Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> Ça s'est passé un...
Ce jour-là...

Choisissez votre date

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

ça s'est passé un...

11 juillet

Événements
11 juillet 711 : Les musulmans s'emparent de l'Espagne

Le 11 juillet 711, Rodrigue, roi des Wisigoths d'Espagne, est repoussé par le chef berbère Tarik, qui a pris pied quelques jours plus tôt sur la péninsule avec une petite armée de musulmans en un lieu qui prendra plus tard son nom, le rocher de Tarik (Gibraltar).

Cet événement qui livre l'Espagne aux Maures est dit bataille de Wadi Lakka par les chroniqueurs arabes et bataille de Guadalete ou du rio Barbate par les historiens espagnols....

suite de l'article
11 juillet 1302 : La « bataille des éperons d'or »

Le 11 juillet 1302, l'armée féodale du roi Philippe le Bel rencontre les milices communales de Flandre, près de Courtrai...

suite de l'article
11 juillet 1405 : La « flotte des Trésors » largue les amarres

Le 11 juillet 1405, la flotte des Trésors largue les amarres pour un long périphe dans les mers du Sud, loin de la... Chine.

C'est la première des sept grandes missions d'exploration conduites par Zheng He pour le compte de l'empereur chinois Zhu Di et de son deuxième successeur. Elles précèdent de quelques décennies les grandes expéditions maritimes des Européens (Bartolomeu Dias, Christophe Colomb...).

suite de l'article
11 juillet 1523 : Le connétable de Bourbon trahit François 1er

Le connétable Charles III de Bourbon perd en avril 1521 sa femme Suzanne de Bourbon, fille d'Anne et Pierre de Beaujeu. Se pose alors la question de son immense héritage, sur lequel lorgne Louise de Savoie, la mère du roi. François 1er, qui n'aime pas son cousin, fait prononcer le séquestre de ses biens.

De dépit, Charles de Bourbon, connétable de France (chef des armées), rencontre en secret les émissaires du roi anglais Henri VIII et de l'empereur Charles Quint, le 11 juillet 1523, en vue de négocier un partage de la France.

François 1er, qui se doute de quelque chose, rend visite à son cousin dans sa ville de Moulins. Il le trouve au lit et multiplie les promesses à son égard. Mais à peine a-t-il le dos tourné que le connétable saute sur un cheval et, non sans mal, rejoint, sous un déguisement, les lansquenets allemands qu'il a recrutés et qui l'attendent dans le Dauphiné. Il va désormais conduire les armées impériales contre la France jusqu'à sa mort devant Rome.

11 juillet 1789 : Renvoi de Necker

Le 11 juillet 1789, le roi Louis XVI renvoie Necker. Son ministre s'est acquis une grande popularité payée de quelques distributions de secours aux Parisiens et son renvoi provoque dans la capitale un début d'agitation qui mènera à la prise de la Bastille.

11 juillet 1804 : Le dernier combat d'Hamilton

Le 11 juillet 1804, Alexander Hamilton (47 ans) affronte dans un duel au pistolet le vice-président américain Aaron Burr.

Celui-ci lui reproche de l'avoir qualifié d'«homme dangereux à qui l'on ne doit pas faire confiance», définition au demeurant proche de la réalité.

Opposé par principe au duel, Hamilton tire en l'air. Son adversaire riposte par un tir à l'abdomen. Hamilton meurt après 30 heures d'agonie. Avec lui, les États-Unis perdent un économiste de talent et un chef politique méritant.

11 juillet 1825 : La France impose une indemnité à Haïti

Le 11 juillet 1825, sous la menace d'une escadre de 14 vaisseaux et 500 canons, le président haïtien Jean-Pierre Boyer se résigne à signer un traité avec le roi de France Charles X. Celui-ci reconnaît l'indépendance de leur ancienne colonie en échange d'une indemnité de 150 millions de francs-or qui sera plus tard ramenée à 90 millions. Cette indemnité est officiellement destinée à indemniser les planteurs dépossédés de leurs terres. Les Haïtiens vont l'acquitter par échéances jusqu'en 1888 !

Prenant prétexte de cette indemnité dans laquelle ils voient une forme de protectorat de la France sur Haïti, les États-Unis et les jeunes États latino-américains refusent de reconnaître la république noire (ils ne s'y résoudront qu'en 1862, sous la présidence d'Abraham Lincoln).

Beaucoup plus tard, le président Aristide va tenter d'expliquer le retard de Haïti par le poids de cette indemnité. Une assertion très exagérée selon l'historien Frédéric Régent. Il n'est que de se rappeler que la France a payé en 1815 sept cents millions de francs-or aux Alliés qui ont abattu l'empire napoléonien.

C'est sa fête : Benoît

Tandis que l'empire romain se meurt, Benoît de Nursie fonde une abbaye prestigieuse sur le Mont Cassin, entre Naples et Rome. Il édicte pour ses moines une règle qui combine la prière, le travail et la tempérance. Cette règle dite « bénédictine » a inspiré toutes les communautés monastiques ultérieures en Occident.

Saint Benoît de Nursie, qui mourut le 21 mars 547, a mérité d'être proclamé en 1958 Père de l'Europe et saint patron de la chrétienté d'Occident...

voir l'article complet

Décès
Maurice Thorez
28 avril 1900 à Noyelles (Pas-de-Calais, France) - 11 juillet 1964

Fils d'un mineur de Noyelles-Godault (Pas-de-Calais) et mineur lui-même, Maurice Thorez participe à la fondation du parti communiste au congrès de Tours (Noël 1920). Il devient secrétaire général du parti en juillet 1930 et, deux ans plus tard, est élu député de la Seine (Paris et proche banlieue).

À Moscou, il reçoit de Staline l'ordre de se rapprocher du parti socialiste (SFIO). C'est ainsi qu'est signée le 27 juillet 1934 une alliance électorale entre communistes, socialistes et radicaux. Peu après, Maurice Thorez, dans un discours célèbre, inaugure la politique de la « main tendue » aux catholiques et même aux Croix-de-Feu, ligue patriotique d'anciens combattants. De la sorte, le Front populaire triomphe aux élections législatives du 26 avril 1936. Maurice Thorez apporte au Président du Conseil, le socialiste Léon Blum, un soutien « sans participation ».

De gauche à droite, Jacques Duclos, Maurice Thorez, André Marty (debout) et Marcel Cachin

Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, Maurice Thorez déserte son unité (4 octobre 1939) et passe en Allemagne, ce qui lui vaut une condamnation à mort par contumace (Il se réfugiera à Moscou peu après). À la Libération, il est amnistié par le général de Gaulle qui a besoin de lui pour remettre les communistes au pas. De retour en France, il participe donc au retour à l'ordre et à la paix civile. Frappé d'une congestion cérébrale en 1950, il cesse toute activité politique mais conserve sa place à la tête du parti.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quelle est le «bois» le plus cher du monde ?

Réponse
Publicité