Antoni Gaudí (1852 - 1926)

« Soit c’est un génie, soit c’est un fou »

Rares sont les artistes au style unique, immédiatement reconnaissable. Antoni Gaudí est de ceux-là. D'une originalité folle qui lui valut d'être regardé comme un excentrique, l'architecte catalan sut aussi montrer une belle obstination pour donner jour à ses rêves. Le chantier titanesque de la Sagrada Familia, à Barcelone, est toujours là pour témoigner de ce talent à part.

Isabelle Grégor

La Sagrada Familia vue de la Casa Milà, Barcelone. Agrandissement : vue de l'abside.

Un jeune rebelle

Le nom de Gaudí reste intimement lié à celui de la province où il est né, le 25 juin 1852. C'est dans cette Catalogne qu'il a chérie toute sa vie qu'il va passer son enfance, dans un petit village du nom de Reus, à côté de la ville côtière de Tarragone.

Portrait d'Antoni Gaudí, 1878. Agrandissement : Tête de bouc, dessin, 1878, musée de la Sagrada Familia.Fils d'un chaudronnier, il souffre de rhumatismes et passe des heures à contempler la nature lorsqu'il ne va pas observer son père au travail, apprenant petit à petit la maîtrise des matériaux et de l'espace.

Après des études chez les Pères, il part s'installer en 1869 à Barcelone pour assouvir sa passion, l'architecture. Que s'est-il passé pour qu'il ne soit admis qu'à 22 ans dans l'École provinciale dédiée à cet art ? Est-ce, comme il l'a raconté, parce que ce caractère fort, ce dandy blond a eu du mal à se plier aux exercices scolaires ?

Toujours est-il que notre rebelle, malgré des résultats médiocres, finit par réussir ses examens en 1878, ce qui ne manque pas de laisser le directeur de l'école dubitatif : « Nous avons accordé le diplôme à un fou ou à un génie. Le temps nous le dira ».

Projet de fontaine monumentale pour la Plaza Catalunya à Barcelone, Antoni Gaudí, 1877. Agrandissement : Projet de fin d’études pour un amphithéâtre universitaire, coupe transversale, 1877, @ Cátedra Gaudí, ETSAB, UPC.

Dans une Barcelone renouvelée

Gaudí a eu de la chance : il commence sa carrière dans une ville qui connaît alors une mutation impressionnante.

Plan original de la Casa Botines (León), Antoni Gaudí, 1891. Agrandissement : Projet pour l’église de la Colonie Güell, vers 1908-1910, Barcelone, © MNAC, Barcelona, 2022.Son port, son chemin de fer, ses hauts-fourneaux permettent à une bourgeoisie enrichie grâce aux colonies d'en faire la capitale industrielle de l'Espagne. Pour accueillir les dizaines de milliers de nouveaux arrivants attirés par les emplois, la ville perd ses remparts pour se développer selon un plan en damier.

À cette vitalité démographique et économique s'ajoute un bouillonnement culturel symbolisé par l'Exposition universelle de 1888. Les plus grands architectes entrent alors en compétition pour moderniser et embellir la cité.

Avec une telle soif de renouveau et d'innovation, Gaudí ne pouvait que se sentir en harmonie avec sa ville. Tous ses projets, à l'exception d'un seul, lui seront d'ailleurs consacrés.

Façade du palais Güell. Agrandissement : les cheminées du palais.

Le palais des fées

Enfin diplômé, Gaudì peut se mettre au service d'architectes de renom, comme Josep Fonseré et surtout Joan Martorell, fin connaisseur de Viollet-le-Duc et du néogothique.

Le blason entre les portes du palais Güell évoque le drapeau catalan et le phénix qui le surmonte symbolise la renaissance de la littérature catalane. Agrandissement : Paire de fauteuils à l'intérieur du palais, Collection Kiki et Pedro Uhart, © B. Ladoux / Sophie Crépy.C'est par son intermédiaire qu'il entre en contact avec le très fortuné Eusebi Güell, un mécène ouvert à toutes les innovations, avec lequel il nouera une profonde amitié. Les deux hommes partagent la même curiosité pour les innovations artitiques et professent l'un et l'autre une foi catholique profonde et intense.

C'est pour son « Doge » que Gaudì dessine en toute liberté à partir de 1886 le palais Güell, un étonnant hôtel particulier aussi somptueux qu'original dans sa disposition, ses décors et son mobilier. Il faut dire que l'univers de Gaudì est riche d'influences d'une belle diversité, entre gothique, Art nouveau et style hispano-mauresque, sans oublier l'inspiration de la religion et la nature.

Désormais, personne ne peut ignorer le nom de Gaudì, l'architecte aux cheminées de fée, aux arcs paraboliques et aux colonnes inclinées. Il va marquer de son empreinte particulière les nombreux projets qui lui sont confiés comme le palais épiscopal à Astorga (1887) et l'école des Teresianas à Barcelone (1888).

À l'approche de la cinquantaine, Gaudì, toujours célibataire, s'éloigne de la vie mondaine et se voue tout entier à son art (et à la religion). Il devient l'un des porte-parole de l'Art nouveau en architecture, aux côtés du Belge Victor Horta, de l'Autrichien Otto Wagner ou encore des Français Jules Lavirotte et Hector Guimard. 

Tout son parcours l'emmène très naturellement vers ce courant artistique européen qui rejette la symétrie et la ligne droite, et qui se réfère avec délectation au Moyen Âge, à ses chimères et ses représentations végétales. 

Vue de l'intérieur du palais Güell : plafond et orgue.

« Un caprice que la nature a sculpté » (Salvator Dali)

Au tournant du siècle, Antoni Gaudì, désormais célèbre, se voit confier par de riches industriels l'édification de leurs propres demeures. Et il faut qu'ils aient une belle confiance en lui pour voir sortir de terre des maisons aux façades ondulantes, loin de tout ce qui a été fait jusqu'ici !

Le Park Güell.À côté des Casa Batlló (1904) ou Milà (1906), une entreprise sort du lot : il s'agit d'une cité-jardin idéale d'une vingtaine d'hectares, commandée une fois de plus par son ami Güell (1900).

Si les habitations n'ont jamais vu le jour, faute d'acquéreurs, le Park Güell n'en reste pas moins une réalisation d'une grande originalité. Partout, ce ne sont que formes et couleurs, reptiles et dragons. Qui peut deviner que ces bâtiments et mosaïques furent construits à partir de rebuts de pierre et de débris d'assiettes ?

Croix gaudienne et détail de la toiture de la Casa Batlló (1904). Agrandissement : Façade de la Casa  Milà (1906).

En échange d'une obole

Mais c'est surtout un autre chantier qui va marquer sa carrière : celui de la Sagrada Familia, toujours à Barcelone. À l'origine, Gaudì avait bien l'intention de boucler l'affaire en une dizaine d'années. À 31 ans, lorsqu'il reprend la construction initiée en 1882, il sait que le projet est fragile.

Nef de la Sagrada familia (Photo : G. Grégor). Agrandissement : Voûte de la Sagrada Familia, © GEDEON Programmes.C'est un libraire et éditeur, Josep Maria Bocabella, qui a souhaité créer une église expiatoire à la suite d'une épidémie de choléra, en s'appuyant simplement sur les dons des fidèles. Un îlot de maisons est acheté, une construction de style néogothique s'inspirant du sanctuaire italien de Lorette est lancée.

Elle ne plait guère à Gaudì qui va au fil des ans n'en faire qu'à sa tête, ne cessant de modifier structure et décor. Après s'être attaqué à la crypte où il fait entrer la lumière, il organise l'intérieur de l'édifice en s'aidant de maquettes puis crée des moulages pour définir les multiples sculptures destinées à orner les façades.

Collaborateurs, animaux et même végétaux se retrouvent ainsi enduits de plâtre lorsque ce ne sont pas des squelettes, moins réticents. Doucement, trop doucement à son goût, le chantier avance.

Façade de la Sagrada Familia : scène du Golgotha par Josep Maria Subirachs. Agrandissement : Scènes de la nativité et du Golgotha (Photo : G. Grégor ).

Une forêt spirituelle inachevée

Maquette de la Façade de la Nativité avec polychromie par Joseph Maria Jujol, 1910, © Fundació Junta Constructora del Temple Expiatori de la Sagrada Família / Pep Daudé. Agrandissement : Colonnes hélicoïdales de la Sagrada Família.Pourtant, Gaudì s'est jeté corps et âme dans cette entreprise qui est pour lui un véritable engagement spirituel. À cela s'ajoute le désir de renouveler ce style gothique qu'il connaît si bien.

Il va par exemple supprimer les contreforts qui traditionnellement soutenaient la structure, ce qui lui prend une dizaine d'années d'étude. Il les remplace par de longues colonnes semblables à des arbres dont les ramifications permettent d'alléger les charges.

Il peut ainsi donner à son œuvre des dimensions gigantesques : le plus haut de ses 12 clochers culmine à 172 mètres et domine un complexe de 4 500 m2, capable d'accueillir 14 000 personnes.

Ajoutez-y 5 nefs, 12 chapelles, un cloître ainsi que d'innombrables éléments de décoration, extérieurs comme intérieurs, et vous comprendrez que Gaudì n'espérait pas voir de son vivant l'aboutissement de son rêve.

Vitraux de la Sagrada Familia (Photo G. Grégor). Agrandissement : le chœur, l'autel, le ciborium et la coupole.

Le rêve se poursuit

Statue d'Antoni Gaudí par Josep Maria Subirachs. Agrandissement : Chapelle Notre-Dame du Carmen, crypte de la Sagrada Familia. Au sol, la tombe de Gaudí.Il finit par faire corps avec son œuvre au point de s'y installer définitivement en 1918. Imaginait-il d'autres innovations lorsque le 7 juin 1926, perdu dans ses pensées, il est renversé par un tramway ?

Sans papiers sur lui, habillé de façon négligée, il est pris pour un mendiant et amené tardivement à l'hôpital où il meurt le lendemain, à 73 ans. Cette mort anonyme contraste avec l'hommage que lui rendent les habitants de Barcelone quelques jours plus tard : c'est un cortège de près d'un kilomètre de long qui l'accompagne à la Sagrada Familia où il est inhumé.

Le chantier de la Grande Église est néanmoins encore loin d'être terminé malgré la générosité des mécènes et des visiteurs. Même si le permis de construire ne court que jusqu'en 2026, on peut supposer que Gaudì n'est pas près de trouver le calme dans sa crypte.

L'Unesco n'a pas attendu la consécration de l'édifice pour inscrire au patrimoine de l'humanité sept « Œuvres de Gaudí » : le parc Güell, le palais Güell, la Casa Milà, la Casa Vicens, la façade de la Nativité et la crypte de la Sagrada Família, la Casa Batlló et la crypte de la Colonia Güell, des oeuvres désormais indissociables de Barcelone et de la Catalogne.    

Toucher au cœur des hommes

Dans la préface d'un ouvrage consacré à l'architecte catalan, Le Corbusier dit toute son admiration pour son prédécesseur... « Ce qu'il y avait à Barcelone, c'était l’œuvre d’un homme d’une force, d’une foi et d’une capacité technique extraordinaires manifestée durant toute sa vie de chantier, d'un homme faisant tailler les pierres sous ses yeux, sur des épures vraiment savantes. Gaudì est « le constructeur » du « 1900 », l'homme de métier, bâtisseur de pierre, de fer ou de briques. Sa gloire apparaît aujourd'hui dans son propre pays. Gaudì était un grand artiste ; seuls ceux qui touchent au cœur sensible des hommes demeurent et demeureront » (préface de Gaudì, 1957).

La Sagrada Familia (détails de la façade). Agrandissement : l'aigle de Gaudí dans les jardins d'Artigas à Barcelone.

Bibilographie

Rainer Zerbst, Antoni Gaudí, éd. Taschen, 1993,
Philippe Thiébaut, Gaudí, bâtisseur vissionnaire, éd. Gallimard (« Découvertes »), 2001,
Basilique de la Sagrada Familia, éd. Dosde.


Épisode suivant Voir la suite
Vies d'artistes
Publié ou mis à jour le : 2022-04-28 17:28:47

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net