Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> Robespierre (1758 - 1794)

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Robespierre (1758 - 1794)

L'Incorruptible


Le 31 mars 1790, Maximilien de Robespierre est élu président du Club des Jacobins. C'est ainsi que le futur dictateur sort de l'anonymat des 1139 députés de l'Assemblée Constituante.

Un jeune homme solitaire

Maximilien de Robespierre (Paris, musée Carnavalet)Le jeune avocat d'Arras (31 ans) a eu jusque-là une vie très effacée.

Fils d'un avocat d'Arras, qui appartient à la petite noblesse de robe, il a perdu très tôt ses parents et a été élevé par son grand-père maternel, un brasseur d'Arras, prospère et pieux.

Après ses études, il devient avocat comme l'était son père et vivote à Arras avec sa soeur Charlotte. Séduit par les écrits sentimentaux de Rousseau, introverti, studieux, il ne fréquente pas de femme et n'a guère d'amis. Il n'en est pas moins élégant jusqu'à la manie.

C'est alors que surviennent les élections aux états généraux, en 1789. Sa vie bascule.

Un orateur passionné

Élu député du tiers état d'Arras, Robespierre se montre discret à l'assemblée mais assidu à un café de Versailles fréquenté par des députés bretons et auquel on donnera le nom de club breton.

À l'automne 1789, le roi et l'Assemblée se transportent à Paris. Le club breton s'installe de son côté dans le couvent désaffecté des Jacobins.

Tandis qu'à la tribune de l'Assemblée, Robespierre suscite des ricanements avec sa voix éraillée et son emphase, il va donner toute sa mesure au club des Jacobins. Ce haut lieu de l'agitation révolutionnaire est fréquenté par les députés comme par les artisans de la ville, les « sans-culottes ».

Son détachement des plaisirs terrestres refroidit les opposants et lui vaut le qualificatif d'« incorruptible défenseur du peuple ».

Après la chute de la monarchie, Robespierre est à nouveau élu député et entre à la Convention le 20 septembre 1792. Il se hisse d'emblée parmi les chefs de file de la « Montagne » et organise l'élimination de la Gironde, un parti coupable de s'opposer à la Terreur. Ses chefs sont proscrits le 31 mai 1793.

L'« Incorruptible » va personnifier la Révolution à partir de son entrée le 27 juillet 1793 au Comité de Salut Public (le gouvernement révolutionnaire), dont il va devenir le président sans en avoir le titre.

Dans un célèbre discours du 5 février 1794, il en appelle à la terreur pour sauver la Révolution menacée de l'intérieur comme de l'extérieur et lui donne une justification inattendue : « La terreur n'est autre chose que la justice prompte, sévère, inflexible ; elle est donc une émanation de la vertu ; elle est moins un principe particulier qu'une conséquence du principe général de la démocratie, appliqué aux plus pressants besoins de la patrie ».

Dictateur de fait après l'exécution de son principal rival Georges Danton, le 5 avril 1794, il relance donc la terreur et même la Grande Terreur comme il s'y est engagé. Il tente même d'imposer l'éphémère culte de l'Être suprême en remplacement du christianisme.

Gagnés par la lassitude et la peur, rassurés par les victoires des armées françaises sur le front, les députés de la Convention finissent par s'insurger et décrètent l'arrestation de Robespierre et de ses proches le 9 thermidor An II (27 juillet 1794). L'« Incorruptible » est guillotiné le lendemain.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-07-24 15:27:17

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

jpdaumalle (29-10-201511:37:38)

Je partage tout fait les points de vue exposés par les lecteurs précédents .En ce qui concerne la bibliographie,le Robespierre d'Hervé Leuwers chez Fayard est très intéressant
Cordialement

omerre (07-03-201518:28:41)

mon dieu quelle caricature de robespierre ,que d'erreurs dans ce texte , dommage , pour avoir une véritable idée de robespierre allez voir la video de henri guillemin , passionnant et donne une autre image trop bucolique de la révolution

guidlm (06-05-201410:16:29)

Petite remarque en passant, l'ouvrage cité en fin d'article par Max Gallo m'est apparu comme l'un des moins intéressants sur le personnage.
L'auteur rabâche beaucoup et je doute de l'intérêt de cette petite analyse psychologique du personnage à deux siècles d'écart. Enfin, le livre est totalement illisible pour qui n'a pas une connaissance assez fine des événements de la période puisque l'auteur les cite sans les expliquer.

Pour aborder la révolution d'un point de vue néop... Lire la suite

J M MAUGER (14-09-200616:38:31)

Dans un souci d'objectivité, il serait souhaitable de citer un autre ouvrage de référence, à côté de celui de M. Max Gallo, afin de permettre au lecteur de se faire une idée moins caricaturale de Robespierre. De même, continuer à véhiculer l'idée qui soutient que c'est Robespierre lui même qui a voulu instaurer le culte de l'Être suprême relève aujourd'hui soit d'une image partisane, soirt d'une profonde erreur historique. Vous avez Soboul, Mathiez et la Socièté d'études robespierristes. Salutat... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quelle est la première défaite des armées de Napoléon 1er ?

Réponse
Publicité