Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À qui doit-on la découverte du bacille de la peste ?

Réponse
Publicité

Vie quotidienne

Une Histoire des vacances


L'histoire des vacances est communément réduite à l'instauration des congés payés sous le Front Populaire. À tort, car elle est bien plus ancienne et riche d'enseignements. Allons de ce pas à la rencontre des idées reçues...

Aristocrates romains : ma cabane en Campanie

Le besoin de se mettre au frais durant l'été n'a rien d'une nouveauté. Déjà, les riches Romains fuyaient la Ville éternelle durant les périodes caniculaires (cet adjectif désigne la période du 24 juillet au 24 août, quand monte au firmament l'étoile Sirius, aussi appelée « petite chienne », canicula en latin).

À l'image de leurs empereurs, tel Hadrien qui se fit construire une splendide villa à Tibur (Tivoli), les Romains voulaient échapper à la malaria et aux maladies propagées par les moustiques dans la région marécageuse du Latium. On sait ce qu'il en coûta à ceux qui choisirent pour villégiature la tranquille station de Pompéi, dans le golfe de Naples, en l'an 79...

Bassin de la Canope, villa Adriana, Tibur (Tivoli)

Bien plus tard, les élites médiévales eurent aussi à coeur de fuir leur ville au odeurs pestilentielles. Ainsi les évêques se faisaient-ils volontiers construire  à la campagne des résidences de plaisance, néanmoins fortifiées (on ne sait jamais). Même chose pour les riches bourgeois des cités italiennes dont les maisons de campagne  témoignent encore de leur opulence.

Le Moyen Âge sur les routes

Le Moyen Âge ne pratique pas les vacances au sens de farniente (de l'italien : ne rien faire). Il connaît de nombreuses journées de repos ; mais c'est pour la bonne cause, à savoir prier et se recueillir.

À la suite des rabbins juifs, qui prescrivent le repos hebdomadaire du sabbat (le samedi) afin que l'homme évite de tomber dans l'esclavage du travail, les clercs de l'Église recommandent à chacun de s'abstenir de tout travail dans la mesure du possible le jour du Seigneur (du latin « dies Dominicus », qui a donné dimanche).

L'Église multiplie par ailleurs les journées chômées sous tous les prétextes : fête du saint votif (le saint patron de la paroisse) et autres fêtes religieuses, de sorte que l'année en vient à compter davantage de jours chômés que de jours ouvrés... Rien à voir avec la pensée moderne, qui voit le travail comme l'alpha et l'oméga de la vie et les vacances comme un mal nécessaire.

Itinéraire de Londres à Jérusalem (Historia Anglorum, manuscrit de Mathieu de Paris, XIIIe siècle)Comme nous, plus encore que nous, nos aïeux se déplacent beaucoup. Mais c'est plus par nécessité que par plaisir.

Il n'y a pas que les marchands et les soldats à se déplacer... 

Les gens de toutes conditions, au Moyen Âge, entreprennent de grands et longs voyages, bien plus éprouvants que nos sauts de puce en Airbus d'un aéroport à l'autre.

Du paysan au grand seigneur, beaucoup, un jour ou l'autre, sont saisis de l'envie d'aller se recueillir sur le tombeau d'un grand saint, à Tours, Compostelle, voire à Jérusalem.

Dans ces pèlerinages, la motivation religieuse est indissociable de la soif d'aventures et de la curiosité.

Les Anglais inventent le tourisme

À la Renaissance, avec l'émergence des États-Nations et la baisse de la ferveur religieuse, les pèlerinages tendent à décliner.

Dans le même temps, nobles et artistes inventent les voyages « touristiques » ou « culturels ». Ils se rendent à Rome et en Italie, à la recherche des splendeurs de l'Antiquité. Montaigne nous a ainsi laissé une relation de ses voyages outre-monts, comme bien après lui Stendhal et bien d'autres.

Cette pratique se généralise au XVIIIe siècle sous l'influence des Britanniques : les rejetons des grandes familles sont envoyés en Italie - outre Rome, Pompéi devient une étape incontournable - pour parfaire leur formation, c'est « the Grand Tour », qui est aussi et souvent surtout une occasion de faire la fête.

En parallèle, les Britanniques inventent le tourisme thermal. Le premier lieu de destination est, en Angleterre même, la station de Bath, merveille architecturale de style georgien, inspirée par les Romains qui avaient déjà développé des thermes dans cette ville. La bonne société s'y promène, se rend au théâtre et va surtout jouer. Elle lance ainsi une mode qui perdurera jusqu'au début du XXe siècle : celle des villes d'eaux.

La station thermale de Carlsbad (Bohême), aujourd'hui Karlovy-Vary, en République tchèque (photo : André Larané

Sur le Continent, la première station thermale - et la plus célèbre - est Spa, près de Liège, dans l'Ardenne belge. Son nom va désigner le thermalisme en anglais et les bains à remous dans la plupart des langues modernes. Dès la fin du XVIIIe siècle, la haute société européenne aime à s'y retrouver, à l'imitation de l'empereur Joseph II de Habsbourg-Lorraine.

Le promeneur au-dessus de la mer de brume (Caspar David Friedrich, 1818)C'est aussi au XVIIIe siècle - décidément grand moment de la préhistoire du tourisme - que se développe l'habitude des bains de mer à des fins thérapeutiques, dont le grand modèle est Brighton.

Au milieu du XVIIIe siècle, la haute montagne, jusque-là répulsive, fascine à son tour l'Europe lettrée, sensible aux descriptions de Jean-Jacques Rousseau dans la Nouvelle Héloïse.

Dans le même temps, un autre Genevois, l'étudiant Horace Bénédict de Saussure, se prend de passion pour le Mont Blanc, qui est alors partie intégrante du royaume de Piémont-Sardaigne.

Devenu un notable, il offre une prime à qui atteindra le premier son sommet. La prime revient à Michel Paccard (29 ans), passionné de botanique, et Jacques Balmat (24 ans), son accompagnateur, qui atteignent le sommet du Mont Blanc le 7 août 1786.

C'est le début de la « ruée vers l'or blanc ».

Le tourisme bon chic bon genre

Dès la chute du Premier Empire, en 1815, les riches Britanniques prennent l'habitude de se rendre en hiver à Hyères ou à Nice (d'où la fameuse Promenade des Anglais, en bord de mer) pour bénéficier de la douceur du climat méditerranéen.

Ils entraînent dans leur sillage toute l'Europe aisée, avec le concours des médecins qui considèrent que le changement d'air permet de soigner à peu près n'importe quelle maladie. Têtes couronnées, aristocrates et rentiers se précipitent dans les nouvelles stations climatiques, thermales ou balnéaires.

Les Autrichiens aiment à se retrouver à Carlsbad (aujourd'hui Karlovy-Vary) ou Marienbad, en Bohême. Les Allemands préfèrent Bad Ems, en Rhénanie,  tel l'empereur Guillaume 1er, à l'origine d'une célèbre dépêche.

En France, le Second Empire voit la création de Biarritz, dans le pays basque, station préférée d'Eugénie de Montijo, ainsi que de Deauville, sur la côte normande, de Vichy, en Auvergne, de Plombières, dans les Vosges, où l'empereur Napoléon III reçoit en secret le ministre piémontais Cavour...

Les sources d'eau thermale à Vichy

Ces stations annoncent une nouvelle ère du tourisme : lancées grâce à d'importants investissements (le comte de Morny, demi-frère affairiste de Napoléon III, est à l'origine de la station de Deauville), elles deviennent accessibles au plus grand nombre grâce au chemin de fer (...).

Publié ou mis à jour le : 2014-08-29 14:00:51