Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> 6 novembre 2017
La Crise europenne
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

6 novembre 2017

Vive la mondialisation heureuse, vive la fraude fiscale!


Depuis le 6 novembre 2017, les mdias franais et occidentaux bruissent dune affaire de paradis fiscaux, baptise de faon incomprhensible, mme en anglais: Paradise papers.

La belle affaire! lire les journaux et couter nos hommes politiques, comment ne pas songer la formule de Bossuet: Dieu se rit de ceux qui dplorent des effets dont ils continuent de chrir les causes?

Des documents confidentiels ont été dérobés dans un cabinet d’avocats fiscalistes et de grands quotidiens se sont empressés de les publier par souci de moralité. Qu’apprend-on ? Que des multinationales, des multimilliardaires et même des cinéastes utiliseraient toutes les ficelles légales et même contourneraient les lois pour payer le moins possible d’impôts et dissimuler leurs avoirs dans des îles exotiques ? Qui l’eut cru ? Qui l’eut imaginé possible ?

Devant les députés – et sous l’œil des caméras – le ministre français de l’Économie a crié son indignation : « C’est intolérable ! »

Le même, il y a quelques semaines, s’était félicité avec tous ses collègues et le président de la République de la mise en application du traité entre l’Union européenne et le Canada (CETA). Or, c’est la même idéologie qui sous-tend ce traité et les pratiques d’« optimisation fiscale ».

Adopté en catimini, sans vote parlementaire - si ce n’est celui du Parlement européen, qui ne pèse pas lourd en matière démocratique -, ce traité de libre-échange de « nouvelle génération » restreint les droits des États européens au profit des multinationales. Il permet à celles-ci de contester des décisions gouvernementales y compris lorsqu’elles concernent exclusivement les citoyens de l’État concerné.

Ainsi s’éloigne-t-on à grandes enjambées du modèle démocratique inventé il y a trois siècles, qui plaçait au cœur du pacte social le « peuple souverain » (Jean-Jacques Rousseau).

S’il vient à s’exprimer sur l’affaire des paradis fiscaux (« Paradise papers » en novlangue), nul doute que le président Emmanuel Macron criera son indignation aussi fort que son ministre.

Mais le même oppose « ceux qui réussissent », autrement dit qui se donnent pour objectif de gagner un maximum d’argent, à « ceux qui ne sont rien », autrement dit l’immense majorité des citoyens : les paysans, les ouvriers et employés, les ingénieurs, chercheurs, enseignants et aussi parents « au foyer » qui cherchent leur satisfaction dans l’accomplissement de leur travail quotidien au bénéfice de la collectivité et de leurs proches, sans se soucier d’accumuler du superflu.

L'Adoration du veau d'or (Nicolas Poussin, 1633, National Gallery, Londres)Le président lui-même pilote l’État comme une entreprise, en manager seulement soucieux d’efficacité et de résultats comptables. Comme ses deux prédécesseurs, il a été nourri par l’idéologie de la performance, avec un seul étalon qui vaille : l’argent.

S’il y a lieu de s’indigner des millionnaires qui dissimulent leurs avoirs ou s’exilent dans des pays fiscalement modérés, comme la Suisse ou la Belgique, que penser des présidents de la République Nicolas Sarkozy et François Hollande qui, à peine sortis de l’Élysée, n’ont eu d’autre hâte que de marchander leur carnet d'adresses sous couvert de conférences grassement rémunérées ? L’aurait-on imaginé de la part de la précédente génération, de Mitterrand, Giscard ou Pompidou ?

Cette dérive témoigne d’un basculement de l’Occident dans une nouvelle hiérarchie de valeurs, qui place l’individu et ses intérêts particuliers au-dessus de l’intérêt général et du dévouement à la chose publique.

De la société de confiance à la société de défiance

« Aussi riche que l’on soit, on ne fait jamais que trois repas par jour », observait avec bonhomie Marcel Dassault, un ingénieur de génie qui avait par son talent bâti un empire industriel et par voie de conséquence accumulé une grande fortune.

C’était au temps où la prospérité générale était le fruit du travail productif et de l’innovation technique, rendus possibles par l’État de droit et une société de confiance. Car, comme l’observait un maître ès-tromperies : « On est plus souvent dupé par la défiance que par la confiance » (Cardinal de Retz).

Depuis deux siècles, voire cinq ou dix, c’est sur ces bases que l’Europe occidentale a pu sortir de la stagnation néolithique, engager la révolution industrielle et diffuser ses recettes dans le monde entier… parfois par des moyens que la morale réprouve (conquêtes et colonisation).

Les années 1980 ont amorcé une rupture historique avec l’émergence aux États-Unis d’une idéologie dite « néolibérale » selon laquelle les actionnaires seraient les meilleurs juges de la santé d’une entreprise et, bien plus que l’État, les garants de la prospérité générale.

Le président américain Ronald Reagan avait exprimé l’idée en une formule-choc : « L’État n’est pas la solution à notre problème, l’État est le problème ».

Ce propos, repris de toutes les façons possibles par les dirigeants occidentaux depuis trois décennies, a instillé l’idée qu’après tout, contourner la loi ou duper les agents du fisc n’est pas si grave que ça ! Comment s’en vouloir de tromper un Léviathan réputé obèse, incompétent, corrompu et illégitime ?

Les élus eux-mêmes s’appliquent à démanteler les États-Nations, accusés de tous les maux. Le mouvement a pris une ampleur sans égale en Europe continentale avec l’avènement de la zone euro et le renoncement de ses membres à leur souveraineté budgétaire.

Fidèle à sa réputation révolutionnaire, la France s’est immédiatement installée à l’avant-garde du mouvement, oublieuse des enseignements de Lacordaire : « entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit » (16 avril 1848).

Par contre, faut-il s’en étonner ? la Chine et le Japon demeurent réfractaires aux nouvelles « Lumières » et s’accrochent à une conception obscurantiste de l’État. En Chine, en particulier, c’est le gouvernement qui contrôle d’une main de fer la monnaie et les grandes entreprises. C’est lui aussi qui est à la manœuvre pour s’emparer des technologies de pointe occidentales.

Cela ne saurait remettre en question l’idéologie néolibérale. Comme au bon vieux temps du communisme, quand, devant l’évidente faillite de celui-ci, ses promoteurs (et profiteurs) n’avaient qu’un mot : « C’est que nous ne sommes pas allés assez loin. Accélérons le rythme. »

Sauf improbable chamboulement, nous sommes invités à observer de loin les joutes politiciennes avec le sentiment qu’elles ne changeront rien au nouvel ordre social, fondé sur la primauté de l’individu, de préférence riche et apatride. Bienvenue dans la mondialisation heureuse.

Joseph Savès

Publié ou mis jour le : 2017-11-12 21:27:41

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir les 16 commentaires sur cet article

Bernard VACH (14-11-201710:31:47)

Pertinentes citations de Bossuet et Lacordaire voire dAlphonse Allais.
A l'heure o on encense la "nouvelle" conomie et la "nouvelle" politique, ces rapprochements nous rappellent qu'il ne s'agit que de vieilles recettes appliques par une infime minorit cupide pour s'approprier la richesse gnrale.

Bernard VACH (14-11-201710:31:21)

Pertinentes citations de Bossuet et Lacordaire voire dAlphonse Allais.
A l'heure o on encense la "nouvelle" conomie et la "nouvelle" politique, ces rapprochements nous rappellent qu'il ne s'agit que de vieilles recettes appliques par une infime minorit cupide pour s'approprier la richesse gnrale.

Grabinoulor (14-11-201710:18:52)

Je ne partage pas les opinions exprimes dans l'article et les commentaires. Les entreprises pratiquent l'optimisation fiscale : que fait un particulier qui investit dans l'immobilier pour bnficier d'une rduction d'impt ? Elles contournent la loi : et celui qui travaille au noir ? Elles ne paient pas les impts qu'elles devraient : qui en dcide pour les multinationales ? La France, l'Irlande, l'le de Man ? Quant aux individus hyper riches, ont-ils pris leur fortune quelqu'un ( part vid... Lire la suite

Rmy Volpi (13-11-201718:11:03)

Fraude fiscale? Mais que fait la police?
Les Paradise Papers ne dnoncent pas la fraude fiscale, mais l'existence dsormais criarde de pratiques de coulisses, mais parfaitement lgales, qui permettent ceux qui ont les moyens d'affrter des hommes de l'art ad hoc de s'adonner "l'optimisation fiscale". Mais reprocher cela aux entreprises dont la raison d'tre est la maximisation de la cration lgale de richesses est une parfaite hypocrisie qui relve de la recherche d'un bouc missaire... Lire la suite

pierre (13-11-201715:03:39)

L'evasion fiscale, l'optimisation fiscale est inherente au capitalisme; elle est mme INDISPENSABLE... elle introduit la souplesse necessaire et le recul (avant reinvestissement) et ,n'a rien a voir avec la morale.
Le resultat c'est que plus d'un milliard d'tres humains (la Chine, l'Inde, les pays emergents) sont sortis de la misere en 40 ans et que nos societs occidentales sont de plus en plus riches.
Pour les moralistes se rappeler l'etat des pays communistes en 1990 . Que quel... Lire la suite

kourdane (13-11-201710:46:16)

Sarkozy s'est prcipit et assume son gout de l'argent !
Ce n'est pas le cas de Franois Hollande votre tournure de phrase assimilant les 2 est me semble t'il du " bashing "


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'vasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhrez aux Amis d'Herodote.net

D'o vient le surnom d'«Immortel» donn aux membres de l'Acadmie franaise ?

Rponse
Publicité