Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> Ça s'est passé un...
Ce jour-là...

Choisissez votre date

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

ça s'est passé un...

10 octobre

Événements
10 octobre 19 av. J.-C. : Mort de Germanicus

Le 10 octobre de l'an 19 ap. J.-C., Germanicus, neveu et fils adoptif de l'empereur Tibère, meurt en Syrie à 34 ans. On soupçonne Pison, le gouverneur de Syrie, de l'avoir empoisonné sur ordre de l'empereur. Celui-ci aurait été jaloux de la séduction naturelle de l'héritier présomptif et de ses succès militaires en Germanie (d'où son surnom).

10 octobre 680 : Les musulmans se déchirent à Kerbela

Le 10 octobre 680, à Kerbela (ou Kerbala), en Mésopotamie, des soldats arabes massacrent une petite troupe conduite par Al-Hussein (ou Husayn), l'un des petits-fils du Prophète de l'islam. Le drame survient moins de cinquante ans après la mort de Mahomet. Il va en résulter une scission irrévocable de l'islam entre sunnites et chiites.

Une fête au goût de sang

Les chiites commémorent chaque année le drame de Kerbela à l'occasion de la fête de l'Achoura, le 10e jour du mois musulman de mouharram. Cette commémoration donne lieu à de grands pèlerinages dont le principal se déroule comme il va de soi à Kerbela (Irak actuel). En Iran, des troupes d'acteurs rejouent sur les places le drame de Kerbela et l'on peut voir des pèlerins manifester leur douleur en se flagelleant jusqu'au sang.

10 octobre 954 : Mort de Louis IV d'Outremer

Louis IV d'Outremer meurt d'une chute de cheval le 10 octobre 954, à 33 ans. Son fils Lothaire (13 ans) est sacré à Reims par l'archevêque Artaud le 12 novembre 954. Comme son père et Raoul de Bourgogne, il doit son trône au comte de Paris Hugues le Grand.

10 octobre 1789 : Les biens du clergé nationalisés

Le 10 octobre 1789, sur une proposition de Talleyrand, évêque d'Autun, l'Assemblée constituante décide de nationaliser les biens de l'Église de France.

Par cet expédient, elle compte remédier à la crise financière qui étrangle le royaume. En contrepartie de cette sécularisation de leurs biens, les ecclésiastiques reçoivent l'assurance d'être rémunérés par l'État....

suite de l'article
10 octobre 1793 : « Le gouvernement de la France sera révolutionnaire jusqu'à la paix »

Le 10 octobre 1793, à l'instigation de Saint-Just (27 ans), la Convention proclame dans un décret : « Le gouvernement de la France sera révolutionnaire jusqu'à la paix ». Ce décret fait suite à la proclamation du 5 septembre qui a mis « la Terreur à l'ordre du jour » et à la loi des suspects du 17 septembre.

10 octobre 1903 : Mise en vente de l'aspirine

L'aspirine est mise en vente en Allemagne le 10 octobre 1903. C'est l'aboutissement d'une très longue recherche qui remonte aux Sumériens.

Ces derniers avaient observé que l'écorce de saule calmait les douleurs. Le Grec Hippocrate avait validé leur observation mais il avait fallu attendre le XIXe siècle pour découvrir le principe actif à l'origine de cette propriété : l'acide acétylsalicylique. 

Le chimiste allemand Felix Hoffmann part en quête d'un composé équivalent mais plus facile à synthétiser. Ce sera l'acide spirique, extrait de la spirée ou reine-des-prés. Le laboratoire Dreser, qui emploie Hoffmann, dépose un brevet à Munich le 6 mars 1899 et confie à l'entreprise Bayer la commercialisation de l'aspirine.

Sitôt sur le marché, ce médicament anti-fièvre et antalgique (atténuateur de la douleur) recueille un immense succès. L'aspirine suscite en Allemagne le développement d'une puissante industrie pharmaceutique. Elle a aussi les honneurs du traité de Versailles (1919), une clause de celui-ci faisant tomber son brevet dans le domaine public (en France exclusivement !).

Dans les années 1950, l'aspirine semble condamnée par l'arrivée d'un nouvel antalgique, le paracétamol. Mais l'on découvre opportunément qu'elle peut aussi prévenir les accidents vasculaires. Et la voilà repartie pour une deuxième vie...

10 octobre 1911 : Insurrection républicaine en Chine du sud

À Canton (Chine du sud), le 10 octobre 1911, une rébellion militaire met fin à la dynastie mandchoue, vieille de 250 ans, et débouche sur la proclamation de la République chinoise. Le premier président en est le démocrate et socialiste Sun Yat-sen, qui a fondé le parti du Guomindang.

Depuis sa mort, en 1925, ses héritiers n’en finissent pas de se disputer la Chine : d’un côté les communistes, de l’autre les nationalistes conduits par Tchang Kaï-chek, successeur de Sun Yat-sen à la tête du Guomindang...

Le « Double-Dix »

L'anniversaire du 10 octobre est encore commémoré chaque année par plus d'un milliard d'hommes sous l'appellation commune « Double-Dix » (10-10 pour dix octobre).

Il est jour de fête nationale à Taïwan et également honoré en Chine populaire. Les deux gouvernements, bien qu'antagonistes, continuent en effet de se réclamer l'un et l'autre de Sun Yat-sen, le père de la République.

10 octobre 1927 : Premier vol entre la France et le Sénégal

Les 10 et 11 octobre 1927, les pilotes Jean Mermoz et Élisée Négrin effectuent la première liaison directe et sans escale entre Toulouse et Saint-Louis-du-Sénégal sur un Latécoère 26 (4470 km en 23 h 30)...

suite de l'article
10 octobre 1944 : Projet de partage des Balkans

Le 10 octobre 1944, à Moscou, Churchill et Staline scellent en tête-à-tête le sort des pays balkaniques après la chute du IIIe Reich allemand...

suite de l'article
10 octobre 2015 : Un double attentat fait cent morts à Ankara

Cinq mois plus tôt, le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-nationaliste) avait perdu la majorité parlementaire et de nouvelles élections avaient été programmées en novembre, faute de pouvoir constituer un gouvernement, le président Recep Tayyip Erdogan avait convoqué de nouvelles élections en novembre.

En attendant, il relance la guerre contre l'État islamique (Daech) suite à un attentat islamiste à Suruç, le 20 juillet 2015. Il rompt aussi la trêve avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) après que celui-ci a revendiqué l’assassinat de deux policiers turcs le 22 juillet 2015. Cette détermination lui vaut le soutien des populations rurales conservatrices et des chefs religieux.

C’est dans ce contexte que, dans la capitale, deux attentats meurtriers frappent le 10 octobre 2015, à Ankara, une manifestation pacifique pro-kurde en faveur de la réconciliation civile... Les autorités en accusent l'État islamique. Trois semaines plus tard, le parti du président Erdogan remporte une victoire écrasante aux législatives avec 49% des suffrages et 316 sièges sur 550 à la Grande Assemblée nationale.

C'est sa fête : Ghislain

Fondateur d'un monastère aux environs de Mons, le saint du jour meurt en 683 et laissera son nom à la ville belge de Saint-Ghislain.

Décès
Pierre Le Pesant de Boisguilbert
17 février 1646 à Rouen - 10 octobre 1714 à Rouen

Pierre Le Pesant de Boisguilbert (Rouen, 17 février 1646 - 10 octobre 1714)Ce magistrat français, féru d'économie, a pour la première fois osé contester le mercantilisme, doctrine professée par la classe dirigeante au XVIIe siècle.

Baptisé le 17 février 1646 à Rouen, cousin de Corneille et peut-être lointain parent de Vauban, proche des jansénistes, Pierre Le Pesant de Boisguilbert se met en tête de contester l'impéritie des gouvernants ; démarche périlleuse au Siècle de Louis XIV ! En 1695, dans un livre intitulé Détail de la France, il décrit un pays exsangue victime de deux erreurs majeures :

- La première est de croire que l'État peut résoudre les problèmes économiques alors qu'en pratique, il étouffe la production par ses réglementations et ses taxes (un débat toujours actuel),

- La seconde, qu'il développera en 1707 dans un opuscule intitulé : De la nature des richesses, de l'argent et des tributs, est de croire comme les mercantilistes que la richesse vient de l'accumulation d'or et d'argent. En précurseur des libéraux et du premier d'entre eux, Adam Smith, Boisguilbert souligne avec bon sens que les métaux précieux n'ont aucune valeur en soi ; ils n'ont d'autre rôle que de faciliter les échanges. L'important réside dans la production de richesses.

Boisguilbert recommande un impôt universel sur le revenu, payé par tous. C'est le projet qui sera repris par Vauban dans son plaidoyer : La Dîme royale (ouvrage dont la paternité sera d'ailleurs attribuée à Boisguilbert par Voltaire !). Il recommande aussi, chose tout à fait révolutionnaire à son époque, d'interdire les monopoles, de faciliter la concurrence et de respecter la liberté des prix ; une façon paradoxale de faire en sorte que la libre confrontation des intérêts particuliers aboutisse à servir l'intérêt général. C'est en filigrane la «main invisible» d'Adam Smith.

Voir : La pensée économique
Charles Fourier
7 avril 1772 à Besançon - 10 octobre 1837 à Paris

Charles Fourier, économiste et utopiste, est un autodidacte inspiré par la pensée de Rousseau. Contempteur de la société industrielle, dont il dénonce les injustices et la cruauté, il imagine des communautés de vie idéales, les phalanstères, réunissant chacune 1600 personnes à la campagne.

Son disciple, le polytechnicien Victor Considérant, tenta de mettre en pratique ses préconisations aux États-Unis. Le fabricant de poêles Jean-Baptiste Godin, également inspiré par le fouriérisme, eut plus de chance avec sa cité fondée à Guise (Aisne) en 1859, le Familistère. Cette réalisation remarquable perdura jusqu'en... 1968.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À qui doit-on la découverte du bacille de la peste ?

Réponse
Publicité