À quoi sert l'ENA ? - Une pépinière de « grands serviteurs de l’État » - Herodote.net

À quoi sert l'ENA ?

Une pépinière de « grands serviteurs de l’État »

Considérée à tort ou à raison comme la matrice d’une nouvelle « noblesse d’État », l’ENA (École nationale d’administration) a formé la plupart des hauts fonctionnaires de la Ve République. Elle a aussi donné à la France quatre présidents de la République (Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, François Hollande et Emmanuel Macron) en cinquante ans.

L’École a été créée à la Libération par une ordonnance du 9 octobre 1945 prise par le gouvernement provisoire du général Charles de Gaulle, avec pour objectif de démocratiser le recrutement des hauts fonctionnaires, grâce à l’instauration d’un concours d’accès unique à la Fonction publique. Aujourd'hui, c'est justement son caractère démocratique qui est remis en cause au point de questionner son utilité. Faut-il alors supprimer l'ENA ? Retour sur l'évolution d'une institution critiquée.

Jean-Pierre Bédéï et André Larané

ENA, Promotion Voltaire, 1978-1980 (Ségolène Royal et François Hollande dans les médaillons du bas), DR

L'ENA, un recrutement sur le mérite et la compétence

Le 1er août 1936, Jean Zay, ministre de l’Education nationale, soumet au Parlement le projet d’une école nationale d’administration. Voté par la Chambre des députés en 1938, la guerre éclatera avant son examen par le Sénat. Il faudra donc attendre 1945 pour que l’ENA voie le jour, à l'initiative de Michel Debré, maître des requêtes au Conseil d'État.

La présence des hauts fonctionnaires au sommet de l’État est notable dès les débuts de la Ve République. Ces « grands serviteurs de l’État » son appréciés pour leur énergie et leur créativité. C’est que, dans ces années-là, l’État ne se prive pas d’intervenir dans la politique industrielle et l’aménagement du territoire, généralement avec de grands succès à la clé.

L’humeur change sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, lui-même issu de l’ENA. C'est que la France est atteinte par le premier choc pétrolier, l'explosion du chômage, une chute de la fécondité… La confiance dans les grands corps de l’État s’émousse bien qu’ils n’aient rien à voir avec les maux du pays et de la planète. L'école fournit en dépit de tout de grands patrons au secteur public comme au secteur privé, tels Henri de Castries, Louis Gallois, Baudouin Prot, Jean-François Cirelli, Gérard Mestrallet, Stéphane Richard... Certains recrutements, toutefois, ont altéré l'image de l'école. Ainsi de Jean-Marie Haberer, à l'origine de la faillite du Crédit Lyonnais ou de Jean-Marie Messier, qui a réussi à ruiner la Compagnie Générale des Eaux. Les institutions européennes et internationales raffolent elles-mêmes des énarques, tels Pascal Lamy, Jean-Claude Trichet, Michel Camdessus.

Réformer ou tout casser ?

À partir des années 1980, l'ENA s'efforce de s'adapter à son époque. Elle ouvre le concours aux fonctionnaires déjà nantis d'une solide expérience professionnelle (au moins cinq ans), aux  salariés du secteur privé et aux élus locaux. Autre innovation de taille visant à « décentraliser » cette école de prestige ou plutôt à l'« européaniser » : son transfert à Strasbourg en 1991. En 2004, son concours d’entrée s’ouvre aux candidats de l’Union européenne. En 2009 est ouverte une classe préparatoire au concours externe d'entrée à l'ENA pour les jeunes issus de milieux sociaux modestes. 

Les promotions comptent une centaine d'élèves chaque année. Ils sont issus des meilleurs établissements scolaires et universitaires comme dans toutes les grandes écoles, à commencer par Polytechnique et Normale Sup. Ce n’est pas au niveau des concours que se fait la sélection sociale mais bien avant, à l’entrée au lycée, voire au collège ou à l’école primaire. En effet, de moins en moins d’enfants des classes populaires ou d’origine immigrée accèdent aux grands lycées d’enseignement général qui servent de vivier aux classes préparatoires des grandes écoles et à Sciences Po. Cela dit, la promotion 2018-2019 (Molière), qui rassemble 80 élèves français et 22 étrangers (âge moyen : 31 ans), ne compte aucun enfant d'énarque, de parlementaire ou de ministre.


Publié ou mis à jour le : 2019-05-09 22:00:10

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux