Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À qui doit-on la découverte du bacille de la peste ?

Réponse
Publicité

Vie quotidienne

Une Histoire des vacances


L'histoire des vacances est communément réduite à l'instauration des congés payés sous le Front Populaire. À tort, car elle est bien plus ancienne et riche d'enseignements. Allons de ce pas à la rencontre des idées reçues...

Yves Chenal
Aristocrates romains : ma cabane en Campanie

Le besoin de se mettre au frais durant l'été n'a rien d'une nouveauté. Déjà, les riches Romains fuyaient la Ville éternelle durant les périodes caniculaires (cet adjectif désigne la période du 24 juillet au 24 août, quand monte au firmament l'étoile Sirius, aussi appelée «petite chienne», canicula en latin).

À l'image de leurs empereurs, tel Hadrien qui se fit construire une splendide villa à Tibur (Tivoli), les Romains voulaient échapper à la malaria et aux maladies propagées par les moustiques dans la région marécageuse du Latium. On sait ce qu'il en coûta à ceux qui choisirent pour villégiature la tranquille station de Pompéi, dans le golfe de Naples, en l'an 79...

Bassin de la Canope, villa Adriana, Tibur (Tivoli)

Bien plus tard, les élites médiévales eurent aussi à coeur de fuir leur ville au odeurs pestilentielles. Ainsi les évêques se faisaient-ils volontiers construire  à la campagne des résidences de plaisance, néanmoins fortifiées (on ne sait jamais). Même chose pour les riches bourgeois des cités italiennes dont les maisons de campagne  témoignent encore de leur opulence.

Le Moyen Âge sur les routes

Le Moyen Âge ne pratique pas les vacances au sens de farniente (de l'italien : ne rien faire). Il connaît de nombreuses journées de repos ; mais c'est pour la bonne cause, à savoir prier et se recueillir.

À la suite des rabbins juifs, qui prescrivent le repos hebdomadaire du sabbat (le samedi) afin que l'homme évite de tomber dans l'esclavage du travail, les clercs de l'Église recommandent à chacun de s'abstenir de tout travail dans la mesure du possible le jour du Seigneur (du latin «dies Dominicus», qui a donné dimanche).

L'Église multiplie par ailleurs les journées chômées sous tous les prétextes : fête du saint votif (le saint patron de la paroisse) et autres fêtes religieuses, de sorte que l'année en vient à compter davantage de jours chômés que de jours ouvrés... Rien à voir avec la pensée moderne, qui voit le travail comme l'alpha et l'oméga de la vie et les vacances comme un mal nécessaire.

Itinéraire de Londres à Jérusalem (Historia Anglorum, manuscrit de Mathieu de Paris, XIIIe siècle)Comme nous, plus encore que nous, nos aïeux se déplacent beaucoup. Mais c'est plus par nécessité que par plaisir.

Il n'y a pas que les marchands et les soldats à se déplacer... 

Les gens de toutes conditions, au Moyen Âge, entreprennent de grands et longs voyages, bien plus éprouvants que nos sauts de puce en Airbus d'un aéroport à l'autre.

Du paysan au grand seigneur, beaucoup, un jour ou l'autre, sont saisis de l'envie d'aller se recueillir sur le tombeau d'un grand saint, à Tours, Compostelle, voire à Jérusalem.

Dans ces pèlerinages, la motivation religieuse est indissociable de la soif d'aventures et de la curiosité.

Les Anglais inventent le tourisme

À la Renaissance, avec l'émergence des États-Nations et la baisse de la ferveur religieuse, les pèlerinages tendent à décliner.

Dans le même temps, nobles et artistes inventent les voyages «touristiques» ou «culturels». Ils se rendent à Rome et en Italie, à la recherche des splendeurs de l'Antiquité. Montaigne nous a ainsi laissé une relation de ses voyages outre-monts, comme bien après lui Stendhal et bien d'autres.

Cette pratique se généralise au XVIIIe siècle sous l'influence des Britanniques : les rejetons des grandes familles sont envoyés en Italie - outre Rome, Pompéi devient une étape incontournable - pour parfaire leur formation, c'est «the Grand Tour», qui est aussi et souvent surtout une occasion de faire la fête.

En parallèle, les Britanniques inventent le tourisme thermal. Le premier lieu de destination est, en Angleterre même, la station de Bath, merveille architecturale de style georgien, inspirée par les Romains qui avaient déjà développé des thermes dans cette ville. La bonne société s'y promène, se rend au théâtre et va surtout jouer. Elle lance ainsi une mode qui perdurera jusqu'au début du XXe siècle : celle des villes d'eaux.

La station thermale de Carlsbad (Bohême), aujourd'hui Karlovy-Vary, en République tchèque (photo : André Larané

Sur le Continent, la première station thermale - et la plus célèbre - est Spa, près de Liège, dans l'Ardenne belge. Son nom va désigner le thermalisme en anglais et les bains à remous dans la plupart des langues modernes. Dès la fin du XVIIIe siècle, la haute société européenne aime à s'y retrouver, à l'imitation de l'empereur Joseph II de Habsbourg-Lorraine.

Le promeneur au-dessus de la mer de brume (Caspar David Friedrich, 1818)C'est aussi au XVIIIe siècle - décidément grand moment de la préhistoire du tourisme - que se développe l'habitude des bains de mer à des fins thérapeutiques, dont le grand modèle est Brighton.

Au milieu du XVIIIe siècle, la haute montagne, jusque-là répulsive, fascine à son tour l'Europe lettrée, sensible aux descriptions de Jean-Jacques Rousseau dans la Nouvelle Héloïse.

Dans le même temps, un autre Genevois, l'étudiant Horace Bénédict de Saussure, se prend de passion pour le Mont Blanc, qui est alors partie intégrante du royaume de Piémont-Sardaigne.

Devenu un notable, il offre une prime à qui atteindra le premier son sommet. La prime revient à Michel Paccard (29 ans), passionné de botanique, et Jacques Balmat (24 ans), son accompagnateur, qui atteignent le sommet du Mont Blanc le 7 août 1786.

C'est le début de la «ruée vers l'or blanc».

Le tourisme bon chic bon genre

Dès la chute du Premier Empire, en 1815, les riches Britanniques prennent l'habitude de se rendre en hiver à Hyères ou à Nice (d'où la fameuse Promenade des Anglais, en bord de mer) pour bénéficier de la douceur du climat méditerranéen.

Ils entraînent dans leur sillage toute l'Europe aisée, avec le concours des médecins qui considèrent que le changement d'air permet de soigner à peu près n'importe quelle maladie. Têtes couronnées, aristocrates et rentiers se précipitent dans les nouvelles stations climatiques, thermales ou balnéaires.

Les Autrichiens aiment à se retrouver à Carlsbad (aujourd'hui Karlovy-Vary) ou Marienbad, en Bohême. Les Allemands préfèrent Bad Ems, en Rhénanie,  tel l'empereur Guillaume 1er, à l'origine d'une célèbre dépêche.

En France, le Second Empire voit la création de Biarritz, dans le pays basque, station préférée d'Eugénie de Montijo, ainsi que de Deauville, sur la côte normande, de Vichy, en Auvergne, de Plombières, dans les Vosges, où l'empereur Napoléon III reçoit en secret le ministre piémontais Cavour...

Les sources d'eau thermale à Vichy

Ces stations annoncent une nouvelle ère du tourisme : lancées grâce à d'importants investissements (le comte de Morny, demi-frère affairiste de Napoléon III, est à l'origine de la station de Deauville), elles deviennent accessibles au plus grand nombre grâce au chemin de fer.

Le «train des plaisirs» relie Paris à Dieppe en 1848, le «train des maris» permet à partir de 1871 à ces messieurs de partir de Paris le samedi soir, de passer le dimanche en Normandie en famille, et de revenir pour le lundi matin. Si le luxe des premières classes est réservé aux plus riches, les deuxième et troisième sont plus abordables, d'autant que les prix baissent progressivement.

L'hôtel Regina (Nice) abrita les séjours de la reine Victoria à partir de 1896

Le phénomène atteint toutes les grandes villes. Le prolongement d'une ligne ferroviaire jusqu'au bassin d'Arcachon permet à la grande bourgeoisie bordelaise de «coloniser» cette station riche d'agréments (thermes, plages, pêche...). Quand est ouverte en 1874 la ligne du Médoc, jusqu'à Soulac, c'est au tour de la petite bourgeoisie de Bordeaux de découvrir les charmes de l'océan.

Les guides touristiques ont aussi leur Histoire

La Guide des chemins de France (Estienne, 1556)Là encore, il serait présomptueux de penser que notre époque a tout inventé !

Au Moyen Âge circulent déjà, sous forme manuscrite, des textes décrivant les itinéraires de pèlerinage vers Rome et Compostelle.

En 1552, le grand imprimeur Charles Estienne, publie La [car le mot guide est alors féminin] Guide des chemins de France, mais c'est le XIXe siècle, avec l'apparition d'une large clientèle, qui voit l'apparition des guides que nous connaissons aujourd'hui, le Murray en Grande-Bretagne et le Baedeker en Allemagne, tous deux dans les années 1830, et le Joanne en France vingt ans plus tard (devenu en 1919 le Guide bleu, il existe encore aujourd'hui).

Le guide MichelinSi le Joanne est étroitement lié au développement des chemins de fer, le Michelin est indissociable de l'apparition de l'automobile. Il est créé en 1900 par la firme de Clermont-Ferrand qui, en incitant ses lecteurs à multiplier les détours, les conduit aussi à renouveler plus souvent leurs pneus.

Il est donc distribué gratuitement, du moins jusqu'à 1920.C'est aussi entre les deux guerres qu'apparaissent les fameuses étoiles pour classer les hôtels et restaurants.

Enfin, le succès du Routard, dans les années 1970, est lié à la possibilité de voyager pour des prix peu élevés, en faisant de l'auto-stop, en dormant en camping ou chez l'habitant, du moins à l'origine, car depuis le Routard a évolué vers une clientèle plus familiale et plus aisée, mois avide de treks dans l'Himalaya que de séjours bon marché.

1936, mythes et réalités

Quand arrive au pouvoir, en France, le Front Populaire, cela fait déjà longtemps que diverses catégories d'employés, fonctionnaires, mineurs et autres, ont droit à plusieurs semaines de congés payés. Peu d'entre eux, toutefois, prennent des vacances prolongées, beaucoup leur préférant une brève partie de campagne.

La plage de Perros-Guirrec (1936)Les congés payés sont plus développés dans d'autres pays, en particulier dans l'Allemagne nazie et dans l'Italie fasciste, où l'État a mis en place d'importantes organisations pour permettre aux citoyens de partir en vacances.

Pas plus en France qu'ailleurs, ils ne figurent dans les revendications prioritaires des syndicats. C'est donc bien une impulsion politique qui a entraîné leur généralisation.

L'année 1936 ne voit pas pour autant une explosion du tourisme, malgré les billets de train à tarifs spéciaux et le développement des auberges de jeunesse, beaucoup de salariés n'ayant ni le réflexe ni la possibilité financière de partir.

Les vacances de M. Hulot (film de Jacques Tati, 1953Ce n'est que dans les années 1950 que le tourisme de masse prend son essor.

La diffusion de l'automobile ainsi que les premiers fruits des Trente Glorieuses, y contribuent. 

On part dorénavant plusieurs semaines l'été, en général dans le Sud de la France ou en Espagne, sur la Costa Brava, en camping ou dans des hébergements collectifs qui se multiplient à la Libération (villages vacances des comités d'entreprise...).

Le Club Méditerranée (publicité des années 1950)En 1950, le champion de natation belge Gérard Blitz crée un premier village de toile dans les Baléares, sous le nom de Club Méditerranée

Cette formule qui associe la tradition des vacances en groupe et la libération des moeurs rencontre aussitôt un grand succès.

La plage devient l'endroit où l'on se montre, où l'on «drague», où l'on oublie ses soucis.

Le Club Méditerranée, repris et développé en 1963 par le fabricant de tentes Gilbert Trigano, va susciter beaucoup d'émules et de concurrents en France et dans le monde entier.

Si les vacances au bord de la mer restent privilégiées par une majorité d'Occidentaux, le tourisme rural connaît un fort développement depuis une vingtaine d'années, de même que les séjours plus courts et fractionnés : la coupure de l'été devient moins longue, mais les départs pour de courtes durées se multiplient.

Avec la dépression économique, toutefois, on estime que les séjours raccourcissent et qu'augmente la proportion de familles qui ne part pas en vacances (une sur 3 en 2011).

Sea, sex and sun

Se baigner au XIXe siècle était toute une affaire, surtout pour les femmes : elles se changeaient dans des cabines mobiles, que des chevaux tractaient jusque dans la mer pour les dérober aux regards.

Progressivement, les cabines fixes les remplacent, et la tenue de bain s'allège tout en demeurant très couvrante - pour les hommes comme pour les femmes, du reste.

Les seins nus sur la plage : de l'histoire ancienne ? (DR)L'Entre-deux-guerres marque une première libération des corps : le bronzage, jusque-là évité car jugé trop «paysan», devient alors à la mode. Jambes et bras se dénudent. Ce mouvement se poursuit avec l'apparition du bikini en 1946, du nom de l'atoll où a eu lieu peu avant un essai atomique américain.

Dorénavant, le corps s'expose à la plage : Brigitte Bardot incarne ce nouveau rapport aux éléments et aux regards.

La pratique des «seins nus» apparaît sur les plages au milieu des années 1960, en lien avec la vogue hippy et les mouvements de libération féministes. Elle est en ce début du XXIe siècle en très nette régression.

Bibliographie

Pour aller plus loin, je recommande la lecture de Marc Boyer, L'Invention du tourisme (Marc Boyer, Découvertes Gallimard, 1996) et Vacances en France, de 1830 à nos jours (André Rauch, «La Vie quotidienne», Hachette, 1996).

Publié ou mis à jour le : 2011-08-27 16:05:35