1940-1944 : un historien engagé

Entretiens avec Marc Ferro

L'historien Marc Ferro en 2012. En agrandissement, couverture du livre de Marc Ferro, Pétain, éd. Fayard, 1993.Né en 1924 à Paris, Marc Ferro s'est engagé dans la Résistance avant de devenir le grand historien que l'on connaît. Il a beaucoup oeuvré pour rapprocher l'Histoire du cinéma et les téléspectateurs l'ont découvert à travers son émission Histoire parallèle (Arte).

Son domaine d’étude couvre l’ensemble du XXème siècle avec plus de 40 ouvrages. Il est l’auteur d’une biographie de Pétain (Fayard, 1993, 789 p.) qui fait référence sur le rôle joué par le « héros de Verdun » pendant l'Occupation.

Dans ces entretiens inédits, Marc Ferro confronte son expérience personnelle de la guerre avec l’Histoire telle qu’il l’a étudiée et enseignée après coup.

Erwan Barillot

« C’étaient les soldats allemands qui nous donnaient de l’essence… »

- Ier entretien : l'entrevue de Montoire
Pourriez-vous d'abord nous rappeler le contexte de l’entrevue de Montoire par laquelle débute la Collaboration ?

Il s’agit d’une vieille histoire ! Dès la crise de Munich en septembre 1938 et jusqu’à la déroute de juin 1940, Pétain a une idée fixe : œuvrer à la réconciliation franco-allemande. En tant qu’ancien combattant des tranchées, il s’imagine être le mieux à même de mener cette réconciliation avec le chancelier Hitler, lui-même ancien combattant des tranchées. De nombreux documents et témoignages en attestent. Par exemple, le compte-rendu de sa réunion avec l’ambassadeur Américain Bullit, le 4 juin 1940, au cours de laquelle il sollicite l’entremise des États-Unis pour favoriser la réconciliation entre les ennemis d’hier. Enterrer la hache de guerre est une véritable obsession chez lui. Selon ses propres termes, « le vrai courage consiste à traiter avec l’ennemi ». Précisons que l’entrevue de Montoire a lieu avant que la France ne découvre les horreurs commises par le régime nazi. À l’époque, l’opinion est surtout focalisée sur d’autres questions comme le sort des réfugiés républicains espagnols par exemple.

Quelle est l’image de Pétain dans l’opinion publique française ?

Portrait de Philippe Pétain par Marcel Baschet en 1926 parue dans L'illustration, n° 5074 du 1er juin 1940, Paris, BnF, Gallica. En agrandissement, de gauche à droite : Maxime Weygand, Paul Baudouin, Paul Reynaud et Philippe Pétain à la sortie du Conseil des ministres du 21 mai 1940, L’Illustration, n° 5073 du 25 mai 1940, Paris, BnF, Gallica.Lorsque le Président du conseil, Paul Reynaud, le nomme au gouvernement, la classe politique est unanime à saluer cette décision, y compris à gauche. Il ne faut pas oublier que Pétain jouit d’une réputation de « Maréchal républicain », Léon Blum lui-même le décrit comme « le plus noble et le plus humain de nos chefs militaires ». Pétain bénéficie également d’une importante assise populaire. Du point de vue du Français moyen qui a combattu dans les tranchées à Verdun en 1916, il était le seul général à se soucier de leurs conditions de vie. Il goûtait leur soupe, et pas seulement pour la caméra ! Dans l’entre-deux guerre, il a conservé cette assise puisqu’en 1935, un sondage publié dans le Petit Journal le plaçait en tête des personnalités à appeler à la direction du pays en cas de péril. Le 18 mai 1940, en nommant Pétain dans son gouvernement, Paul Reynaud espère mettre à son profit le soutien populaire dont le Maréchal bénéficie.

Dans quel état d'esprit Pétain se trouve-t-il à son entrée au gouvernement ?

Il est déterminé à agir. Il veut contrecarrer l’idée qu’il serait un dirigeant faible, indécis, un « général de tranchées », comme certains chefs militaires l'avaient surnommé pendant la grande guerre, par opposition à son rival Foch, l’architecte des grandes offensives. Pétain est un homme qui s’est senti profondément méprisé par une partie du haut commandement militaire. Non seulement on a attribué la victoire de Verdun au général Nivelle mais en 1918, on l’a privé d’une victoire visible en demandant l’armistice alors qu’il était sur le point de franchir le Rhin. Le 10 juillet 1940, quand l'Assemblée Nationale lui confie les pleins pouvoirs à une très large majorité (569 voix pour et 80 voix contre), Pétain considère aussi cet avènement comme une revanche personnelle. Mais ce ne sera pas suffisant. Il conservera toute sa vie cette rancœur, très profonde, qui contribuera à expliquer son comportement narcissique par la suite.

La collaboration est aussi le fait d’un autre homme : Pierre Laval, le chef du gouvernement de Vichy. Quel ressort l’anime lorsqu’il se rapproche d’Otto Abetz, l’ambassadeur du IIIe Reich en France ?

Il y a un paradoxe dans la collaboration entre la France de Vichy et l’Allemagne d’Hitler : elle est l’œuvre de deux hommes qui n’éprouvent aucune sympathie particulière pour le nazisme. Autrement dit, la raison de la collaboration entre Pierre Laval et Otto Abetz n’est nullement idéologique, elle est stratégique pour l’un, affinitaire pour l’autre. Pierre Laval « croit en la victoire de l’Allemagne » comme il l’écrira d’abord avant d’être rectifié par Pétain qui lui suggérera de préférer son désormais célèbre « Je souhaite la victoire de l’Allemagne ». Jusqu’au dernier moment, c’est-à-dire jusqu’au lancement des missiles V1 et V2 en juin 1944, Pierre Laval est persuadé que la puissance de feu allemande emportera la guerre.

De gauche à droite, Philippe Pétain,  Otto Abetz, ambassadeur d’Allemagne et Pierre Laval avant l’entrevue de Montoire, le 24 octobre 1940.

Et du côté d’Otto Abetz ?

Otto Abetz éprouve un réel attrait pour la France. Il parle couramment français, il est marié à une Française et surtout, il se passionne pour la culture française, son cinéma et sa littérature.
Otto Abetz, ambassadeur d’Allemagne à Paris, Paris, BnF, Gallica. En agrandissement, Pierre Laval et Otto Abetz à Munich, le 10 novembre 1942. À la tête du comité culturel franco-allemand de 1934 à 1939, il a multiplié par cinq le nombre d’ouvrages en langue française traduits en allemand ! Il était par ailleurs l’initiateur de cérémonies, colloques et autres rencontres culturelles, souvent fastueuses, au cours desquelles de grands intellectuels français logeaient dans de magnifiques hôtels en Allemagne. Plutôt que de promouvoir auprès des Français l’idéologie nazie ou les œuvres de la culture aryenne, Otto Abetz préfère mettre à l’honneur la culture de notre pays. Si bien qu’en 1940, il passe pour francophile et c’est très précisément la raison pour laquelle Hitler le choisit ! Le Führer a suffisamment d’intelligence tactique pour mesurer que le plus sûr moyen de faire accepter l’occupation à la France n’est pas l’hostilité frontale mais la séduction. Otto Abetz joue à merveille ce rôle de séducteur, de charmeur, voire d’enchanteur…

N’agit-il pas d’autant plus facilement qu’il règne à l’époque un certain ressentiment anti-anglais ?

C’est exact. L’hostilité à l’égard des Britanniques, ancrée dans la tradition française, s’explique tant par la concurrence que se livrent les deux empires sur le plan colonial que par la mauvaise réputation dont pâtissent les soldats britanniques dans l’opinion publique française. Depuis la Grande Guerre, ils sont perçus comme des « tire-au-flanc », qui « se débrouillent toujours pour se battre avec le sang et l’argent des autres ». Même s’ils ont choisi des voies radicalement opposées, Pétain comme de Gaulle leur reprochent leur moindre engagement au cours de la bataille de France, en mai et juin 1940, et condamnent tous deux l’attaque de Mers-el-Kébir, début juillet. C’est à ce moment-là que le ressentiment à l’égard des Britanniques atteint son paroxysme.

Vous qui étiez lycéen à l’époque, quel souvenir gardez-vous de cette période ?

L’attaque de Mers-el-Kébir a rendu la moitié de ma classe de première anglophobe ! À l’inverse, aucun d’entre nous n’étions germanophobes pour la raison que jusque-là, force était de reconnaître que l’armée allemande s’était comportée de façon « correcte ».
Illustration de la propagande de Vichy après l'attaque de Mers-el-Kébir, archives municipales de la Ville de Pantin et musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne. En agrandissement, affiche de propagande allemande contre les Britanniques après l'attaque de Mers el-Kébir. Signée SPK., Ph. Jeanbor © Archives Larbor (Larousse). Ma famille et mes camarades de classe avons fait l’exode dans les conditions pathétiques que l’on sait : nous fuyions vers le sud sans savoir où aller et à notre retour, c’étaient les soldats allemands qui nous donnaient de l’essence ! Lorsque les enfants n’avaient pas à manger, ils leur distribuaient même des pommes. C’était l’été, ils étaient beaux garçons, ils paradaient en uniforme dans les rues de Paris, ils prenaient des douches sur la Place de la Concorde… Je me rappelle par exemple qu’un jour que nous allions acheter le pain dans notre pâtisserie habituelle du VIIIe arrondissement, nous avons croisé deux soldats de la Wehrmacht qui nous ont offert une partie des gâteaux qu’ils venaient d’acheter. Les soldats allemands, pendant les mois de juillet et août 1940, se sont montrés « charmants », un peu à la manière d’Otto Abetz. Il régnait à leur égard un sentiment de surprise un peu amusée, qui atténuait l’hostilité d’un vaincu pour un vainqueur.

Dans ce contexte, comment l’opinion publique accueille-t-elle l’entrevue de Montoire ?

En octobre 1940, l’opinion ne confère pas à Montoire la portée symbolique que l’Histoire lui a accordée par la suite. Quand Pétain décide du renversement d’alliances au profit de l’Allemagne, il le justifie par le précédent de Napoléon à l'entrevue de Tilsit. La rencontre avec Hitler est apparue comme une illustration parmi d’autres de la vieille politique ! Mais au-delà des motivations stratégiques, il est impossible de comprendre le phénomène de collaboration sans se projeter dans le climat de l’époque, celui que je viens de vous décrire. En 1940, la majorité des Français ne souhaitait pas se battre.

Des soldats allemands devant le Moulin Rouge en juin 1940, photographie Heinz Boesig, Coblence, Bundesarchiv.

Avec le recul, on a du mal à comprendre comment tant de Français, au début du moins, ont pu rester inertes face au nazisme…

Il faut bien comprendre qu’à l’époque, tout le monde ou presque ignore ce qu’est le nazisme, Pétain y compris. Il considère l’Allemagne comme une puissance militaire ancrée dans l’Histoire longue, et ne perçoit pas à cette date le caractère véritable du national-socialisme, dont l’extrême brutalité est une spécificité. Ce n’est que la semaine où il doit rencontrer Hitler qu’il demande à Gillouin, l’un de ses conseillers, de parcourir « Mein Kampf » pour lui en résumer les grands traits… Mais il n’y prête que peu d’attention et ne cesse de sous-estimer Hitler. Tenez, après l’entrevue sur le quai de la petite gare de Montoire, Pétain confie à son chef de cabinet, le général Laure, que le Führer lui a fait l’impression d’un « parvenu gonflé ». À un autre de ses proches, il traite Hitler de « rien du tout ». Non seulement il ne se doute de rien mais, à l’image des classes dirigeantes françaises de l’époque, il sous-estime celui qu’il ne voit que comme un petit caporal autrichien…

À quand remontent les premières organisations de résistance ?

À ma connaissance, les premières traces d’hostilité manifestes à l’encontre de l’occupant allemand datent du 11 novembre 1940, avec les manifestations d’étudiants. Pourtant à l’époque, je vous assure que ni moi ni aucun de mes proches n’en avons eu connaissance. Pas plus que de Gaulle, d’ailleurs ! En 1940, rares sont ceux qui entendent son fameux Appel, et l’identification de la figure de l’homme du 18-Juin par l’opinion est tardive, essentiellement pour des raisons de communication.

Panzer IV et Panzer II de l'armée allemande se déplaçant à travers les champs en URSS lors de l'opération Barbarossa, juin 41, Coblence, Bundesarchiv. En agrandissement, Canon soviétique de 122 mm aux abords de Moscou, photographie de Viktor Temine, 1941.

Quel est l’événement qui change la donne ?

L'invasion de l'URSS par la Wehrmacht provoque sur le territoire français les premiers actes de terrorisme, selon la terminologie officielle. Ces actes sont principalement le fait de communistes, mais pas uniquement. Le gaullisme émerge dans l’opinion comme cette force non communiste qui espère retourner la situation avec l’aide d’autres puissances : la Grande-Bretagne bien sûr, l’URSS désormais et bientôt les États-Unis. À titre personnel, je me rappelle que le jour où on m’a appris l’entrée en guerre de l’URSS, j’ai instinctivement demandé : « Contre qui ? » L’Allemagne ou l’Angleterre ? Cette question un peu ingénue mais pas totalement infondée (l’Histoire a montré que l’invasion de l’Angleterre par l’URSS avait effectivement été envisagée) témoigne du climat d’incertitude qui règne à l’époque. Le jour de l’invasion de l’URSS, il se produit une coupure dans l’Histoire. Avec le recul, on se représente la période de la Seconde Guerre mondiale comme un bloc. Pourtant, à partir du 22 juin 1941, c’est bien une autre guerre qui commence… [Suite des entretiens]


Épisode suivant Voir la suite
Le Chant des Partisans
Publié ou mis à jour le : 2021-04-17 18:51:22

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net