Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 10 octobre 1927

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

10 octobre 1927

L'Aéropostale relie la France au Sénégal


Les 10 et 11 octobre 1927, les pilotes Jean Mermoz et Elisée Négrin effectuent la première liaison directe et sans escale entre Toulouse et Saint-Louis-du-Sénégal sur un Latécoère 26 (4470 km en 23 h 30).

Cet exploit est à porter au crédit de l'avionneur Latécoère et de l'Aéropostale, dont l'épopée a enthousiasmé les Français entre les deux guerres mondiales.

Une aventure toulousaine

L'aviation, tout juste née au début du siècle, fait ses premières armes pendant la Grande Guerre !

À la faveur de celle-ci, grâce aux commandes de l'État, beaucoup de constructeurs acquièrent une taille industrielle.

Parmi eux, Pierre-Georges Latécoère. Il construit à Montaudran, dans la banlieue de Toulouse, une usine immense, aujourd'hui à l'abandon...

La fin de la guerre le réjouit comme tout un chacun mais l'oblige à réviser sa stratégie industrielle.

Il décide comme quelques autres pionniers d'employer ses avions au transport du courrier, en concurrence avec le bateau et le train.

Le 8 mars 1918, le capitaine d'industrie atterrit au Maroc et signe avec le résident général, le maréchal Hubert Lyautey en personne, une convention pour la mise en place de huit vols mensuels entre Toulouse et Rabat.

Lui-même paie de sa personne en participant aux premiers vols et notamment au franchissement des Pyrénées, une épreuve qui paraît encore à beaucoup hors de portée des petits appareils de l'époque.

Les premiers avions n'ayant qu'une autonomie d'environ 400 km, l'industriel doit négocier des terrains d'atterrisage le long de la côte espagnole. Le plus difficile reste le recrutement de pilotes suffisamment fous pour tenter l'exploit, assez dociles pour se soumettre aux contraintes d'un service régulier.

Les chevaliers du ciel

À la tête des Lignes Latécoère, rebaptisées en 1921 Compagnie générale d'entreprises aéronautiques, l'industriel place alors un animateur inspiré, Didier Daurat, ancien pilote de guerre. Il s'est forgé un impératif qu'il fait partager à toute son équipe : « Le courrier doit passer ». C'est ainsi que des jeunes hommes de grande valeur vont risquer leur vie et souvent la perdre pour transmettre au plus vite par-dessus les déserts et les océans de banales lettres d'affaires ou d'amour...

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-06-09 11:51:56

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir les 7 commentaires sur cet article

JEAN LOUIS (11-12-201011:02:04)

Un grand merci à Herodote toujours bien inspiré pour ces très beaux hommages. Aussi l'occasion de rappeler que notre pays fut le pionnier de cette conquête de l'humanité que fut la découverte du "plus lourd que l'air". A côté de l'automobile. Que connaissent aujourd'hui nos jeunes cervelles de ce qu'a été capable de créer leur pays.

bernard (07-12-201014:28:08)

ancien pilote ALAT, j'ai particulierement apprecie et admire cet article qui nous rappelle de grands noms et des hommes extraordinaires! ca fait du bien a la memoire ! merci! quels exemples pour nos jeunes!

bernard (07-12-201014:27:20)

ancien pilote ALAT, j'ai particulierement apprecie et admire cet article qui nous rappelle de grands noms et des hommes extraordinaires! ca fait du bien a la memoire ! merci! quels exemples pour nos jeunes!

Raymond Gingras (07-12-201014:18:53)

Jean Mermoz m'inspire depuis l'enfance alors que le hasard permit qu'en compagnie d'un groupe de garcons de mon âge nous visionnions le film biographique 'Mermoz¨, film qui lui-même comporte tout une histoire dans son tournage et les complications pour le terminer car des prises de son furent effectuées, possiblement clandestinement, dans un camp de prisonier de Saint-Denis ou se trouvait enfermé son acteur principal.
Ce film d'ailleurs, le tout premier que je visionnai m'épata: ici je fa... Lire la suite

Raymond Gingras (07-12-201014:12:57)

Jean Mermoz m'inspire depuis l'enfance alors que le hasard permit qu'en compagnie d'un groupe de garcons de mon âge nous visionnions le film biographique 'Mermoz¨, film qui lui-même comporte tout une histoire dans son tournage et les complications pour le terminer car des prises de son furent effectuées, possiblement clandestinement, dans un camp de prisonier de Saint-Denis ou se trouvait enfermé son acteur principal.
Ce film d'ailleurs, le tout premier que je visionnai m'épata: ici je fa... Lire la suite

lina (07-12-201014:11:18)

j'avais 9 ans en 1927.Je me souviens de la façon dont etaient vécus à la maison les moments d'attente...seuls les journaux du soir à Paris donnaient des nouvelles..l'émotion quand nous avons appris qu'IL était arrivé!. Un moment quasi "sacré "qui forme une jeunesse ( je suis une fille ).J'ai eu la joie d'approcher Mermoz ...dans une vente de charité un peu plus tard, sans oser lui parler.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quelle occasion est créée l'Inquisition ?

Réponse
Publicité