Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quels rois de France ont été assassinés ?

Réponse
Publicité

Blaise Pascal (1623 - 1662)

Un génie précoce et tourmenté


Blaise Pascal est une météorite dans l'Histoire de la pensée. Mort d'épuisement et de maladie à seulement 39 ans, il laisse une oeuvre prodigieusement féconde tant dans le domaine des sciences que dans celui de la philosophie.

Il a enrichi les lettres françaises avec des écrits spirituels et mystiques aux antipodes des préoccupations contemporaines. C'est aussi un éminent représentant du Grand Siècle des Sciences.

Alban Dignat

Un enfant surdoué

Blaise Pascal (19 juin 1623 - 19 août 1662), portrait posthume réalisé en 1690 d'après une peinture de François II Quesnel (château de Versailles)Né dans la famille d'un conseiller à la cour des aides de Clermont (aujourd'hui Clermont-Ferrand), en Auvergne, Blaise est éduqué par son père dans l'esprit de Montaigne et de Rabelais.

Curieux des sciences et des mathématiques, il écrit à onze ans un Traité des sons puis passe à la géométrie d'Euclide. À seize ans, un essai le fait remarquer par la communauté des savants.

Esprit pratique, éloigné en cela de son aîné Descartes, Pascal met au point une machine à calculer, la «pascaline». Il lancera aussi plus tard la première ligne au monde de transports en commun à Paris.

À 23 ans, l'âge où le commun des mortels se passionne pour l'autre sexe, Blaise Pascal se tourne vers la religion et, avec sa soeur Jacqueline, découvre les écrits de l'abbé de Saint-Cyran, directeur de conscience de Port-Royal et promoteur des idées de Jansénius. Il effectue sa «première conversion».

Dans le même temps, il multiplie les travaux de recherche et s'intéresse au vide. En scientifique averti et précautionneux, il reproduit l'expérience de Torricelli, un savant italien inventeur du baromètre à mercure (1608-1647).

Le 19 septembre 1648, au sommet du Puy de Dôme, dans une totale indifférence aux troubles de la Fronde qui agitent la capitale, il apporte avec son beau-frère la preuve de l'existence du vide et de la pesanteur en montrant que le niveau de mercure dans un thermomètre de Torricelli descend à mesure que l'altitude augmente. L'impact ultérieur de cette expérience sera tel que Pascal deviendra comme son cadet Isaac Newton une unité de mesure. Un Pascal représente un Newton par mètre carré : 1Pa =1 N.m(-2).

Pascal rencontre Descartes mais les deux esprits sont trop différents pour pouvoir dialoguer utilement. Le premier est mystique et pratique, le second très abstrait et plus ou moins agnostique.

Quelques années plus tard, il correspond avec un autre génie de son temps, Pierre de Fermat. De leurs entretiens, il tire les bases d'une nouvelle discipline mathématique : les probabilités. À l'aube du XVIIIe siècle, le philosophe allemand Leibniz allait reprendre ses travaux et les mener à leur terme.

Entre science et mysticisme

Blaise Pascal est troublé lorsque sa soeur entre à Port-Royal, en 1652. En réaction, il fréquente les salons comme celui de Madame d'Aiguillon, nièce de feu le cardinal Richelieu. Il est tenté d'entrer dans le «monde» et de se marier, bref, de se ranger.

Tout change dans la nuit du 23 novembre 1654. Le jeune homme (31 ans) éprouve dans sa chambre une violente expérience mystique. Nous en avons connaissance à travers un billet que l'on retrouvera plié dans son pourpoint après sa mort : le Mémorial.

«Feu, Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob, non des philosophes et des savants», écrit-il, «Certitude. Sentiment, joie, paix. Dieu de Jésus-Christ... Oubli du monde et de tout, hormis Dieu...»

Le savant se rapproche dès lors de sa soeur et des jansénistes de Port-Royal. Il renonce presque entièrement aux sciences et se consacre à la réflexion théologique.

Participant à la querelle des jansénistes et des jésuites, qui rappelle en plus violent les débats contemporains entre intégristes et modérés, il publie un célèbre pamphlet, les Provinciales, où il défend la rigueur de Port-Royal et ridiculise les Jésuites et leur souci d'accommodement avec les réalités humaines.

Affaibli par la maladie, il jette toutes ses forces dans un projet d'ouvrage théologique qui n'aboutira pas mais dont il nous reste un recueil de notes, les Pensées.

Il ambitionne de ramener les «libertins», autrement dit les gens du monde, à la foi catholique dans toute sa pureté et développe pour cela l'argument du pari, resté fameux : «Vous avez deux choses à perdre : le vrai et le bien, et deux choses à engager : votre raison et votre volonté, votre connaissance et votre béatitude ; et votre nature a deux choses à fuir : l'erreur et la misère. Votre raison n'est pas plus blessée, en choisissant l'un que l'autre, puisqu'il faut nécessairement choisir. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude ? Pesons le gain et la perte, en prenant choix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout ; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu'il est, sans hésiter.»

Publié ou mis à jour le : 2014-02-20 08:35:39

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir les 2 commentaires sur cet article


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.