Abd el-Kader

L'harmonie des contraires

Ahmed Bouyerdene (Seuil, 346 pages,  2008)

Abd el-Kader

Abd el-Kader, l'harmonie des contraires (Ahmed Bouyerdene, Seuil) est une biographie peu ordinaire sur un grand chef de guerre qui fut aussi et avant tout un grand mystique de l'islam et un homme de progrès. À mettre entre toutes les mains.

Il existe d'assez nombreuses biographies de l'émir Abd el-Kader, héros de la résistance algérienne à la conquête française (1830-1847). Celle-ci se détache du lot car elle nous présente avant tout la dimension mystique et religieuse du prestigieux guerrier.

L'auteur, Ahmed Bouyerdene, rappelle opportunément qu'Abd el-Kader est le fils d'un maître de l'école soufi (école religieuse illustrée notamment par Ibn 'Arabî, mystique musulman du XIIe siècle né en Andalousie et mort à Damas).

Descendant du prophète Mahomet, il se destinait à devenir comme son père un homme de prière mais son destin allait être bouleversé par la conquête française et par son élection, à 24 ans, comme sultan et Commandeur des Croyants par les chefs des tribus de l'Oranais (ouest de l'Algérie) en lutte contre l'envahisseur mécréant.

Dans un livre tout en finesse, bien écrit, agréable à la lecture et parfaitement documenté, Ahmed Bouerdene dresse le portrait d'une personnalité d'exception, charismatique, révérée par ses fidèles et estimée par ses adversaires.

Le pieux Abd el-Kader se révèle un redoutable tacticien et un homme d'État avisé. Il ne trahit pas pour autant ses principes. Ainsi dans le traitement des prisonniers. Il veille à ce qu'il ne leur soit fait aucun mal et interdit les exécutions sommaires. Au plus fort de la guerre, quand, après 1841, le général Bugeaud inaugure l'impitoyable et barbare tactique de la «terre brûlée», lui-même ne s'écarte pas de ses principes d'humanité. Beaucoup d'anciens prisonniers lui en garderont une extrême reconnaissance et, lors de son incarcération en France, plaideront en faveur de son élargissement au sein du «comité abdelkadérien».

Obligé de rendre l'épée en 1847, Abd el-Kader négocie le droit pour ses proches et lui-même de s'établir en terre arabe, à Alexandrie ou en Syrie. Mais les vainqueurs violeront leur promesse et il se morfondra pendant quatre longues années sur le sol français avant que Napoléon III ne le délivre.

Mystique et homme de progrès

Dans l'exil, à Brousse et à Damas, dans la maison même où vécut son maître Ibn 'Arabî, Abd el-Kader, homme de foi et de progrès, va se vouer à la méditation.

Il laisse une somme spirituelle (en langue arabe) : Le livre des Haltes. Il sort de sa retraite lors des émeutes de Damas (1860), au cours desquelles il intervient avec ses cavaliers maghrébins pour mettre les chrétiens à l'abri de la colère de ses coreligionnaires. Son action lui vaut de recevoir de Napoléon III, en août 1860, la Grand-Croix de la Légion d'Honneur. Le Vatican lui-même lui octroie l'Ordre de Pie IX, faisant de lui, d'après Ahmed Bouyerdene, le seul musulman honoré de la sorte !

Ouvert au progrès et aux idées nouvelles, dans lesquels il voit l'accomplissement de la volonté divine, Abd el-Kader assiste dans les tribunes officielles à l'inauguration du canal de Suez (1869). Il entre aussi dans une loge maçonnique, au Caire...

Ce portrait de l'émir accroît notre dépit que la France officielle ait complètement passé sous silence le bicentenaire de la naissance de son «meilleur ennemi» (6 septembre 1808). Tandis que l'on n'en finit plus de faire repentance sur le dos des Allemands, de Guy Môquet à Maillé, on laisse ainsi passer l'occasion de rappeler qu'un Algérien s'honore en tirant un trait, comme Abd el-Kader, sur les combats du passé ou qu'un musulman peut être ouvert à la tolérance, au progrès et aux droits de l'Homme sans être moins fervent pour autant.

André Larané.

Publié ou mis à jour le : 10/06/2016 09:42:47

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net