Napoléon et l'Europe


D'une ampleur rare, l'exposition «Napoléon et l'Europe» témoigne de l'ambition européenne de Napoléon Bonaparte. Elle se tient jusqu'au 14 juillet 2013, au musée de l'Armée (hôtel des Invalides, Paris).

L'exposition est en deux parties : une première série de salles témoigne de l'ascension du conquérant jusqu'en 1808, une deuxième de sa chute. À chaque fois, elle prend soin de mettre en regard les attitudes françaises (ordres de mission, gravures de propagande etc) et les réactions des Européens concernés.

Riche d'oeuvres célèbres, de manuscrits, de caricatures et gravures, ainsi que de nombreux objets méconnus et émouvants, l'exposition est de nature à passionner les amateurs de cette tranche d'Histoire, tous âges confondus.

Uniforme et épaulettes de Lord Nelson à Trafalgar (Londres, National Maritime Museum, Greenwich)Comment ne pas être saisi d'émoi par exemple devant l'uniforme porté par le vice-amiral Nelson à Trafalgar, un prêt exceptionnel du National Maritime Museum anglais, qui montre à l'épaule le trou de la balle mortelle... et sur la poitrine toutes les décorations rutilantes qu'appréciait le vaniteux amiral et qui lui furent fatales en le désignant comme cible au tireur embusqué, juché sur la hune du Redoutable.

Parmi d'autres pièces exceptionnelles, il y a une lettre de remerciement de Goethe au grand-maître de l'Ordre de la Légion d'Honneur Lacépède. Tout Allemand qu'il fut, le poète n'en était pas moins tombé sous le charme de Napoléon comme beaucoup de ses compatriotes.

L'un d'eux, toutefois, et non des moindres, en revint lorsque le Premier Consul se fit couronner Empereur. Il s'agit de Beethoven qui, apprenant que son héros avait trahi l'idéal révolutionnaire démocratique, biffa rageusement la dédicace à son nom en tête de la «Symphonie héroïque». On peut voir aux Invalides cette page raturée jusqu'à en trouer le papier.

Plus tragique, penchons-nous sur un ouvrage antifrançais (L'Allemagne et son humiliation profonde) vendu par Johann Philip Palm, libraire à Nuremberg, et qui lui valut d'être fusillé le 26 août 1806. C'était quelques jours après que l'Empereur eut fondé la Confédération du Rhin.

Pour son couronnement, Napoléon prend soin d'inscrire sa dynastie naissante dans la continuité des trois premières (mérovingiens, carolingiens, capétiens). Ainsi apprenons-nous à travers l'exposition que, des bijoux en forme d'abeille ayant été découverts en 1653 dans la tombe de Childéric 1er, père de Clovis, Napoléon fait de l'insecte le symbole de sa famille, une manière de souligner sa filiation mérovingienne ! 

Génie de la propagande, Napoléon porte la plus grande attention aux bulletins de la Grande Armée et à l'illustration de ses campagnes.

Après la bataille d'Eylau, il ordonne à Vivant-Denon de lancer un concours pour représenter pour la postérité cette bataille sanglante et indécise. L'exposition témoigne des résultats de ce concours remporté par le baron Gros, qui sut émouvoir sans trahir la réalité. 

Chapeau porté par Napoléon à la bataille d'Eylau (Paris, musée de l'Armée, photo Pascal Segrette RMN), DRÉmouvants, l'épée de Napoléon à Austerlitz et son chapeau à Eylau. Pour se distinguer de ses généraux, on sait que l'Empereur le portait avec les pointes orientées sur les côtés et non vers l'avant et l'arrière... Côté vestimentaire, nous découvrons aussi les uniformes de parade du tsar Alexandre 1er et de l'empereur d'Autriche François 1er.

Plus anecdotique, apprécions à leur juste valeur les parures de diamant portées par l'impératrice Marie-Louise lors de son mariage, le 2 avril 1810.

L'exposition ne s'en tient pas à ces présentations. Elle se signale par des outils pédagogiques et didactiques tout à fait réussis : grandes cartes de l'Europe, représentation cartographique animée de la bataille d'Austerlitz, diaporamas  et autres outils multimédias. 

James Gillray, Napoléon, assisté de Talleyrand, remodèle les royaumes européens (Montreuil, musée de l'Histoire vivante)



Entrée : 8,50 euros euros

Localisation :
129, rue de Grenelle 75007 Paris

Publié ou mis à jour le : 2016-06-30 14:08:57

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net