Métronome - L'Histoire de France au rythme du métro parisien - Herodote.net

Métronome

L'Histoire de France au rythme du métro parisien

Laurànt Deutsch (Michel Lafon, 380 pages, 18,50 euros,  2009)

Métronome

Le succès du Métronome est un mystère de l'édition. Ce modeste livre d'Histoire a été écrit (ou simplement signé) par un amateur, Laurànt Deutsch. Quand il est «monté» à Paris, le jeune acteur s'est pris de passion pour la capitale et en a arpenté toutes les rues.

Son érudition a séduit son auditoire sur les plateaux de télévision et un éditeur y a vu l'occasion d'un livre original : raconter l'Histoire de France depuis ses lointaines origines en prenant prétexte des noms de stations de métro.

Par le bouche à oreille et la gouaille de son auteur, le livre a atteint des chiffres de vente jamais vus dans le secteur plutôt sage de l'Histoire...

Est-ce pour cela ? Toujours est-il que beaucoup d'universitaires et de journaleux en mal de notoriété ont pris la mouche et se sont faits un devoir d'agonir le livre et son auteur.

Quelques-uns ont sacrifié un temps précieux à recenser ses erreurs. Les erreurs factuelles, au nombre de trois ou quatre, sont modestes : une erreur de trois ans sur la date de la mort de Vercingétorix etc.

Plus gênant est le crédit accordé par l'auteur à des fables selon lesquelles Jeanne d'Arc serait le demi-frère (!) du roi Charles VII et Robespierre aurait participé à la profanation du corps d'Henri IV.

Mais au final, la somme de ces erreurs ne dépasse pas ce que l'on peut trouver dans des ouvrages signés par des essayistes autrement plus respectés dans les milieux intellectuels (je me dispenserai par décence de donner les noms que j'ai sur le bout de la langue).

Cela mis à part, la principale critique faite à Laurànt Deutsch tient à des orientations politiques dont il ne se cache pas. Il se dit plutôt royaliste ! Un scandale absolu car aucun démocrate ni aucun esprit éclairé ne saurait préférer une monarchie constitutionnelle de type britannique ou scandinave à une République, fut-elle de type nord-coréen, russe, syrien ou simplement vénézuélien ou hongrois.

Plus sérieusement, rappelons qu'aucun historien, quoiqu'il en dise, n'est immunisé contre les a-priori idéologiques ou politiques. Le cas le plus manifeste est celui de Jules Michelet, qui prétendait à l'objectivité et se flattait de ne recourir qu'à des sources de première main. En fait, toute son oeuvre est l'expression (magnifique) de ses options républicaines, antireligieuses et patriotiques (il se classerait aujourd'hui du côté des «souverainistes» de gauche ou de droite).

Un récit parcellaire

L'essentiel, en définitive, n'est pas dans cette querelle oiseuse mais dans la question de savoir ce que vaut Métronome. Disons que ce livre est un récit alerte, vivant et bien écrit, accessible à tout un chacun. Il s'inscrit dans une histoire événementielle classique qui met en avant les péripéties de la vie plutôt que des considérations philosophiques sur le temps qui passe.

Le principal reproche que nous lui faisons est de ne pas raconter l'Histoire de France mais seulement s'en extraire quelques bribes, essentiellement dans les périodes les plus anciennes, avant l'An Mil, avec des impasses énormes.

L'auteur fait par exemple un récit très détaillé du siège de Paris par les Huns, au Ve siècle, ou par les Vikings, au VIIIe siècle. Mais il glisse complètement sur le règne de Charlemagne. Par ailleurs, arrivé aux deux tiers de l'ouvrage, le lecteur découvre qu'il en est encore au XVe siècle, soit à la fin du Moyen Âge, et qu'il va devoir parcourir en une centaine de pages seulement les cinq siècles les plus actifs et les mieux connus de notre Histoire.

André Larané

Publié ou mis à jour le : 10/06/2016 09:42:47

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net