Thiers

Bourgeois et révolutionnaire

Georges Valance (Flammarion, 448 pages,  2007)

Thiers

Thiers, bourgeois et révolutionnaire est un ouvrage de Georges Valance, journaliste et auteur de divers livres sur l'histoire du XIXe siècle et la monnaie.

Cette nouvelle biographie du premier président de la IIIe République se lit comme un roman. Le personnage se prête bien à ce traitement romanesque car il en existe peu d'aussi balzaciens.

Romanesque, Adolphe Thiers, le bourgeois conservateur et pingre au service de Louis-Philippe 1er, le fossoyeur de la Commune de Paris, le vieillard de 74 ans qui négocia pied à pied avec Bismarck une diminution de la rançon imposée à la France par le vainqueur de Sedan ?... Vous voulez rire ! C'est pourtant ce dont arrive à nous convaincre Georges Valance.

Oh, certes, Thiers n'est pas Ruy Blas ou le Cid mais plutôt Rastignac, le jeune héros de la Comédie humaine qui lance du haut du cimetière du Père-Lachaise : «Paris, à nous deux !»

La comparaison n'est pas fortuite. C'est en effet l'ambitieux Marseillais qui a inspiré au romancier le personnage de Rastignac ! Et Balzac a poussé le vice jusqu'à faire épouser à Rastignac la fille de sa maîtresse et protectrice, la baronne de Nucingen, de la même façon que Thiers avait épousé la jeune Émilie (15 ans), fille de l'aimante Sophie Dosne.

Les similitudes s'arrêtent là. Thiers (1,55 mètre de taille) n'a pas le nom aristocratique, l'élégance désinvolte et le charme du héros de Balzac. Et surtout, ce n'est pas par l'amour qu'il arrive à gravir les échelons de la société mais par le travail.

L'histoire et le roman se rejoignent dans le livre de Georges Valance comme dans la vie d'Adolphe Thiers. Le jeune homme, conscient de sa supériorité intellectuelle et ambitieux comme il n'est pas permis débarque à Paris avec son diplôme de droit en poche. On est sous le règne finissant de Louis XVIII. Dans ce régime parlementaire, le droit de vote est réservé à une centaine de milliers de citoyens parmi les plus riches.

D'emblée, Thiers choisit de se faire connaître par le journalisme. Il écrit pige sur pige et se monte un réseau de relations. Ainsi entre-t-il dans le salon très réputé du banquier Laffitte. Là, un jour de 1823 (il a 26 ans), il est présenté au prince de Talleyrand, qui en a près de 70 ! Le «Diable boîteux» est immédiatement séduit par l'ambition dévorante du jeune journaliste et va dès lors le chaperonner et le guider dans les arcanes de la société.

De l'ex-évêque d'Autun, né sous le règne de Louis XV, au futur premier président de la IIIe République, c'est l'histoire de France qui se joue dans une pièce qu'aucun dramaturge n'aurait osé imaginer.

Survient la révolution des Trois Glorieuses, en juillet 1830. Adolphe Thiers y occupe une place de premier choix et amène sur le trône Louis-Philippe 1er. Arrivé sans un sou à Paris dix ans plus tôt, il a déjà atteint le sommet du pouvoir. Il ne va plus s'en éloigner sauf dans les débuts du Second Empire...

Georges Valance, dans cette biographie d'une lecture facile, évite fort heureusement la tentation de l'hagiographie. Il ne fait pas d'Adolphe Thiers un héros lumineux et sans reproche mais une personnalité d'une infinie complexité, en noir et en gris (comme dans le célèbre tableau de Léon Bonnat).

André Larané.

Publié ou mis à jour le : 10/06/2016 09:42:47

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net