L'héritage de Vichy

Un passé très présent

Le 10 juillet 1940, dans le Casino de Vichy, les parlementaires accordent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. La IIIème République n’est plus. Elle laisse la place à l'État français.

Le Maréchal, chef de l'État français, va légiférer à son gré, assisté par un gouvernement de techniciens apolitiques pour beaucoup issus des milieux bancaires. D’où le foisonnement législatif que connaît la France en quatre ans : 16 786 lois et décrets promulgués entre 1940 et 1944. De l’accouchement sous X à la fête des Mères en passant par le certificat prénuptial, l'Ordre des médecins, les Régions, la carte d'identité etc., toutes ces mesures et bien d’autres nous viennent du régime de Vichy ainsi que le montre l'historienne Cécile Desprairies (L'héritage de Vichy : ces 100 mesures toujours en vigueur, Armand Colin, 2012).

En dépit de la rupture affichée avec la IIIème République, beaucoup s’inscrivent dans la continuité du régime précédent. Inspirées par le Front populaire, elles n’ont souvent pas été votées à cause de l’opposition du Sénat. Les autres sont calquées sur le modèle allemand. Chose  surprenante, ces changements issus des quatre années noires de l’Occupation vont pour beaucoup entrer dans nos mœurs...

Affiches, Travail, Famille, Villemot, 1943.

La famille sur le devant de la scène nationale

Le nouveau régime prétend redresser le pays par le biais d'une « Révolution nationale », avec la devise  « Travail, Famille, Patrie »

Affiche de R.Vachet, Centre de propagande de la Révolution Nationale, Avignon, 1941. L'agrandissement montre une imagerie de propagande : sous la devise « Travail, Famille, Patrie », le portrait de Pétain en médaillon soutenu par une francisque au-dessus d'une scène représentant la France rurale et industrielle, 1942.Vichy développe la politique familiale amorcée dans l’entre-deux-guerres et élargit les prérogatives du Code de la famille, notamment les allocations familiales ébauchées par le démographe Alfred Sauvy.

L’accouchement sous X apparaît pour protéger les enfants nés d’unions franco-allemandes. C’est la première fois que l’on donne en France une existence sociale à un enfant qui ne connaîtra jamais ses parents. 

L'un des plus grands chantiers de Vichy concerne la retraite des vieux travailleurs. Pétain reprend une revendication de la gauche : la mise en place d'une Allocation aux vieux travailleurs salariés, ceux qui étaient jusque-là exclus de la pension de retraite instaurée en 1930.« Je tiens les promesses, même celles des autres lorsque ces promesses sont fondées sur la justice », annonce-t-il à la radio le 15 mars 1941 en présentant la réforme préparée par son secrétaire d'État au Travail René Belin, un dirigeant de la CGT (Confédération Générale du Travail) rallié à Vichy.

Dans les entreprises, le gouvernement introduit la fonction de Président-directeur général (Pdg). Il met en place par ailleurs les Comités d'établissement, aujourd'hui comités d'entreprise, ainsi qu'un salaire minimum. Il promeut les cantines d'entreprise et une ébauche de tickets-repas.

La quasi-totalité des mesures prises par Vichy en matière d’assurances sociales seront validées à la Libération.

Vichy et l’exception culturelle française

« L’exception culturelle française » doit beaucoup à Vichy. Le régime légifère énormément dans les domaines de la culture, comme ceux de la musique et du cinéma

Vichy crée en 1944 une institution dédiée à la formation aux métiers du cinéma, l’Institut des hautes études cinématographiques, devenu en 1986 la FEMIS (Fédération européenne des métiers de l’image et du son).

L’archéologie se dote d’un statut grâce au secrétaire d’État à l’Education nationale, aux Beaux-Arts et à la Jeunesse Jérôme Carcopino, historien de l’Antiquité.

Le maréchal Pétain en visite dans une école à Périgny (Allier) en octobre 1941, Mémorial de Caen. L'agrandissement montre une classe de l'école enfantine Heriot à Draguignan (Var) pendant la seconde guerre mondiale, ECPAD, agence d'images de la Défense.

La réforme du système éducatif

En matière éducative, Vichy s’inspire du modèle allemand pour conforter les valeurs de la « Révolution nationale ». Il réforme la géographie,  en introduisant  la géologie et créant l’agrégation de géographie, toujours en vigueur.

La pédagogie germanique met les « travaux manuels » au cœur de son système. Aussi la France prend-elle exemple sur son voisin et occupant et décide en 1941 que le dessin sera une épreuve facultative du baccalauréat.

Du fait des bombardements anglo-américains sur les villes, Vichy met en place un enseignement à distance et crée en mai 1944 un Centre national d’enseignement par correspondance (CNEPC) pour pallier l'éventuelle destruction des locaux d'enseignement. En 1986, il prendra le nom de Centre national d’enseignement à distance (CNED). Spécificité française, l’institution mobilise des milliers d’enseignants et vacataires et son succès s'est affirmé pendant la crise du coronavirus (printemps 2020). 

Noël 1941, Affiche, Archives Départementales de l'Indre.

Un esprit sain dans un corps sain

Dès le 7 octobre 1940, une loi met en place l'Ordre des médecins afin de discipliner et coordonner la profession.  C'est la concrétisation d'un projet ébauché par la gauche républicaine dans les années 1920. Dans le même esprit, Vichy crée aussi l'Ordre des experts-comptables et des comptables agréés par la loi du 3 avril 1942.

Par une loi de décembre 1941, Vichy pose les bases de l’hôpital public, une institution donc le succès perdure malgré la concurrence des Centres hospitaliers universitaires (CHU), apparus en 1958.

La médecine du travail naît aussi en 1941 et, à la Libération, la loi du 11 octobre 1946 obligera les employeurs du secteur privé à employer des médecins du travail.

Une loi de novembre 1941 crée l’Institut national d’hygiène, ancêtre de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

Pour limiter enfin les risques de contagion, Vichy met en place une solide prévention avec un nouvel outil de suivi médical : le carnet de vaccination, obligatoire dès l’été 1941.

Visite médicale et remise du carnet de santé aux écoliers, 5 février 1944, Paris, musée carnavalet.

Le régime institue le certificat prénuptial en 1942 qui oblige les futurs époux et parents à passer un examen médical avant le mariage. Il s'agit de limiter le risque d'enfants malades « pour le bien de la race ». Seule mesure réellement teintée d’eugénisme, elle est restée obligatoire jusqu’en 2007.  L’hygiénisme passe aussi par le sport. L’éducation physique devient obligatoire à l’école.

En février 1944 est créée l’Association nationale des camps de montagne qui prendra le nom d’Union des centres de plein air (UCPA) en 1965. L'alpinisme bénéficie de toute l’attention de Jean Borotra, célèbre joueur de tennis et commissaire général à l’Éducation générale et sportive. L’été 1943 est reconnue la profession de guide de haute montagne.

Cherchant à s’éloigner de la culture anglo-saxonne, Vichy supprime le rugby à XIII en 1941. Professionnels et amateurs sont interdits de pratique. Résultat, le rugby à XV, qui devient professionnel en 1995, domine très nettement la pratique en France.  Et pour se rapprocher de l’occupant, la France de Vichy promeut le handball, sport typiquement allemand.

Dans sa croisade contre l’alcoolisme et afin de limiter la vente d'alcool, Vichy impose aux cafés-restaurants la licence IV et promeut par ailleurs les eaux minérales. Le menu à prix fixe devient obligatoire dans les restaurants. Une obligation que l’on retrouve aujourd’hui : chaque restaurant doit obligatoirement afficher un menu à prix unique pour le déjeuner.

Affiche de R.Vachet, Centre de propagande de la Révolution Nationale, Avignon, 1941. L'agrandissement montre l'affiche de Villmot, Patrie, en 1943.

L'ordre avant toute chose

Par la loi du 19 avril 1941, Pétain institue dix-sept préfets régionaux avec mission de relayer l'action du gouvernement et de surveiller les administrations départementales. Il s'agit ni plus ni moins de redonner vie aux intendants et aux provinces d'Ancien Régime. C'est la naissance des Régions administratives actuelles.

Dans le souci d'encadrer la population, le gouvernement rend en 1943 la carte d'identité obligatoire (elle redeviendra facultative en 1955). Par-dessus les polices municipales, il crée aussi une police nationale. Guerre oblige, le gouvernement introduit dans les villes le rituel de la sirène du premier mercredi de chaque mois à midi pour tester la défense passive.

Plus gravement, sous la pression de l'occupant, Vichy introduit le délit de non-assistance à personne en danger. Il s'agit d'obliger les Français à porter secours aux soldats allemands qui viendraient à être blessés dans un attentat ! C'est une nouveauté radicale dans le droit français qui, inspiré du droit romain, ne sanctionne que les actes fautifs.

Publié ou mis à jour le : 2020-06-22 10:46:57

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net