Molière (1622 - 1673)

Quatorze ans de comédies pour accéder à l'immortalité

Jean-Baptiste Poquelin dit Molière (Paris, 15 janvier 1622 ; 17 février 1673), 1671, Pierre Mignard, musée Condé, Chantilly.Molière ! Parmi tous les auteurs qui ont illustré la langue française, de Rabelais et Montaigne à Hugo et Proust, il est le seul à faire consensus.

Familier du jeune roi Louis XIV, il a mis en scène dans ses comédies toutes les classes sociales, tous les caractères et toutes les formes de langage, du plus précieux au plus populaire.

C'est au point que ses personnages servent encore à désigner tous les caractères de  l'humanité : Harpagon (l'avarice), Agnès (l'ingénue), Don Juan (le libertin),  Trissotin et Diafoirus (faux savants et mauvais médecins),  Tartuffe (faux dévot et hypocrite), etc.  

C'est au point aussi que le français est usuellement désigné comme « la langue de Molière » et jamais autrement, même si l'on ne parle plus vraiment de la même façon qu'à la cour de Louis XIV !

Cette apothéose sans égale a été acquise dans un délai très bref. À 37 ans, quand il a remporté son premier succès auprès du roi, Molière était connu comme un excellent comédien et un directeur de troupe charismatique. Mais il n'avait encore rien écrit. Au prix d'un travail acharné qui allait lui valoir une mort prématurée, il allait enchaîner tous ses chefs d'œuvre, une trentaine de pièces, en quatorze années seulement.

André Larané

Les farceurs français et italiens (Molière est à gauche), peinture attribuée à Verio, 1670, Comédie-Française.

Treize ans d'errance voués à la scène

Le futur comédien est né à Paris, 96 rue Saint-Honoré, dans une famille de riches marchands tapissiers. Son père Jean Poquelin a acheté en 1631 la charge convoitée de « tapissier ordinaire de la maison du roi » et compte bien la léguer à son fils aîné. Louis XIII, Celui-ci est baptisé à l'église Saint-Eustache le 15 janvier 1622.

Enfant, Jean-Baptiste Poquelin partage la passion de son grand-père maternel pour le théâtre et découvre la troupe des comédiens du roi de l'Hôtel de Bourgogne comme celle du théâtre de l'Hôtel du Marais et surtout la salle du Petit-Bourbon, près du Louvre, où se produisent les comédiens italiens. Le théâtre est à l'époque, le principal divertissement profane accessible aux classes aisées. Un divertissement pas vraiment populaire quand on sait qu'une entrée équivaut au salaire quotidien d'un manouvrier. Les comédiens, s'ils sont officiellement excommuniés par l'Église à l'égal des prostituées, n'en mènent pas moins un train de vie très confortable et sont volontiers entretenus par les grands seigneurs, soucieux d'épater leurs relations avec des spectacles de qualité. 

Jean-Baptiste a dix ans quand il perd sa mère, Marie Cressé, épuisée par six grossesses.

Il fait là-dessus d'excellentes études dans le très réputé collège jésuite de Clermont (aujourd'hui lycée Louis-le-Grand), où il côtoie quelques enfants de la haute aristocratie et bénéficie d'excellents enseignants comme Pierre Gassendi (1592-1655), disciple d'Épicure, un prêtre et mathématicien aux mœurs irréprochables, par ailleurs considéré comme le premier « libertin érudit ».

Il s'oriente vers le droit, mais sans guère l'envie d'y donner suite, au grand regret de son père.

Tiberio Fiorilli (9 novembre 1608, Naples ; 7 décembre 1694, Paris) en Scaramouche (portrait par Pietro Paolini, XVIIe siècle)Avocat à 18 ans, Jean-Baptiste se lie avec des comédiens et en particulier Tiberio Fiorelli, dit Scaramouche, vedette de la commedia dell'arte.

Il rencontre aussi Madeleine Béjart (24 ans), issue d'une famille bourgeoise tout comme lui. Elle participe à la troupe de l'hôtel du Marais ainsi que ses frères Joseph et Louis et elle est déjà célèbre par ses rôles et ses écrits. Elle devient la maîtresse de Jean-Baptiste Poquelin après avoir été celle d'Esprit Rémond, seigneur de Modène. Elle va contribuer à sa formation théâtrale et mettre à jour son génie.

Fort de ces nouvelles amitiés, Jean-Baptiste renonce à la charge de tapissier du roi au profit de son frère cadet pour suivre sa vocation de comédien. Le 30 juin 1643, il signe un contrat d'association avec neuf autres comédiens dont la fratrie Béjart et investit tout l'héritage de sa mère dans l'affaire. C'est ainsi que naît l'Illustre-Théâtre. Six semaines plus tôt est mort le roi Louis XIII, laissant le trône à son fils Louis XIV (5 ans)... 

La nouvelle compagnie aménage aussitôt la salle du jeu de paume des Métayers, près du Pont Neuf, et met à l'affiche quelques bonnes tragédies. Elle reçoit le soutien de Gaston d'Orléans, dit « Monsieur », frère de l'ancien roi et lieutenant général du royaume. Le 28 juin 1644, par acte notarié, Jean-Baptiste Poquelin adopte le nom de scène sous lequel il se rendra immortel : « de Molière ». Le nom a l'avantage de sentir bon le terroir et les meules. Il rappelle aussi à quelques initiés un poète libertin mort vingt ans plus tôt.

Jean-Baptiste Poquelin, Madeleine et sept autres comédiens établissent leur petite troupe dans une salle du jeu de paume dite des Métayers puis dans celle de la Croix-Noire. Mais la concurrence est rude, le succès se fait attendre, l'argent file entre les doigts et la faillite survient deux ans plus tard, en mai 1645. C'en est fini de l'Illustre-Théâtre.  La troupe se disperse. Quant à Molière, il  connaît la prison pour dettes pendant quelques jours au Châtelet, en août 1645, avant que son père ne verse sa caution. Il devra toutefois rembourser ses dettes jusqu'en 1666. 

Molière et Madeleine Béjart décident alors de ne pas rester à Paris et de chercher fortune en province. Roulant carrosse, ils entament des tournées à travers la France, de ville en ville, de château en château, en Normandie, Bretagne, Limousin, Bordelais, Languedoc... Là, ils s'associent avec la compagnie du comédien Charles Dufresne, qui bénéficie du soutien du duc d'Épernon, gouverneur de Guyenne.  dans la troupe du duc d'Épernon, sous la direction de Charles Dufresne.

Molière, dessin aux trois crayons, sanguine, fusain et rehauts blancs (portrait par Roland Lefèvre, ami du comédien, vers 1658)

Le château de la Grange-des-Prés, près de PézenasSans trop se soucier de la Fronde, une guerre civile qui affecte le pays de 1648 à 1653, la nouvelle troupe Dufresne-Molière va parcourir le pays, du Languedoc jusqu'à la Bourgogne, en passant par Lyon et le Dauphiné.

Leur point d'attache est Pézenas, dans le Haut-Languedoc, où ils bénéficient de la protection d'un grand seigneur libertin, le comte d'Aubijoux, lieutenant général du roi pour le Haut-Languedoc, avant que ne prenne le relais Armand de Bourbon-Conti, gouverneur du Languedoc, prince de sang et frère du Grand Condé, ami de Molière.

Le fauteuil de Molière chez le barbier Gély (aujourd'hui au musée de Pézenas)Quand elle n'anime pas une célébration ou une fête dans une ville ou une autre, la troupe assure les divertissements du prince dans la villégiature du prince, à la Grange-des-Prés, près de Pézenas.

Dans cette vie d'errance, Molière s'imprègne des façons d'être et des patois locaux. À Pézenas, Molière révèle très vite d'exceptionnels dons de comédien, tant dans la tragédie que dans la comédie. Excellent aussi dans le montage des représentations et la direction des comédiens, il devient très naturellement le chef de la compagnie et sa réputation s'étend dans le royaume. À Pézenas, chez le barbier Guillaume Gély où il a son fauteuil attitré, il prend le temps d'écouter et d'enregistrer les conversations des uns et des autres.  

Pour l'heure, Molière se contente toutefois de composer de petites farces destinées à être jouées en début de représentation, avant le plat de résistance, généralement une tragédie. À Lyon, où la compagnie se produit très fréquemment, Molière, qui se rêvait en tragédien, crée en 1655 sa première comédie, L'Étourdi ou le contretemps.

L'année suivante, à Béziers, Molière joue une nouvelle comédie de sa composition, Le Dépit amoureux. Le succès populaire de cette comédie le convainc Molière qu'il est temps de remonter à Paris... 

Molière dans le rôile de César, dans La Mort de Pompée, une tragédie de Pierre Corneille,1658, Nicolas Mignard, musée Carnavalet, Paris.Au passage, à Avignon, à l'automne 1657, le comédien s'arrête dans l'atelier des frères Nicolas et Pierre Mignard, qui rentrent de leur voyage d'initiation en Italie. Pour le premier, il va poser dans son costume de tragédien, dans son costume de César et c'est aujourd'hui sous ce portrait qu'il est le plus connu. Pierre Mignard va quant à lui représenter le comédien dans une pose plus naturelle, en robe de chambre, avec un regard direct qui saisit le spectateur.

En 1658, Molière et sa troupe se rendent à Rouen, pour se rapprocher de Paris et Versailles. Ils y sont accueillis par le « grand Corneille », de quinze ans son aîné, et son frère Thomas (note).

À cette occasion, Thomas et Pierre Corneille se livrent à une joute poétique en hommage à la belle Marie-Thérèse de Gorla, dite Marquise du Parc, l'une des actrices de la troupe. Il en résulte les Stances à Marquise, mises en musique beaucoup plus tard... par Georges Brassens :
Marquise, si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu’à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.

Jean-Léon Gérôme, Une collaboration (Molière et Corneille), 1873.

Triomphe, amitiés et jalousies

De retour à Paris, à l'âge avancé de 36 ans, Molière n'a encore rien écrit de notable mais il bénéficie d'une excellente réputation de comédien. Sur une recommandation de Pierre Mignard, il rencontre Philippe d'Orléans, dit « Monsieur », frère unique du roi, dans sa résidence du Palais-Royal. Pour lui, Molière crée la « troupe de Monsieur, frère du roi » et il entre en concurrence avec les deux troupes illustres de la scène parisienne, les Comédiens italiens et la troupe de l'Hôtel de Bourgogne.

Philippe d'Orléans obtient que sa troupe joue au Louvre, dans la salle des gardes, ou salle des caryatides, devant son frère, le jeune roi Louis XIV, âgé de 20 ans. C'est ainsi que le 24 octobre 1658, non sans trac, Molière interprète Nicomède devant le Roi-Soleil et sa cour. Mais la tragédie du vénérable Corneille ne déride pas le roi. Le comédien enchaîne alors dans la foulée avec une farce de sa composition, Le Docteur amoureux, qui va le faire rire aux éclats !

Sa carrière parisienne est enfin lancée et les aristocrates lui ouvrent aussi leurs portes pour des représentations privées ! Qui plus est, la troupe accueille un nouveau-venu, Charles Varlet, dit La Grange, qui va tenir les rôles de jeune premier. Molière va pouvoir donner dans les quatorze années qu'il lui reste à vivre la totalité de ses chefs-d'œvre. Près de dix ans après sa mort, c'est La Grange qui prendra l'initiative de mettre par écrit et éditer toutes ces pièces, Molière lui-même ne s'étant jamais soucié de le faire. La Grange consignera aussi dans un précieux Registre tous les faits et gestes de la troupe depuis son arrivée.

Molière triomphe à Paris le 18 novembre 1659 avec Les Précieuses ridicules, une satire des prétentions intellectuelles de l'élite dont le succès fonctionne très largement sur l'autodérision. C'est en bonne partie d'eux-mêmes que rient les spectateurs en applaudissant cette pièce.

Ayant reçu de son père, en 1660, la charge de tapissier ordinaire du roi, le comédien peut dès lors approcher celui-ci sans trop de difficultés. Il assume une fonction équivalente à celle de bouffon du roi, avec le droit de tout dire et de tout jouer. Des contemporains admiratifs en viennent à le considérer comme un « demi-dieu ». La protection du roi lui permet de faire face aux cabales, jalousies et médisances. Elle lui vaut aussi des revenus très élevés, qu'il dépense aussitôt que gagnés.

Madeleine Béjart dans le rôle de Magdelon (Les Précieuses ridicules).Le comédien joue avec sa troupe à Vaux-le-Vicomte, pour le surintendant des Finances Nicolas Fouquet. Le richissime mécène lui commande une pièce pour une grande fête dans son château de Vaux-le-Vicomte, le 17 août 1661, à laquelle sont invités le roi et la cour.

Écrite en deux semaines, cette pièce de 800 vers est une première ébauche des comédies-ballets de Molière. Elle amorce sa collaboration avec le compositeur Lully (on écrit aussi Lulli). La représentation est précédée d'un prologue dans lequel apparaît Madeleine Béjart, en naïade très dévêtue qui, malgré ses 43 printemps, plonge dans l'extase tous les messieurs de la cour. Elle adresse au roi un charmant compliment :
Pour voir en ces beaux lieux le plus beau roi du monde,
Je viens à vous, mortels, de ma grotte profonde.

Nous l'avons vu, Jeune, victorieux, sage, vaillant, auguste,
Aussi doux que sévère, aussi puissant que juste,
Régler de ses États etses propres désirs,
Joindre aux nobles travaux les plus nobles plaisirs.

Intitulée de façon quelque peu prémonitoire Les Fâcheux, la pièce ne va pas porter chance au surintendant. Celui-ci sera arrêté par les mousquetaires du roi le 5 septembre suivant ! Qu'à cela ne tienne, Molière va désormais jouer avec sa troupe à Versailles, devant le jeune Louis XIV.

Il va aussi partager jusqu'à sa mort le théâtre du Petit-Bourbon, au Palais-Royal, avec la troupe italienne de Scaramouche, sa troupe jouant seulement les jours extraordinaires, c'est-à-dire mardi, vendredi et dimanche.

À cette suractivité, Molière ajoute une crise sentimentale. Pour des raisons obscures, soit le souci de protéger les revenus du ménage, soit tout simplement le « démon de midi », il rompt sa relation amoureuse avec Madeleine Béjart et, le 20 février 1662, épouse Armande, la fille de sa maîtresse, de 20 ans sa cadette. Pour elle, il va écrire ses plus beaux rôles féminins.

Portrait présumé d'Armande Béjard (1660, Pierre Mignard, musée Carnavalet)Armande est vraisemblablement la fille illégitime d'Esprit Rémond, ancien amant de Madeleine, et pour sauver la réputation de ce dernier, la famille Béjart a longtemps accepté de la faire passer pour la jeune sœur de sa mère ! Ce mensonge en entraîne d'autres. Monfleury, un comédien jaloux de l'Hôtel de Bourgogne, accuse Molière d'inceste sur sa fille adoptive dans un placet adressé au roi ! 

Le roi mettra un terme aux calomnies en acceptant d'être le parrain de Louis, le premier enfant d'Armande et de Molière, en février 1664. Le couple aura trois autres enfants mais seule une fille leur survivra ; entrée dans les ordres, elle mourra sans descendance en 1725.

Le 26 décembre 1662, au théâtre du Palais-Royal, Molière fait sensation avec L'École des Femmes. C'est une dénonciation audacieuse et violente de l'asservissement des femmes et du mariage de convention. C'est aussi une satire des vieux barbons qui s'achètent les faveurs d'un tendron et l'on peut se demander s'il ne l'a pas écrite en référence à sa propre situation.

Lui-même, sans craindre de se désigner à la satire, joue dans cette pièce le rôle vedette, celui d'Arnolphe, le vieux prétendant de l'ingénue Agnès. Il a d'abord pensé à confié ce rôle à son épouse mais celle-ci n'ayant pas encore une expérience suffisante de la comédie, c'est Marquise, dite « Mademoiselle du Parc », qui va interpréter le rôle.

Face à la cabale de ses contradicteurs, Molière répond par une pièce en un acte, La Critique de l'École des Femmes, le 1er juin 1663, au théâtre du Palais-Royal. La pièce fait dialoguer deux femmes autour de L'École des Femmes et des vertus du rire au théâtre. Comme cela ne suffit pas à faire taire les jaloux, le comédien produit une nouvelle pièce en un acte, L'Impromptu de Versailles, le 14 octobre 1663, dans laquelle il expose les vertus de la comédie en prenant le roi à témoin : « Je leur abandonne de bon cœur mes ouvrages, ma figure, mes gestes, mes paroles, mon ton de voix, et ma façon de réciter, pour en faire et dire tout ce qu’il leur plaira, s’ils en peuvent tirer quelque avantage : je ne m’oppose point à toutes ces choses, et je serai ravi que cela puisse réjouir le monde. Mais en leur abandonnant tout cela, ils me doivent faire la grâce de me laisser le reste et de ne point toucher à des matières de la nature de celles sur lesquelles on m’a dit qu’ils m’attaquaient dans leurs comédies. »

L'École des Femmes, plaidoyer féministe avant l'heure

Par-delà ses sous-entendus grivois, L'École des femmes, créée au théâtre du Palais-Royal le 5 décembre 1662, est un plaidoyer féministe plus que jamais d'actualité. Qu'on en juge :

Frontispice de l'édition de 1734 de L'École des Femmes (dessin de François Boucher)Le mariage, Agnès, n'est pas un badinage.
À d'austères devoirs le rang de femme engage :
Et vous n'y montez pas, à ce que je prétends,
Pour être libertine et prendre du bon temps.
Votre sexe n'est là que pour la dépendance.
Du côté de la barbe est la toute-puissance.
Bien qu'on soit deux moitiés de la société,
Ces deux moitiés pourtant n'ont point d'égalité :
L'une est moitié suprême, et l'autre subalterne :
L'une en tout est soumise à l'autre qui gouverne.
Et ce que le soldat dans son devoir instruit
Montre d'obéissance au chef qui le conduit,
Le valet à son maître, un enfant à son père,
À son supérieur le moindre petit frère,
N'approche point encor de la docilité,
Et de l'obéissance, et de l'humilité,
Et du profond respect, où la femme doit être
Pour son mari, son chef, son seigneur, et son maître.
Lorsqu'il jette sur elle un regard sérieux,
Son devoir aussitôt est de baisser les yeux ;
Et de n'oser jamais le regarder en face
Que quand d'un doux regard il lui veut faire grâce,
C'est ce qu'entendent mal les femmes d'aujourd'hui :
Mais ne vous gâtez pas sur l'exemple d'autrui.

La cabale des dévots

En 1664, Molière et Lully s'associent pour composer la première comédie-ballet authentique, Le Mariage forcé, qui mêle étroitement l'intrigue théâtrale, la danse et la musique. En sept ans de collaboration, avant que la brouille et la mort ne les séparent, « les deux Baptistes » (ils portent le même prénom) en créeront au total onze. Ils seront secondés en cela par Pierre Beauchamp, maître de ballet de l'Académie royale de musique, et Giacomo Torelli, spécialiste des machines de théâtre et des effets spéciaux. Le roi lui-même, excellent danseur, aime volontiers se produire dans ces ballets.

Deux ans après la cabale des pudibonds contre L'École des Femmes, le jeune roi lui-même souffle à Molière l'idée d'une pièce sur l'hypocrisie religieuse. Mais le comédien doit faire face à une cabale des dévots autour de la reine mère, Anne d'Autriche, dès la première représentation de Tartuffe ou l'Hypocrite, le 12 mai 1664, dans le parc de Versailles, lors des fêtes des « Plaisirs de l'Île enchantée ». Parmi ces dévots rassemblés dans une société secrète, la Compagnie du Saint Sacrement, figure le prince de Conti, qui a rompu avec sa vie de libertin. D'ex-protecteur de Molière, il devient l'un de ses plus tonitruants opposants.

Anne d'Autriche ayant fait interrompre cette première représentation, c'est seulement le 29 novembre suivant, chez Henriette d'Angleterre, belle-sœr du roi, que le comédien peut donner l'intégralité de sa pièce. Louis XIV lui en sait gré et, en juin 1667, offre à Molière une très généreuse pension de 6000 livres. Sa troupe devient « La troupe du Roi, au Palais-Royal »

Le clan des dévots ne renonce pas pour autant et, le 11 août 1667, l'archevêque de Paris Hardouin de Péréfixe promet l'excommunication à quiconque jouera Tartuffe ou simplement verra la pièce. C'est seulement dix-huit mois plus tard, après la mort d'Anne d'Autriche et la dissolution de la Compagnie du Saint Sacrement, que le roi autorise à nouveau la pièce. Par précaution, Molière en atténue le caractère anticlérical en lui ajoutant deux actes supplémentaires et en changeant le titre en Tartuffe ou l'Imposteur : le personnage éponyme n'est ainsi plus un homme d'Église ordinaire mais un faux dévot. La pièce fait un triomphe le 5 février 1669.

Alexandre-Évariste Fragonard, Don Juan et la statue du Commandeur, 1830-1835, Strasbourg, musée des Beaux-arts.Quelques jours plus tard décède le père de Molière, avec sans doute la satisfaction de voir que son aîné a réussi sa carrière mieux qu'il ne l'aurait jamais rêvé, tout en prenant les plus grands risques.

Sont apparus entre temps d'autres chefs-d'œvre : Le Festin de pierre ou l'Athée foudroyé (1665), plus tard rebaptisé Don Juan, une pièce en prose qui est une réponse à la cabale de Tartuffe et inspirera plus tard Mozart (1665),  le Misanthrope ou l'Atrabilaire amoureux (1666), l'Avare (1668)... Et puis, à défaut de s'en prendre directement aux vrais ou faux dévots, Molière met en scène une autre corporation dont il dénonce l'arrogance, le pédantisme et l'incompétence, celle des médecins. En cinq jours, en 1665, à la demande du roi, il écrite et représente une première comédie autour de la maladie et la médecine, L'Amour médecin. Viendront ensuite Le Médecin volant, Le Médecin malgré lui, Monsieur de Pourceaugnac, enfin Le Malade imaginaire

Le comédien connaît en 1667 une blessure d'amour-propre quand il se voit trahi par le jeune Jean Racine, nouveau tragédien à la mode, qui lui enlève sa pièce Alexandre le Grand et la confie à la troupe rivale de l'hôtel de Bourgogne. Mais il n'a pas lieu d'en être beaucoup affecté. Au sommet de la gloire, il délègue à La Grange la conduite de la troupe cependant que lui-même délaisse son logement de la rue Richelieu, à deux pas du Palais-Royal (et de l'actuelle Comédie Française). Il lui préfère sa villégiature du village d'Auteuil où il passe le plus clair de son temps en bonne compagnie, avec ses amis de tous milieux, parmi lesquels Boileau qui voudrait le voir se consacrer à l'écriture.

En 1668, Louis XIV se sépare de l'aimante Louise de La Vallière et installe la marquise de Montespan dans le rôle de favorite. Mais le mari de celle-ci prend mal la chose et pour l'apaiser, le jeune roi fait appel à Molière qui monte la pièce Amphytrion. Il y est question de Jupiter qui séduit la belle Alcmène en prenant les traits de son mari Amphytrion, lequel s'entend dire :
Un partage avec Jupiter,
N'a rien du tout, qui déshonore
Et sans doute, il ne peut être que glorieux,
De se voir le rival du souverain des Dieux.

Beaucoup de ces chefs-d'œvre expriment, derrière le rire, une dénonciation des rigidités bourgeoises du Grand Siècle et une approche quelque peu libertine de la vie, même si le dramaturge prend soin de se démarquer des libertins athées des salons parisiens. Plus que tout, ils témoignent de la vitalité de la langue française, laquelle continue encore aujourd'hui d'être qualifiée « langue de Molière ».

Molière et les sarcastiques de sa troupe, Edmond Geoffroy, 1857, Comédie Française.

Le ciel s'obscurcit

Au service du roi, Molière est sollicité par celui-ci après une réception de l'ambassadeur du Grand Turc en décembre 1669. Celui-ci, émissaire de second rang, aurait commis l'affront de se moquer des mœrs de la Cour. En manière de représailles, Louis XIV demande à son comédien un « ballet turc ridicule ». C'est ainsi qu'en cinq semaines, avec le concours de Lully et Beauchamp, Molière écrit et monte Le Bourgeois gentilhomme. La comédie-ballet est présentée avec faste au château de Chambord le 14 octobre 1670. Elle moque les Turcs bien sûr, mais plus encore la nouvelle bourgeoisie qui prétend se hisser dans l'aristocratie par la seule vertu de sa fortune. Autant dire que la pièce ravit les nobles de la Cour.

Première page du Bourgeois gentilhomme dans l'édition de 1688

Là-dessus, pour le carnaval de 1671, le roi sollicite « les deux Baptistes » pour une grandiose tragédie-ballet, destinée à être jouée aux Tuileries. Mais Molière et Lully en sont arrivés à une franche détestation réciproque et l'affaire traîne en longueur. En catastrophe, il faut faire appel à des concours extérieurs. Le grand (et vieux) Corneille quitte l'hôtel de Bourgogne et se rapproche du comédien bien que celui-ci l'eut moqué dans L'impromptu de Versailles. Il consent à versifier la pièce, Psyché. La représentation, malgré sa longueur, cinq heures, est un franc succès. Mais c'en est fini de la collaboration entre Molière et Lully.

Molière a la satisfaction d'accueillir dans sa troupe un talentueux jeune premier, Michel Baron, 18 ans, qu'il a élevé depuis quelques années comme son fils. Le 24 mai 1671, il crée encore Les Fourberies de Scapin au théâtre du Palais-Royal, dans l'esprit de la commedia dell'arte. De cette pièce aujourd'hui célèbre, nous avons hérité l'expression  : « Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? »...

En dépit de sa verve comique et de son statut de vedette, l'auteur est décrit par ses proches comme un homme réservé et grave au-dessus duquel s'accumulent les nuages : il voit mourir Madeleine Béjart le 17 février 1772 ainsi que l'un de ses fils.

Frontiscipe de l'édition de 1682 des Femmes savantesFaut-il voir dans ces peines de cœr l'ironie quelque peu misogyne qui se dégage de sa comédie suivante, Les Femmes savantes, créée le 11 mars 1672 au Palais-Royal par la troupe du Roi ? De ce chef-d'œvre, nous conservons quoi qu'il en soit quelques belles formules :  « Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage » (Martine), « Ah ! Permettez de grâce / Que, pour l’amour du grec, Monsieur, on vous embrasse » (Philaminte) sans compter cette flèche dont on peut douter qu'elle reflète le point de vue de l'auteur : « Il n’est pas bien honnête, et pour beaucoup de causes / Qu’une femme étudie et sache tant de choses… » (Chrysale).

Avec le concours d'un jeune compositeur au talent prometteur, Marc-Antoine Charpentier, Molière monte encore une comédie-ballet, Le Malade imaginaire. Un titre prémonitoire.

Le 17 février 1673, un an très exactement après la disparition de sa maîtresse, le comédien manifeste de violentes douleurs à la poitrine. Il insiste auprès d'Armande pour jouer malgré tout dans l'après-midi la quatrième représentation du Malade Imaginaire dans son théâtre du Palais-Royal : « Comment voulez-vous que je fasse ? Il y a cinquante pauvres ouvriers qui n'ont que leur journée pour vivre. Que feront-ils si l'on ne joue pas ? Je me reprocherais d'avoir négligé de leur donner du pain un seul jour, le pouvant faire absolument. »

Il s'écroule à la toute fin de la représentation. Prestement transporté à son domicile, 40 rue de Richelieu, il meurt quelques heures après sans avoir eu le temps de se confesser et recevoir les derniers sacrements, deux prêtres de la paroisse ayant refusé de se déplacer, un troisième étant arrivé trop tard. Il a seulement 51 ans mais est usé par le travail et pas moins de 2500 représentations en moins de quinze ans, par les soucis d'argent, par les tourments affectifs et peut-être aussi par une tuberculose.

Par lettre, Armande Béjart implore le roi de bien vouloir accorder à son mari des funérailles chrétiennes en faisant valoir son intention sincère de recevoir les derniers sacrements. Tandis que l'Église, rancunière, veut livrer sa dépouille à la fosse commune, selon le sort habituel des comédiens, Le roi demande donc à l'archevêque François Harvey de Champavallon de se montrer compréhensif. Le surlendemain, à la tombée de la nuit, la dépouille du comédien est inhumée au milieu du cimetière Saint-Joseph, près de l'église Saint-Eustache. Malgré l'absence de publicité, près de huit cents personnes de toutes conditions l'accompagnent à sa dernière demeure. Ses amis La Fontaine, Boileau, Claude Chapelle et Pierre Mignard tiennent les cordons du cercueil.

Sa veuve Armande, dite « Mademoiselle Molière », va s'ériger en gardienne de sa mémoire avant de se remarier avec un comédien en 1677. Elle contribuera à la fusion des deux dernières troupes parisiennes, la troupe de Molière, ou troupe de l'hôtel Guénégaud, et la troupe de l'hôtel de Bourgogne. L'ordonnance royale du 21 octobre 1680 les réunira sous le nom de Comédie-Française et celle-ci se fera un devoir d'entretenir jusqu'à nos jours le répertoire classique et notamment les œvres de Molière.


Épisode suivant Voir la suite
Au théâtre
Publié ou mis à jour le : 2022-08-17 15:26:17

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net