350 ans d'Opéra - Quand la musique se donne en spectacle - Herodote.net

350 ans d'Opéra

Quand la musique se donne en spectacle

De tous les rois de France, Louis XIV fut sans conteste le mieux placé pour créer une Académie musicale. Il aimait la musique, il aimait le grand spectacle et il aimait danser. Ne s’était-il pas lui-même produit à 15 ans sur scène dans le rôle du Soleil dans le « Ballet de la Nuit » en 1653 ? De là lui vint le surnom de Roi-Soleil.

Dès 1661, il fonde l’Académie Royale de la Danse. Et le 28 juin 1669, à l’apogée de son règne, il fonde l’Académie Royale de Musique par lettre patente. 350 ans plus tard, cette institution est plus vivante que jamais sous l’appellation d’Opéra National (note).

François-Xavier Lenoir

Aux origines de l’opéra

L’histoire a retenu l’année 1600 comme étant celle du premier opéra ayant laissé une trace. Il s’agit de l’Euridice de Jacopo Peri (1561-1633) présenté à Florence dans le cadre somptueux du Palais Pitti, à l’occasion des fêtes organisées pour le mariage d’Henri IV et de Marie de Médicis.

Jacopo Peri dans son costume de performance d'Arion dans l'intermedio de La Pellegrina, 1589, dessin de Bernardo Buontalenti. L'agrandissement est un tableau d'Antonio Domenico Gabbiani, Les musiciens du prince Ferdinand,  Florence, Galleria Palatina, vers 1685.Euridice, qui n’est pas la première œuvre de ce musicien, n’est pas non plus la première musique de scène. Depuis longtemps déjà, il existait des mystères, des soties ou des pantomimes qui préfiguraient une première forme d’opéra.

Peri faisait partie d’un petit groupe qui comprenait aussi Vicenzo Galilei, père de l’astronome, Emilio Cavalieri et Giulio Caccini sous l’égide de quelques nobles florentins. Ils cherchaient la meilleure façon de mettre de la musique sur des textes et que ceux-ci restent compréhensibles. Ce groupe reçut plus tard le nom de Camerata.

Le premier à utiliser les préconisations de ce groupe fut Claudio Monteverdi (1567-1643) dont le premier opéra, Orfeo (1607), a marqué les esprits.

Il dominait aussi bien le style polyphonique, très beau musicalement mais peu compréhensible, que la monodie (ou chant non accompagné) beaucoup plus aisée à comprendre. Une dizaine d’œuvres suivirent jusqu’au Couronnement de Poppée (1643). À la mort de Monteverdi en 1643, l’opéra avait déjà trouvé son public. L’engouement fut général et des salles se construisirent un peu partout en Italie.

Aux alentours de 1670, Naples, capitale d’un royaume alors très prospère, était devenu le principal centre de développement de l’opéra. L’ouverture musicale, l’orchestre plus étoffé, les premiers grands airs naquirent à cette époque notamment sous l’impulsion d’Alessandro Scarlatti (1659-1725), chef de file de l’école napolitaine.

Le chanteur Farinelli (de son vrai nom Carlo Broschi ) et ses amis, Jacopo Amigoni, 1750-1752, Melbourne, National Gallery of Victoria. Farinelli est au centre : à sa droite, Teresa Castellini, la prima donna de l’opéra de Madrid et Abate Metastasio, son ami et librettiste. À sa gauche, le peintre Jacopo Amigoni qui a réalisé ce tableau.

Les chanteurs réclamaient des airs qui puissent les valoriser auprès d’un public qui les idolâtraient. Ce fut le début du « bel canto » c’est-à-dire du chant pour lui-même qui sera marqué par l’intervention de « castrats » devenus célèbres : Farinelli, Caffarelli, Porporino…

La principale forme en est alors l’opera seria ou « opéra sérieux » qui met en valeur les chanteurs au sein de drames historiques ou mythologiques.

En réaction à la rigueur et au côté figé de ce type de représentation va se développer une forme plus avenante et même comique, l’opera buffa ou « opéra-bouffe », qui met en scène des situations et des personnages de la vie courante. Toute l’Europe, l’Angleterre et l’Autriche en tête, adopte ce style italien en introduisant différentes composantes nationales.

De façon contradictoire, la France résiste à l’attrait du bel canto. S’écartant de la furia italienne, les compositeurs français gardent plus de retenue conformément au style classique de l’époque louis-quatorzième.

En 1674, l’Alceste de Lully (1632-1687) marque la naissance de l’opéra français, une certaine rigueur du texte allant de pair avec un déploiement de faste comprenant machinerie, décors, costumes et ballets.


Épisode suivant Voir la suite
• 28 juin 1669 : Louis XIV fonde l'Académie Royale de Musique
Publié ou mis à jour le : 2019-09-24 08:48:42

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net