25 décembre 1920

Congrès de Tours et formation du communisme français

Le 25 décembre 1920, les socialistes français se réunissent à Tours pour leur 18e Congrès. Celui-ci s'achève, cinq jours plus tard, sur la division du mouvement.

Tandis qu'une minorité de congressistes reste fidèle à la SFIO (section française de l'Internationale Ouvrière), issue de la IIe Internationale (1889), la majorité fait allégeance au pouvoir bolchévique installé à Moscou et fonde un nouveau mouvement, la section française de l'Internationale Communiste (SFIC), ancêtre du Parti communiste français.

Alban Dignat

Deux internationales face à face

Le congrès de la SFIO se tient dans la salle du Manège de l'ancienne abbaye Saint-Julien (l'abbaye a été bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale, à l'exception de l'église, et remplacée par le square Prosper Mérimée).

Il donne lieu à des débats houleux sur les échecs passés des socialistes.

C'est qu'en dépit d'un afflux d'adhésions et d'électeurs depuis la fin de la Grande Guerre (1914-1918), la SFIO éprouve de la difficulté à faire passer des réformes sociales. En mai 1920, les grèves tournantes de la CGT (Confédération Générale du Travail) n'ont abouti à aucune avancée sociale mais entraîné le licenciement de 18 000 métallurgistes.

À Tours, les militants se montrent dès lors sensibles à la propagande bolchévique de Moscou.

Dans un texte du 26 juillet 1920 signé par Lénine et Zinoviev, président de la nouvelle Internationale communiste (Komintern), le comité exécutif de celle-ci dénonce avec véhémence les responsables de la SFIO, qualifiés de « social-patriotes » et de « valets de la bourgeoisie ». Il impose 21 conditions préalables à l'adhésion des socialistes français au Komintern, parmi lesquelles un alignement inconditionnel sur la politique décidée à Moscou et la « rupture avec la tradition réformiste ».

Le débat public commence le jour de Noël avec une intervention de Ludovic-Oscar Frossard en faveur de l'adhésion. Marcel Sembat riposte en lançant : « la vérité selon Jaurès, la vérité telle qu'il nous l'enseignait est aux antipodes de la vérité selon Moscou ».

Deux jours plus tard, dans une ambiance survoltée, Léon Blum intervient en dénonçant avec lucidité l'illusion d'une révolution violente dans le contexte français et surtout le caractère totalitaire de l'Internationale communiste : « Vous concevez le terrorisme, non pas seulement comme le recours de dernière heure, non pas comme l'extrême mesure de salut public que vous imposerez aux résistances bourgeoises, non pas comme une nécessité vitale pour la révolution mais comme un moyen de gouvernement ». Et de conclure avec émotion : « Pendant que vous irez courir l'aventure, il faut que quelqu'un reste garder la vieille maison ».

Finalement, à l'initiative de Marcel Cachin et Ludovic-Oscar Frossard, 2/3 des congressistes votent le ralliement et fondent la section française de l'Internationale Communiste (SFIC), affiliée à la IIIe Internationale. Ludovic Frossard devient le premier secrétaire général du nouveau parti (il finira comme ministre de Pétain dans le gouvernement de Vichy). Le quotidien de Jean Jaurès, L'Humanité, devient l'organe officiel du nouveau parti.

Côté syndical, la CGT opère quant à elle sa scission l'année suivante mais seule une minorité de militants rejoint le camp communiste, en fondant la CGTU (CGT Unitaire). Les autres syndicalistes demeurent fidèles à l'esprit de la Charte d'Amiens (1906), qui leur enjoint de demeurer hors de toute affiliation politique.

Au sein de la SFIO, les réfractaires se regroupent au cri de « Vive Jaurès ! » Autour de Jean Longuet, petit-fils de Karl Marx, et Léon Blum, ils représentent 1/3 des militants soit au total 30 000 mais aussi la majorité des élus. Ils placent à leur tête Léon Blum qui, depuis sa péroraison historique, apparaît comme le rival de Lénine au sein du mouvement socialiste mondial.

Ils admettent la nécessité d'une révolution pour accéder à une société socialiste, comme leurs adversaires et à la grande différence des sociaux-démocrates allemands qui ont fait le choix de bâtir le socialisme à l'intérieur de la société capitaliste. Mais ce qu'ils rejettent absolument est la pratique autoritaire du pouvoir par Lénine et les bolchéviques au nom du centralisme « démocratique ».

Léon Blum va réaffirmer ses vues par un discours mémorable au congrès socialiste de 1926, en distinguant la conquête et l'exercice du pouvoir: la révolution peut se justifier pour conquérir le pouvoir mais si celui-ci est offert aux socialistes par les urnes, il est important d'en user de façon loyale en respectant les règles de la société capitaliste. 

Il mettra en pratique son engagement en accédant dix ans plus tard à la tête du premier gouvernement de Front populaire, avec la participation de la SFIC, entre temps rebaptisée Parti communiste puis, en 1943, après la dissolution de la IIIe Internationale, PCF (Parti communiste français).

Publié ou mis à jour le : 2019-06-03 23:01:58

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net