasion rêvée de voir enfin la France assurer le contrôle de la mer des Indes, il demanda au ministre de la Marine Jean Frédéric Phélypeaux de Maurepas, l’autorisation de commander une escadre. Celui-ci la lui accorda dans un premier temps mais c’était sans compter les récriminations de la Compagnie des Indes qui voyait dans cette entreprise un risque coûteux pour ses intérêts. La Compagnie française invoqua la neutralité instaurée avec la Compagnie anglaise pour que l’escadre soit rappelée. Elle n’y réussit que trop bien.

Protection du commerce, gravure du XVIIIe siècle, Lorient, Musée de la Compagnie des Indes.

Le gouvernement anglais de Saint-James, qui ne se souciait pas tant de cette neutralité entre compagnies de marchands et qui mettait au-dessus de celle-ci les intérêts de l’État, envoya une escadre qui fit main basse sur tous les bâtiments français qu’elle croisait au grand dam de La Bourdonnais. Face à ces inepties, il décida de réagir sans attendre.

À ses frais et avec le peu de moyens qui lui étaient accordés, il construisit hâtivement une escadre de fortune composée, d’après l’abbé Raynal - philosophe et historien contemporain de La Bourdonnais - « d'un vaisseau de soixante canons, et de cinq navires marchands armés en guerre » (Histoire Philosophique et Politique, 1772). Mahé de La Bourdonnais faisait encore preuve de cette qualité qui le définissait si bien, à savoir qu’avec peu, il était capable de faire beaucoup.

La bataille de Négapatam se termine par une victoire française avec la retraite des vaisseaux de la Navy, Nicolas Ozanne, XVIIIe siècle, Paris, musée du Louvre. Agrandissement : Reddition de la Cité de Madras, Swebach-Desfointaines, XVIIIe siècle.

La bataille de Négapatam et la prise de Madras

Dès que ses navires furent mis à flots, le capitaine malouin se mit à la recherche de l’escadre anglaise. Le 6 juillet 1746, vers 5 heures du matin, il retrouva enfin les six vaisseaux de guerre que commandait Lord Edward Peyton, dans le golfe du Bengale au large du comptoir néerlandais de Négapatam. La Bourdonnais était décidé à combattre et bientôt les premiers coups de canons furent échangés. Si l’on en croit Léon Guérin « L'Achille […] tira à lui seul mille coups de canon dans moins de deux heures » (Histoire maritime de France, 1844).

Finalement, après trois heures de combat, Lord Peyton et ses hommes prirent la fuite jusqu’à la baie de Trinquemale à l’île de Ceylan. Ainsi, « la mer des Indes fut aux Français ».

Cinq mois plus tard, en septembre 1746, La Bourdonnais réembarqua, cette fois avec neuf vaisseaux et mille cinq cents hommes, en direction de Madras (aujourd'hui Chennai), établissement anglais situé sur la côte de Coromandel (sud-est de l’Inde). Surnommé le « Londres indien », Madras était alors un entrepôt important du commerce anglais qui se disputait le contrôle de la région avec l’établissement français de Pondichéry, situé à 90 milles de distance sur la côte.

Bombardement de Pondichery en 1748 par la flotte anglaise, Royal Museums Greenwich.

Dans cette nouvelle entreprise, le gouverneur des Mascareignes était secondé par le capitaine Thomas Herbert de la Portbarré, également originaire de Saint-Malo, tandis que le gouverneur de Pondichéry Joseph François Dupleix, était lui aussi présent.

En arrivant aux abords de la ville, les Français firent face à une petite flotte anglaise qu’ils réussirent à disperser aisément. Puis La Bourdonnais disposa ses vaisseaux de façon à pouvoir diriger ses canons vers les fortifications anglaises. Le 20 septembre, le bombardement commençait mais avec une telle violence que le gouverneur anglais, effrayé par les dégâts causés et voyant bien qu’il ne disposait que de 500 hommes, proposa à La Bourdonnais de lui payer une rançon en échange de son départ.

Mais ce dernier, pour qui « l’honneur n’est pas chose qui se vende » déclara à celui qu’on avait envoyé traiter : « Je suis venu devant Madras pour y arborer le drapeau de la France, et ce drapeau y sera arboré ou je mourrai sous ces murs. » Alors les Anglais, voyant que le capitaine français et ses matelots s’apprêtaient à débarquer sur la plage, préférèrent se soumettre à leurs assaillants. C’est donc sans coup férir que La Bourdonnais reçut les clefs du « Londres indien ».

Relief sur le socle du Monument à la mémoire de Joseph François Dupleix, élevé en 1888 à Landrecis (France). Dupleix et son épouse au chevet des blessés pendant le siège de Pondichéry de 1748. Agrandissement : Statut de Dupleix devant la mairie.

La rivalité de Dupleix et l’affaire du « million de Madras »

Suite à la prise de Madras, un conflit au sujet du sort de la ville opposa La Bourdonnais à Joseph François Dupleix, gouverneur de Pondichéry et commandant général des établissements français de l’Inde.

Fin du siège de Pondichéry en 1748. Pondichéry, attaquée par terre et par mer par une forte armée anglaise résiste grâce à l'action de Dupleix, Louis Sergent Marceau, 1789.En effet, La Bourdonnais, qui avait pour instruction de ne garder « aucune des conquêtes qu'il pourrait faire dans l'Inde », acceptait tout de même de revendre une concession aux Anglais qui demandaient à rétablir leur établissement pour 1 100 000 pagodes (environ 9 millions de livres).

Dupleix, de son côté, ne partageait pas cette mentalité de corsaire qui caractérisait son rival et voyait d’un mauvais œil les succès du gouverneur des Mascareignes. Il refusa la transaction avec l’ennemi et prit la décision de faire raser Madras.

La Bourdonnais, exaspéré, décida de rentrer dans ses îles des Mascareignes. Il privait ainsi Dupleix du soutien de la marine, ce qui empêcha les Français d'obtenir une victoire complète face aux Anglais en Inde. Quant à la ville de Madras, elle fut finalement rendue à l’Angleterre en 1748 en vertu du traité d’Aix-la-Chapelle qui mit fin à la guerre de la Succession d’Autriche.

Vue du Fort Royal de la Martinique, François Denis, entre 1750 et 1760.

La Bourdonnais captif à Londres et… à la Bastille

La Bourdonnais n’était pas encore au bout de ses peines, car en arrivant dans les Mascareignes, il apprit qu’il était destitué de son poste de gouverneur à cause de l’affaire de Madras qui l’accusait d’entente avec l’ennemi.

Suite à sa destitution, il fut chargé par le nouveau gouverneur de conduire six vaisseaux vers la Martinique. Une fois sa mission accomplie et, se retrouvant par conséquent sans emploi, il rentra en Europe à bord d’un navire hollandais. Mais sur le retour il fut reconnu par des navires anglais qui le capturèrent et l’emmenèrent en Angleterre à Londres où il fut retenu comme prisonnier de guerre. Ses conditions de détentions furent néanmoins assez douces puisqu’elles se résumèrent à une simple obligation de ne pas quitter la capitale.

Portrait de Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais d'après Henri-Pierre Danloux, XVIIIe siècle, musée franco-américain du château de Blérancourt (Aisne).Pendant ce temps, son rival Dupleix envoyait en France des lettres où il l’accusait de trahison et de profits malhonnêtes contractés lors de l’affaire de Madras. Aussitôt La Bourdonnais demanda à rentrer en France pour se faire justice et défendre son honneur, ce qui lui fut accordé par les Anglais. En mars 1748, il fut reçu plusieurs fois à Versailles, où la Cour - d'après le Journal du marquis d'Argenson - lui réserva « l’accueil le plus cordial ».

Cependant, Dupleix et la Compagnie des Indes orientèrent Louis XV en sa défaveur. Le 3 mars, un commissaire de police se présenta à l’hôtel d’Entragues où séjournait La Bourdonnais ; il était doté d’une lettre de cachet du Roi qui enjoignait à conduire l’accusé à la Bastille. Il y fut placé en détention préventive pour intelligence avec l’ennemi et détournements au préjudice de la Compagnie des Indes, tandis que tous ses biens furent confisqués.

La Bourdonnais resta à la Bastille pendant trois ans ; durant la première année, il n’eut aucun contact avec sa famille et sa santé se dégrada nettement. Malgré tout, il ne désespérait pas que justice lui fût rendue un jour. C’est pourquoi il entreprit la rédaction de ses Mémoires dans le but de se justifier.

Malgré le peu de moyens dont il disposait, il traça également de mémoire une carte topographique de l’Océan indien sur laquelle il représenta le comptoir de Pondichéry ainsi que les îles de France et Bourbon. Voici comment il s’y prit : « Des mouchoirs gommés avec de l'eau de riz furent son papier ; il composa son encre avec de la suie et du marc de café [et peut-être avec son sang d’après la description qu’en fait la Bnf], un sou marqué, recourbé et assujetti sur un morceau de bois, devint une plume et un crayon entre ses doigts. Il n'eut besoin que de ses souvenirs pour dresser sa carte avec la plus exacte justesse. » (Histoire maritime de France, 1844)

À l’extérieur, le procès suivait son cours et finalement l’accusation ne réussit pas à prouver la culpabilité de La Bourdonnais. Il fut démontré que ce dernier n’avait ni contrevenu aux ordres du Roi, ni conclu d’accords secrets avec les Anglais et encore moins touché le fameux « million de Madras ». En outre, il s’avéra que la Compagnie des Indes, qui s’était largement endetté entre 1743 et 1746, avait voulu accuser La Bourdonnais de malversation pour se justifier auprès de ses actionnaires mécontents.

Le 3 février 1751, les magistrats de la Chambre de l’Arsenal l’innocentèrent par un jugement solennel et ordonnèrent qu’il soit libéré. Néanmoins, ses conditions de détention lui avaient laissé des séquelles graves et notamment une paralysie dont il ne se remettra pas. Ainsi, peu après sa libération, le 10 novembre 1753, Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais mourut à l’âge de 54 ans. Onze ans plus tard, la Compagnie française des Indes orientales fit faillite et l'archipel des Mascareignes fut racheté par Louis XV en 1766.

Bibliographie

Marius LEBLOND , Mahé de La Bourdonnais, Mame, 1951,
Michel MISSOFFE, « L'affaire La Bourdonnais », Revue des Deux mondes, juillet 1953, pp. 157-161,
Dureau REYDELLET, Mahé de La Bourdonnais, gouverneur des Mascareignes, CNH, 1994,
Bertrand-François, Mahé de LA BOURDONNAIS, Mémoires historiques […] recueillis et publiés par son petit-fils, Paris, Pélicier et Chatet, 1827.

Publié ou mis à jour le : 2023-11-19 07:17:33

Aucune réaction disponible

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net