667 av. J.-C. à 1453

De Byzance à Istamboul

Peu de métropoles ont porté autant de noms que celle-ci (note). Elle a été fondée en 667 avant notre ère par des colons grecs venus de Mégare qui lui ont donné le nom d'un roi légendaire, Byzance.

La cité s'est développée grâce à sa situation exceptionnelle entre l'Europe et l'Asie, sur les détroits qui mènent de la mer Méditerranée à la mer Noire. Elle est en effet située sur un promontoire à l'entrée du Bosphore. Cet étroit chenal ouvre au nord sur la mer Noire (Pont-Euxin en grec ancien) et au sud sur la mer de Marmara. Cette dernière est une mer fermée qui débouche elle-même sur la mer Égée et la Méditerranée par le détroit des Dardanelles, que les Grecs anciens appelaient Hellespont.

De ce fait, on dit usuellement de la cité qu'« elle commande les Détroits » (Bosphore et Dardanelles).

Séduit par sa position stragégique, l'empereur romain Constantin Ier y établit sa nouvelle capitale en remplacement de Rome en 330 de notre ère. Il lui donne le nom officiel de Nouvelle Rome.

Après la mort de Constantin, la cité prend son nom et devient Constantinopolis, ce qui veut dire ville de Constantin en grec (Constantinople en français).

En souvenir de ces origines, le patriarche orthodoxe grec porte aujourd'hui encore le nom officiel de « patriarche de Constantinople-Nouvelle Rome ».

Il réside dans le quartier du Phanar (ainsi nommé d'après une lanterne qui signalait autrefois ce quartier) entouré d'un synode de 12 évêques. Ils sont comme lui élus à vie.

Les avatars d'une métropole improbable

Constantinople va conserver son nom officiel, y compris sous sa forme turque Constantiniya, aussi longtemps qu'elle demeurera la capitale d'un empire, soit pendant plus de quinze siècles.

Capitale de l'empire romain puis de l'empire romain d'Orient, enfin de son avatar l'empire byzantin, Constantinople rayonne pendant trois siècles des derniers feux de l'Antiquité avec les empereurs Constantin Ier, Justinien Ier et Héraclius.

Au Moyen Âge, l'empire d'Orient revient à ses racines grecques. Désormais qualifié d'empire byzantin, il va perdurer pendant 800 ans en dépit des agressions de toutes sortes (Arabes, Bulgares, croisés francs et Turcs !). Grâce à un système administratif original et plutôt moderne, il va survivre assez longtemps pour nous transmettre l'héritage de l'Antiquité gréco-romaine, du droit romain à l'art roman en passant par les écrits hellénistiques et la peinture figurative.

L'empire byzantin connaît de belles heures sous les dynasties isaurienne et macédonienne mais l'irruption des croisés en 1204 lui porte un coup fatal dont il n'arrivera pas à se remettre. Sous la dynastie des Paléologue, ce n'est plus qu'une ville-Empire nostalgique de sa grandeur passée.

Après la prise de la ville par les Turcs en 1453, la cité devient la capitale de l'empire ottoman et la résidence officielle du calife musulman, lequel prolonge la tradition impériale de Rome et Byzance.

[cliquez sur la frise et suivez les événements de la période]

Fin de règne

En 1923, avec la fondation de la République turque par Moustafa Kémal, Constantinople perd son statut de capitale et son nom. Elle adopte officiellement le nom d'Istamboul qu'elle s'est acquis dans l'usage populaire (on dit aujourd'hui plus volontiers Istanbul, d'après la graphie anglaise).

Selon une thèse très répandue mais fantaisiste, ce nom serait une déformation populaire de l'expression qu'employaient les Grecs pour dire : (je vais) eis tin Polin (à la Ville).

Le nom actuel de la ville vient sans doute plus simplement d'une altération populaire progressive de « Konstinoupolis » en Konstantinopol (comme Sevastopolis est devenue Sébastopol) puis Stantinopol. Comme la phonétique turque ne peut prononcer un st sans le faire précéder d'un i (ainsi stylo devenant istilo), on a donc eu Istantinopol puis, la paresse aidant, Istantpol, Istanbul (Istamboul en français littéraire).


Publié ou mis à jour le : 2020-05-28 17:20:57

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net