ça s'est passé un... - 28 septembre - Herodote.net

ça s'est passé un...

28 septembre

Événements

28 septembre 1794 : Création de la future École Polytechnique

Le 28 septembre 1794, soit deux mois après la chute de Robespierre, le Comité de Salut public décide, à l'initiative de Lazare Carnot, de créer une École centrale des travaux publics, afin de fournir aux armées de la République française les cadres scientifiques dont elles ont besoin pour faire face à leurs ennemis.

L'école est installée au Palais Bourbon, aujourd'hui siège de l'Assemblée nationale. Sa mise en place est confiée à un collectif de savants dirigé par le mathématicien Gaspard Monge. Elle sera rebaptisée École polytechnique l'année suivante puis, en 1804, transformée par Napoléon 1er en école militaire, avec un général à sa tête, pour former les officiers d’artillerie et du génie.



28 septembre 1864 : Fondation de la 1ère Internationale

Le 28 septembre 1864, des ouvriers venus de toute l'Europe fondent à Londres la Première Internationale socialiste sous le nom d'Association internationale des travailleurs (AIT). Ses principaux inspirateurs ont nom Bakounine et Karl Marx...

Suite de l'article

28 septembre 1905 : Einstein découvre la relativité

Le 28 septembre 1905, la revue allemande Annalen der Physik publie un article sur une mystérieuse théorie de la relativité, ultérieurement qualifiée de «théorie de la relativité restreinte».

L'auteur est un scientifique de 25 ans qui signe Albert Einstein et n'a même pas encore son doctorat ! Il va en quelques années chambouler la physique classique héritée d'Isaac Newton et ouvrir un champ immense à la science...

Suite de l'article

28 septembre 1939 : Partage de la Pologne

Le 28 septembre 1939, au lendemain de la conquête de Varsovie par les troupes allemandes, Hitler et Staline signent un traité pour le partage de la Pologne. Ce n'est jamais que la quatrième fois en deux siècles que ce pays fait l'objet d'un partage entre ses dangereux voisins.  



28 septembre 1956 : Les Kilowatts de Marcoule

Le 28 septembre 1956, la France devient le premier pays d'Europe occidentale à produire de l'énergie atomique.

G1, la pile atomique construite à Marcoule dans le Gard, avait entamé une réaction nucléaire le 7 janvier de la même année puis était montée en puissance jusqu'à être apte à faire tourner un générateur EDF.

Commence pour la France une ère nouvelle basée sur l'énergie atomique, dont on espère qu'elle garantira son indépendance énergétique. En 1974, dans l'année qui suit le premier choc pétrolier, elle relance son effort avec le Plan Messmer qui prévoit 58 réacteurs atomiques supplémentaires.

Suite de l'article

28 septembre 1958 : Référendum sur la Constitution de la Ve République

Le 28 septembre 1958, à l'invitation du général Charles de Gaulle, les Français votent par référendum pour une nouvelle Constitution. Rédigée sous l'égide de Michel Debré, elle marque la naissance de la Cinquième République...

Suite de l'article

28 septembre 1968 : Caetano remplace Salazar à la tête du Portugal

Le 28 septembre 1968, Marcello Caetano remplace Antonio Salazar (79 ans) à la tête de l'« Estado Novo » (Nouvel État). Au pouvoir depuis 1932, le vieux chef avait été frappé d'hémorragie cérébrale quelques jours plus tôt. Son successeur sera lui-même renversé en 1974 par la « Révolution des oeillets ».



C'est sa fête : Venceslas

Couronné duc de Bohême à l'âge de 14 ans, en 921, le prince Venceslas est assassiné huit ans plus tard par son propre frère, qui convoite le trône. Il meurt en priant Dieu de pardonner à l'assassin. Sa ferveur chrétienne lui vaut d'être bientôt canonisé et de devenir le saint patron de la Bohême (aujourd'hui, la République tchèque).

Naissance

Georges Clemenceau

28 septembre 1841 à Mouilleron-en-Pareds (Vendée, France) - 24 novembre 1929 à Paris

Biographie Georges Clemenceau

Georges Clemenceau, médecin vendéen, entre en politique au début de la IIIe République. Orateur de talent, il prend la tête de la gauche que l'on dit «intransigeante» ou «radicale» mais s’en tient longtemps à un rôle d'opposant qui lui vaut le surnom de «tombeur de ministères».

Il fonde en 1901 le premier parti politique français, le «parti républicain radical» et entre pour la première fois au gouvernement en 1906 (à 65 ans !). Il mène à son terme la séparation des Églises et de l'État avant de revenir dans l’opposition où il s'affirme comme un partisan déterminé de la revanche sur l’Allemagne, vainqueur de la France en 1870-1871.

Quand éclate la Grande Guerre, en 1914, Clemenceau multiplie les attaques verbales contre le gouvernement et l'état-major. Du fait de sa détermination à poursuivre la guerre jusqu'à la victoire totale, il est appelé à la tête du gouvernement en 1917. Il y gagne les surnoms de «Tigre» et «Père de la Victoire». Avec affection, les poilus des tranchées l'appellent plus simplement «Le Vieux».

Par haine de l'Allemagne, Clemenceau introduit dans le traité de paix de Versailles des termes humiliants qui serviront plus tard les desseins d'Adolf Hitler. Pas plus que les autres chefs alliés, il ne peut empêcher l'éclatement de l'Autriche-Hongrie en une myriade de petits États vindicatifs et indéfendables qui se révéleront des proies idéales pour le IIIe Reich hitlérien.

Décès

Pompée

106 av. J.-C. - 28 septembre 48 av. J.-C. à Péluse (Égypte)

Biographie  Pompée

Cnaeus Pompeius Magnus, dit Pompée le Grand, forme en 60 avant J.-C. un triumvirat avec César et Crassus.

À la mort de ce dernier, il tente maladroitement de prendre le pouvoir à Rome où menace la guerre civile. Il lui manque, hélas, les légions qu'il a imprudemment licenciées avant d'entrer à Rome. C'est pourtant le même homme qui disait avec suffisance : « Je n'ai qu'à frapper la terre du pied et il en sortira des légions ».

Le sénateur Caton d'Utique, arrière-petit-fils de Caton l'Ancien, convainc ses collègues du Sénat de lui confier les pleins pouvoirs avec cette formule que rapporte Plutarque : « À ceux qui ont fait les grands maux de trouver les grands remèdes » (en bref, « Aux grands maux, les grands remèdes »).

Pompée n'en est pas moins chassé de Rome et vaincu par son rival César à Pharsale, en Thessalie, en 48 avant J.-C.. Il s'enfuit jusqu'à Alexandrie. Mais dans la capitale de l'Égypte, le jeune roi Ptolémée XII Philopator (13 ans) se laisse convaincre d'éliminer Pompée pour gagner les faveurs du nouvel homme fort de Rome. Son général, Achillas, se charge de l'affaire. Il monte à bord de la galère de Pompée avec deux anciens officiers romains et convainc le général vaincu de l'accompagner dans son embarcation. Là, il est froidement assassiné d'un coup d'épée dans le dos, sous les yeux de sa femme et de son fils.

César, lorsqu'il débarque à son tour à Alexandrie quatre jours plus tard, se voit remettre avec horreur la tête de Pompée et son anneau. Faisant peu de cas de la bassesse de Ptolémée, il se montre surtout sensible au charme ravageur de sa grande sœur, une certaine Cléopâtre. Pierre Corneille a écrit une tragédie sur La mort de Pompée.

Louis Faidherbe

3 juin 1818 à Lille - 28 septembre 1889 à Paris

Biographie Louis Faidherbe

Polytechnicien et officier du génie, Louis Faidherbe devient gouverneur du Sénégal sous le Second Empire.

Il soumet l'arrière-pays en luttant en particulier contre El-Hadj Omar et, avec des moyens dérisoires, jette les bases de la future Afrique Occidentale Française (AOF). Il va rester dans l'Histoire coloniale comme le premier des grands «bâtisseurs d'empire»...

Louis Pasteur

27 décembre 1822 à Dole, Jura - 28 septembre 1895 à Marnes-la-Coquette

Biographie Louis Pasteur

Né à Dole (Jura), dans la famille d'un négociant aisé en tannerie, Louis Pasteur est sans doute le savant le plus populaire qu'ait connu l'humanité à ce jour. Étudiant les fermentations, il découvre qu'elles naissent dans des microorganismes. C'en est fini de la croyance en la génération spontanée ! Il invente en conséquence une technique de chauffage qui protège la bière et le lait contre les ferments ; c'est la «pasteurisation».

Il révèle l'existence des «microbes» en enquêtant sur la maladie des vers à soie dans la vallée du Rhône. Le corps médical et le public comprennent ainsi qu'il est possible, grâce à l'hygiène, de se protéger contre les maladies transmises par les microbes. Il s'ensuit une amélioration notable de l'espérance de vie partout dans le monde.

Ses succès valent à Pasteur fortune et considération. Mais le meilleur reste à venir. Le 6 juillet 1885, le savant reçoit dans son cabinet un petit berger alsacien, Joseph Meister, qui a été mordu par un chien enragé et exige des soins immédiats. Il prend le risque de lui inoculer un nouveau vaccin de son invention. Et à son grand soulagement, l'enfant sort guéri de l'épreuve.

Au sommet de la gloire, Pasteur en profite pour lancer une souscription en vue de fonder à Paris l'Institut qui portera son nom. C’est le premier institut de recherche scientifique au monde. Le savant le dirigera jusqu'à sa mort, en 1895, et y repose depuis lors.

Gamal Abd el-Nasser

15 janvier 1918 à Beni Mor (Assiout, Égypte) - 28 septembre 1970 à Le Caire (Égypte)

Biographie Gamal Abd el-Nasser

Né dans un village de haute-Égypte, dans la famille d'un modeste fonctionnaire, Gamal Abd el-Nasser est le premier dirigeant issu du peuple qu'ait eu l'Égypte depuis... plus de deux mille ans.

Jeune officier, il devient un héros de la guerre contre Israël. Le 20 octobre 1948, lors de la bataille de Fallouga, il doit se rendre à l'ennemi avec son unité mais bénéficie des honneurs militaires de la part des officiers israéliens en raison de son courage et de sa résistance remarquable. Cet exploit lui vaut l'admiration de ses concitoyens.

Ensuite professeur à l'école d'état-major, réputé travailleur et taciturne, il est indigné par la corruption du gouvernement monarchique et son allégeance aux Britanniques. Il fonde le mouvement progressiste des « Officiers libres » et renverse le régime en accointance avec le mouvement islamiste des « Frères musulmans »... auquel tout l'oppose par ailleurs. 

Jusqu’à sa mort, moins de vingt ans plus tard, et malgré une série d’échecs retentissants, le « raïs » (président ou chef, d'après un mot arabe qui désignait autrefois un dignitaire ottoman) va incarner la renaissance du nationalisme arabe, sur des bases laïques et sociales. Sa faillite va à rebours ouvrir un boulevard à tous les islamistes, salafistes, Frères musulmans et wahabbites hostiles aux valeurs occidentales...

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès