Néolithique

Sédentarisation et agriculture

Le Néolithique est la dernière période de la Préhistoire, après le Paléolithique supérieur. Elle est caractérisé par la naissance de l'agriculture et de l'élevage ainsi que la mise au point de techniques raffinées pour la taille des outils en pierre. Mais aussi (et surtout, devrions-nous dire) par l'apparition des premiers villages. 

Contrairement à un présupposé qui remonte aux thèses de Marx et Engels, ce n'est pas en effet l'invention de l'agriculture qui a précédé la sédentarisation mais l'inverse : c'est parce que les hommes ont choisi de se sédentariser qu'ils ont été conduits à développer l'agriculture. Rendons hommage à l'anthropologue Germaine Tillion qui, dès 1966, a entrevu ce phénomène contre-intuitif (note).

André Larané

L'invention du Néolithique

Gordon Childe (14 avril 1892 – 19 octobre 1957), archéologue australienDans la période qui s'étire entre 12 500 et 7 500 av. J.-C. et au-delà, l'humanité connaît une première expansion démographique, de quelques centaines de milliers à quelques dizaines de millions d'individus.

Aussi le préhistorien australien Gordon Childe y a-t-il vu une « révolution néolithique » comparable par ses conséquences à la révolution industrielle de notre époque.

De petites communautés humaines commencent à se grouper dans des villages permanents. Puis elles développent l'agriculture en complément de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Elles pratiquent ensuite l'élevage et enfin cultivent les arts du feu, notamment la poterie et la métallurgie du bronze.

Les hommes cessent d'être seulement des prédateurs qui puisent leur subsistance dans la nature. Ils deviennent des producteurs qui renouvellent ce qu'ils consomment (graines, gibier) par les semis et l'élevage. Ce changement est observé au Moyen-Orient et presque simultanément en Chine du nord, au Sahara et dans la Cordillère des Andes.

Le mot Néolithique a été forgé en 1865 par le banquier et naturaliste sir John Lubbock à partir du grec neos, nouveau, et lithos, pierre. Il signifie l'Âge nouveau de la pierre polie et fait suite au Paléolithique, l'Âge ancien de la pierre taillée.

Avant l'agriculture

Les premiers hommes vivaient dans des abris sous roche et tiraient leur subsistance de la chasse, de la pêche et de la cueillette... Ainsi vivaient par exemple les hommes qui décorèrent les grottes de Lascaux et d'Altamira (16 000 ans avant notre ère).

Sir John Lubbock (30 avril 1834 – 28 mai 1913), préhistorien et naturaliste britannique, banquier et politicien.Nomades et peu nombreux (quelques centaines de milliers en tout et pour tout), ils parcouraient la terre en quête de nourriture. Ils jouissaient sans trop de mal des fruits de la Terre, d'autant qu'après la dernière glaciation, qui remonte à 16 000 ans av. J.-C., le réchauffement du climat avait favorisé dans les zones tempérées la prolifération du gibier, des céréales (blé et orge) et des légumineuses (pois ou lentilles).

Ces premiers hommes utilisaient des pierres et des os pour se défendre, découper la viande et déterrer les racines. Pour rendre ces outils rudimentaires plus coupants et plus pointus, ils les taillaient avec des pierres dures (silex ou quartzite).

Cette lointaine époque a été pour cela appelée par sir John Lubbock Âge ancien de la Pierre taillée, ou Paléolithique (du grec palaios, ancien, et lithos, pierre). Elle a duré environ plus d'un million d'années.

Mines à silex

Le silex, roche siliceuse très dure, est présent sous forme de gisements dans certains sols calcaires. Il a été très utilisé par les premiers hommes et même, au temps des pharaons, par les Égyptiens.

Les meilleurs gisements étaient exploités comme des mines de charbon et la précieuse pierre faisait l'objet d'échanges commerciaux. On peut voir une reproduction de mine de silex à Samara, près d'Amiens.

Premiers villages

Tout change à partir de l'an 12 500 av. J.-C. Le Moyen-Orient se couvre à cette époque-là de graminées (céréales) et l'« on a pu calculer qu'une personne pouvait récolter en deux semaines assez d'engrain sauvage pour nourrir une famille de quatre personnes pendant un an » (note).

Au Proche-Orient, dans la région du Jourdain, certaines communautés profitent de cette nourriture abondante à portée de main pour habiter à plusieurs familles dans un village permanent plutôt que de se déplacer sans cesse et de dormir dans des abris de fortune. Ils choisissent de vivre groupés mais sans rien changer à leur pratique de chasseur-cueilleur. Ces villages marquent le début d'une période charnière appelée Mésolithique (du mot grec mesos qui signifie milieu).

Jacques Cauvin (1930 – 26 décembre 2001), archéologue français.L'archéologue Jean Perrot a mis au jour le site d'un tel village à Mallaha, au nord d'Israël, en 1955. Il s'agit d'un hameau de cinq ou six maisons rondes, semi-enterrées et en dur, construit entre 12 500 et 10 000 av. J.-C.. Des hameaux similaires ont été aussi mis au jour près du Mont Carmel et sur le site de Ouadi en-Natouf d'où l'appellation de Natoufiens donnée par les savants aux représentants de cette lointaine culture.

« Par leur sédentarité, ces groupes accrus s'enracinent en outre dans un milieu stable, où la société des morts, dont témoignent les premiers cimetières mêlés aux habitants, renforce métaphoriquement celle des vivants et peut légitimer en quelque sorte son implantation fixe », écrit Jacques Cauvin (note).

Au cours du demi-millénaire suivant (10 000 à 9 500 av. J.-C.), dans la même région, les Khiamiens multiplient les représentations de femmes. Il s'agit de figurines en calcaire assimilables à une déesse Mère. Elles cohabitent avec des représentations de taureaux, le taureau étant le symbole de la force virile et indomptable.

Les cultes de la déesse Mère et du taureau se diffusent de concert... de même que la vénération des crânes.

Rencontre du chien et de l'homme

Avec les Natoufiens du Mont Carmel (Israël), qui vécurent 10 000 ans av. J.-C., nous découvrons le plus ancien ami de l'homme : le chien. C'est le premier exemple de domestication animale... Les hommes du Mésolithique ont attendu trois mille ans avant de domestiquer un nouvel animal : la chèvre.

Premiers semis

L'agriculture n'a pas été à proprement parler inventée. Les chasseurs-cueilleurs savaient de toute éternité qu'en lâchant une graine sur le sol, elle donnerait une nouvelle plante. Au début de l'humanité, tirant assez de ressources de la simple cueillette, ils ne se souciaient pas d'exploiter méthodiquement cette observation.

Puis, on l'a vu, les hommes ont commencé à se grouper en petits villages sans cesser de pratiquer la chasse et la cueillette, simplement parce que la vie en communauté leur apportait plus de confort et de sécurité que la vie en solitaire. Peut-être aussi pour des besoins spirituels : il semble que les premiers villages, en Asie mineure, ont été construits autour d'un temple, pour le service de celui-ci.

L'amélioration des conditions de vie a alors favorisé la croissance de la population.

Autour des villages, il est devenu de plus en plus difficile de s'en tenir à la simple cueillette. C'est ainsi que l'on a commencé de favoriser la croissance des plantes autour des maisons. Puis, on s'est astreint à des travaux de binage et d'entretien des parcelles pour en améliorer le rendement.

Les origines de ce changement ne sont pas complètement élucidées mais le préhistorien Jacques Cauvin peut toutefois affirmer que « le passage à l'agriculture n'est pas, à ses débuts, une réponse à un état de pénurie » (note).

Plantes sauvages, plantes cultivées

Le tournant agricole se repère à la modification des caractères génétiques des restes végétaux qu'ont retrouvés et analysés les archéologues.

Les céréales sauvages ont des graines qui, à leur maturité, s'envolent d'elles-mêmes au premier souffle de vent. C'est la condition de leur reproduction. Or, les hommes, quand ils récoltent les graines mûres en vue de leur consommation ou d'un semis volontaire, prennent, par la force des choses, les graines qui sont restées attachées à l'épi du fait d'une mutation génétique rare. C'est ainsi que ces céréales mutantes, caractérisées par un rachis solide (le rachis désigne la fixation de la graine à l'épi), vont tendre à se multiplier dans les zones cultivées, au détriment des céréales ordinaires.

C'est à ce phénomène que les archéologues reconnaissent l'existence de pratiques agricoles. Ils ont ainsi repéré les premiers signes d'une domestication des céréales chez les Khiamiens de l'oasis de Damas.

Révolution culturelle

Des deux millénaires qui s'écoulent entre 9 500 et 7 500 av. J.-C., il nous reste des vestiges remarquables sur le site de Jéricho, la plus ancienne des villes actuelles, comme sur celui de Mureybet, au bord de l'Euphrate (l'Irak actuel).

Selon les propos de Jacques Cauvin, ces vestiges témoignent d'un véritable choc culturel avec la banalisation de l'agriculture, l'apparition de l'élevage et le développement d'une civilisation urbaine, avec aussi une hiérarchie sociale et une segmentation par profession. Ainsi apparaissent les premières sociétés dites « à chefferies », prélude aux cités-États du IIIe millénaire av. J.-C.

Une nouvelle architecture émerge avec des maisons à plan rectangulaire. La forme ronde est dès lors réservé aux maisons communautaires ou aux sanctuaires (comme aujourd'hui le chevet des églises ou le mirhab des mosquées). Les maisons rectangulaires non enterrées et les premières chèvres domestiquées témoignent de la volonté des hommes de s'affranchir des éléments naturels et de les dominer.

La révolution néolithique se diffuse assez vite du Levant (la région du Jourdain) vers l'Anatolie (la Turquie actuelle). On en trouve les traces à Cayönu et Nevali ainsi qu'à Catal Hüyük. Le site archéologique de Catal Hüyük, près du lac de Konya montre des maisons resserrées, auxquelles on accède par le toit (à cause du climat froid de la région). Ce village aurait été fondé vers 7 500 avant notre ère. Enfin, entre 7 500 et 6 200 av. J.-C., c'est l'explosion, le « grand exode » ! Des migrants diffusent l'économie urbaine et agro-pastorale du néolithique au-delà du Moyen-Orient, vers l'Europe comme vers les monts Zagros (Iran).

L'émergence de la sédentarisation et de l'agriculture a partout des conséquences incalculables sur l'organisation sociale. Il faut que chacun se prémunisse contre le risque de se faire dépouiller de ses cultures et de ses provisions. Ainsi naissent la propriété et le droit qui s'y attache.

Vers l'âge des métaux

La révolution néolithique se clôt avec l'apparition de la poterie et des premiers objets métalliques.

- poteries et céramiques :

Moulées à la main (sans tour) et cuites au four, les premières poteries sont fragiles. Elles n'en permettent pas moins des changements culinaires importants en autorisant la préparation de soupes et bouillies.

Notons que la poterie surgit au Japon dès le XIIe millénaire av. J.-C. et dans le Sahara au IXe millénaire, soit bien avant l'invention de l'agriculture !

- Travail des métaux :

Pour travailler la terre, les paysans utilisent des outils de plus en plus spécialisés : houe, faucille... Ces outils sont en bois, en pierre polie, voire en bronze.

Dès 4 500 ans av. J.-C., les hommes du Levant s'aperçoivent qu'en faisant fondre certaines roches (il s'agit de minerais), ils obtiennent un matériau mou et malléable à chaud qui devient très dur et résistant en refroidissant. Quand il est bien modelé à chaud, ce matériau (le métal) rend plus de services que la pierre taillée ou polie.

Le premier métal qu'apprennent à travailler les hommes est le cuivre, produit à partir de la malachite. Certains préhistoriens appellent Chalcolithique ou Âge du Cuivre la période incertaine qui suivrait immédiatement  l'Âge de la pierre.

Les hommes apprennent également à produire de l'étain à partir de la cassitérite et, en mélangeant le cuivre et l'étain, obtiennent du bronze, un alliage aux vertus intéressantes, qui se prête à la fabrication d'armes et d'outils. C'est ainsi qu'après l'époque néolithique vient l'Âge des métaux.

- Vers des métiers spécialisés :

Les paysans font appel à des artisans spécialisés pour leur fournir les outils et les vêtements dont ils ont besoin. Ces artisans tissent la laine du mouton ainsi que des fibres végétales comme le lin ou le chanvre, pour en faire des vêtements. D'autres fabriquent des poteries en terre cuite pour conserver les céréales et l'huile ainsi que pour cuire les aliments...

Au Moyen-Orient, au bout de quelques milliers d'années, les pluies se faisant plus rares, les populations d'agriculteurs se concentrent dans une région en forme de croissant que nous appelons pour cette raison Croissant fertile.

Le Croissant fertile

Cliquez pour agrandir
Cette carte montre le Croissant fertile (en vert bien sûr). Dans cette région aujourd'hui en grande partie désertique qui va de l'Égypte à la Mésopotamie (l'Irak actuel) sont nées les villes, l'agriculture et l'écriture !

Dans ce Croissant fertile, de grands fleuves favorisent l'irrigation des champs et compensent la raréfaction des pluies. Ces fleuves sont le Nil, qui traverse l'Égypte, le Jourdain, qui baigne la Palestine et surtout le Tigre et l'Euphrate dont le bassin forme la Mésopotamie (aujourd'hui l'Irak).

L'écriture, apparue presque simultanément en Mésopotamie et en Chine, 3 à 4 000 ans avant notre ère, engendre les premiers États avec un embryon d'administration. L'humanité entre dans l'Histoire...

Offrande de récoltes par un prêtre ou un roi (sceau-cylindre de Mésopotamie, vers 3500 av. J.-C.)

La Bible et la révolution néolithique

La Bible des Hébreux, ensemble de textes faisant référence à des événements immémoriaux, témoigne, d'après le préhistorien Jacques Cauvin, d'une singulière concordance avec le déroulement de la révolution néolithique.

Ainsi la découverte de la nudité par Adam et Ève serait-elle assimilable à la révélation de la finitude de la vie ; la perte du jardin d'Eden traduit l'éloignement de la divinité (cet éloignement se retrouve dans l'opposition en architecture entre le cercle - temple - et le rectangle - maisons ordinaires -) ; Caïn illustre l'avènement de l'agriculture et Abel, son frère cadet, de l'élevage.

Après le Néolithique vient l'Âge des métaux. Vers 4 500 av. J.-C., les hommes du Levant apprennent à travailler le minerai, en particulier le minerai de cuivre, très abondant en surface et en tout lieu. Ils produisent de premiers outils en métal (cuivre et bronze) sans cesser d'utiliser les outils en pierre, en os ou en ivoire ou en bois. 

Vers 3 000 av. J.-C., les habitants de la Mésopotamie entrent dans l'Histoire proprement dite avec l'invention de l'écriture

À l'Âge du cuivre succède l'Âge du bronze (alliage de cuivre et d'étain) au IIe millénaire av. J.-C. puis l'Âge du fer au 1er millénaire av. J.-C.

Entre l'an 12 500 et l'an 7 500 av. J.-C., de petites communautés humaines commencent à se grouper dans des villages permanents. Puis elles développent l'agriculture en complément de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Elles pratiquent ensuite l'élevage et enfin cultivent les arts du feu, notamment la poterie et la métallurgie du bronze.

Les hommes cessent d'être seulement des prédateurs qui puisent leur subsistance dans la nature. Ils deviennent des producteurs qui renouvellent ce qu'ils consomment (graines, gibier) par les semis et l'élevage. Ce changement est observé au Moyen-Orient et presque simultanément en Chine du nord, au Sahara et dans la Cordillère des Andes.


Publié ou mis à jour le : 2019-10-16 12:33:16

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net