1er au 22 juillet 1944 - Les accords de Bretton Woods installent la suprématie du dollar - Herodote.net

1er au 22 juillet 1944

Les accords de Bretton Woods installent la suprématie du dollar

Tandis que la Seconde Guerre mondiale se poursuit avec rage, tant sur le front européen que dans le Pacifique, une conférence financière réunit les représentants de 44 nations alliées à Bretton Woods (New-Hampshire, États-Unis). Elle se conclut le 22 juillet 1944 en mettant en place un nouveau système financier destiné à corriger l'instabilité monétaire d'entre les deux guerres mondiales.

Les accords de Bretton Woods se soldent par la création du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale (BIRD, Banque Internationale pour la reconstruction et le développement). Ils inaugurent une longue période de stabilité monétaire qui perdurera pendant 27 ans, jusqu'à  la fin de la convertibilité-or du dollar par le président Nixon. Ils mouront pour de bon avec les accords du Plaza, quatre décennies plus tard.

White contre Keynes

Harry Dexter White (1892-1948) et John Maynard Keynes (1883-1946) à Bretton Woods en 1944 La précédente conférence économique de Gênes, en 1922, avait confirmé la primauté de l'étalon-or : toutes les monnaies étaient évaluées en référence à l'or et les banques centrales devaient être en mesure de donner leur équivalent en or à quiconque en faisait la demande. Cela était le cas lorsqu'un pays avait une balance commerciale déficitaire : ses fournisseurs n'avaient d'autre choix que de convertir en or le produit de leurs ventes. Mais le krach de Wall Street de 1929 avait mis à nu les faiblesses des pays européens.

L'étalon-or ayant failli, il va falloir le réformer. C'est à quoi s'attellent les Anglo-Saxons dès que se profile la défaite de l'Axe Berlin-Tokyo.

À partir de l'été 1942, le Chancelier de l'Échiquier britannique et le Secrétaire du Trésor américain, en charge des questions économiques et financières au sein de leur gouvernement, entament d'âpres négociations par le biais de leurs conseillers respectifs. Le premier est le prestigieux économiste John Maynard Keynes, le second, moins connu, est Harry Dexter White, un proche du très influent Secrétaire du Trésor Henry Morgenthau Jr

Soucieux des intérêts de son pays, Keynes préconise une organisation multilatérale qui laisse à chaque pays une certaine marge de manoeuvre économique, commerciale et monétaire.

Quelque peu visionnaire et en tout cas audacieux, il suggère d'en finir avec l'or, qu'il qualifie de « relique barbare », et de le remplacer par un étalon monétaire international purement conventionnel, le bancor, qui serait géré par une institution internationale multilatérale.

Tout cela est en radicale opposition aux visées de White. Celui-ci a pris acte de ce que les États-Unis sont devenus le créancier de la planète et ont à ce titre leur mot à dire sur les politiques de leurs partenaires. Il n'est que temps qu'ils tirent enfin le bénéfice de leur engagement dans la guerre.

White veut donc un système centralisé et rigide avec des taux de change fixes par rapport à l'or... et au dollar, avec une institution supranationale qui propose des prêts aux pays en déficit commercial à des conditions très strictes.

Le 1er juillet 1944, au terme de longues tractations âpres et discrètes, une conférence internationale se réunit  dans la station se sports d'hiver de Bretton Woods (Caroll, New Hampshire), à près de mille kilomètres au nord de Washington.  

La conférence elle-même est de pure forme, le scénario en ayant été écrit par les Américains. White s'attribue la présidence de la commission la plus importante, celle qui doit mettre en place l'institution monétaire, le futur FMI. Keynes reçoit la présidence de la commission de la future Banque mondiale. Une troisième commission travaille sur une organisation mondiale du commerce mais ses travaux n'aboutiront pas, du moins pas dans l'immédiat. Il faudra attendre très précisément un demi-siècle pour que l'OMC sorte de terre, en 1994. 

C'est l'occasion pour Harry Dexter White de réussir son coup de maître. Il fait adopter par les financiers de sa commission, qui n'y comprennent goutte, le principe que les pays devront déclarer la parité de leur monnaie en or« ou en une devise convertible en or ». Après la guerre, en manqued’or à donner en échange de leurs devises si leur parité était déclarée en or, tous les paysvont de fait déclarer leur parité en dollar, faisant de la monnaie américaine le cœur du système. Ainsi sera institutionnalisée la domination du dollar !

L'étalon-or d'avant-guerre est abandonné au profit d'un étalon-change or (le « Gold Exchange Standard ») qui accorde une place prépondérante au dollar. Ce n'est plus par rapport à l'or que les différentes monnaies seront référencées mais par rapport au dollar, celui-ci seulement étant indexé sur l'or...

Publié ou mis à jour le : 2019-07-17 07:02:25

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net