Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> Lyndon Baines Johnson (1908 - 1973)

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Lyndon Baines Johnson (1908 - 1973)

Président sous-évalué


22 novembre 1963. Lyndon Baines Johnson (55 ans) prête serment à bord de l’Air Force One, sur le tarmac de l’aéroport de Dallas. Jackie Kennedy est à ses côtés. Le président américain John Fitzgerald Kennedy (JFK) est mort deux heures auparavant. Il incombe désormais au vice-président, en poste depuis 1961, de reprendre la charge du pays.

Vice-président effacé, l’homme est considéré comme un politicien sur la touche mais néanmoins jugé excellent dans les situations d’urgence. À la Maison Blanche, il va se révéler énergique et ambivalent, promettant la Grande Société et plongeant aussi le pays dans la guerre du Vietnam.

Camille Barbe
Le président Lyondon Baines Johnson prête serment après l'assassinat de JFK (DR)

Les débuts en politique

Arrogant, égotique, manipulateur et brutal, Lyndon B. Johnson est un Texan de pure souche, né à Stonewall, près d'Austin, le 27 août 1908. Il provient d’une longue lignée de sudistes influents. Son père a notamment effectué cinq mandats à la Chambre des représentants.

D’abord enseignant, Lyndon B. Johnson démissionne très vite pour se consacrer à la politique. De 1935 à 1937, il dirige une agence gouvernementale chargée de la jeunesse. Il quitte, là aussi, son poste pour se présenter au Congrès, début d’un parcours parlementaire accompli.

Affilié au Parti démocrate, Johnson est représentant au Parlement du Texas de 1937 à 1949 et sénateur des États-Unis de 1949 à 1961, dont six ans en tant que chef de la majorité. À la tête du sous-comité des forces armées, il dirige d’une main de maître plusieurs enquêtes sur les coûts et l'efficacité de la défense américaine.

En 1960, après avoir tenté en vain d'obtenir l'investiture du Parti démocrate et suite à l’échec de la coalition Stop Kennedy, Johnson accepte contre toute attente de devenir le colistier du candidat démocrate aux élections présidentielles.

Selon certains commentateurs, Kennedy a pu se rendre compte qu'il ne pouvait être élu sans l'appui des démocrates du Sud traditionnel, dont la plupart avaient soutenu Johnson. Pour d’autres, Kennedy a offert le poste à Johnson en escomptant qu’il ne l’accepterait pas !

De vice-président à Président

Après la victoire de JFK sur son rival républicain Nixon, Johnson a l'oreille du Président nouvellement élu mais doit essuyer le mépris de ses collaborateurs. En août 1963, il est touché par un scandale de corruption et malfaisance financière mais les quatre enquêtes dans lesquelles il est impliqué seront néanmoins classées après la tragédie de Dallas.

À ce propos, plusieurs livres et documentaires soutiennent l'hypothèse selon laquelle Johnson aurait fait partie des commanditaires du meurtre de John F. Kennedy !

Toujours est-il que, dans les jours suivant l’assassinat, Lyndon B. Johnson affirme son désir de poursuivre et concrétiser la politique initiée par Kennedy en dépit de vives oppositions. Au Congrès, il déclare : « Aucun discours ou éloge ne pourrait plus éloquemment honorer la mémoire du Président Kennedy que de valider le plus tôt possible le projet de loi des droits civiques pour lequel il a combattu si longtemps ».

Malgré ses mauvaises relations avec le personnel de la Maison Blanche et Robert Kennedy, frère du président défunt et ministre de la Justice, Johnson parvient à faire passer sa politique.

Au début de l’année 1964, grâce à une restriction des budgets gouvernementaux brillamment conduite, le Congrès vote la loi sur la réduction des impôts et la loi sur l’égalité des chances, dans le cadre de la guerre contre la pauvreté.

La « Great Society » ne demande pas combien mais est-ce bien ?

Aux élections suivantes, en 1964, soit un an après la mort de Kennedy, Lyndon B. Johnson est triomphalement réélu avec 61 % des voix face au candidat républicain de la droite dure, Barry Goldwater. 79% des Américains approuvent sa politique, contre 56% pour Kennedy à la veille de son assassinat.

Le programme de Grande Société (« Great Society ») revendiqué par le président rallie les suffrages avec pas moins de 80 projets qui incluent des lois soutenant la radiodiffusion publique, la protection de l’environnement, l’aide à l’éducation, la rénovation urbaine, la prévention du crime et de la délinquance, le système de santé et les droits civiques.

Le 2 juillet 1964, Johnson signe le Civil Rights Acts, avec à ses côtés les leaders du Mouvement pour les Droits civiques. Le 6 août 1965, après d'ultimes actions non-violentes du Mouvement à Selma (Alabama), le Voting Rights Act ouvre à la minorité noire le chemin des urnes en sanctionnant tous les formes d'obstruction réglementaires des fonctionnaires sudistes.

Le temps des épreuves et du déclin

Les révoltes raciales et la guerre du Vietnam vont toutefois ternir la fin du mandat présidentiel dès 1965.

Lyndon Baines Johnson (Stonewall, Texas, 27 août 1908 - 22 janvier 1973), DREn dépit des nouveaux programmes contre la pauvreté et les discriminations, des émeutes désorganisent le pays et font craindre une guerre raciale. Le point culminant est atteint au cours de l’« Été brûlant » de 1967 quand une centaine de villes sont affectées par les soulèvements des ghettos noirs, notamment Newark (New-Jersey) et Detroit.

Au printemps 1968, les assassinats de Martin Luther King et Robert Kennedy réduisent à néant le rêve de la « Great Society ».

Le président Johnson est par ailleurs conspué pour son intervention dans la guerre du Vietnam. Après les premiers raids aériens sur Hanoï, sur un prétexte douteux, il porte à un demi-million d'hommes les effectifs du corps expéditionnaire. C'est l'« escalade ». L’effort de guerre passe de 103 millions de dollars en 1965 à six milliards l’année suivante et atteint vingt milliards en 1967.

Après l'offensive vietcong du Têt, en janvier 1968, l'opposition à la guerre atteint son paroxysme sur les campus californiens comme chez les intellectuels de gauche.

En mars 1968, Johnson se résout à la « désescalade ». Il annonce simultanément la suspension des raids aériens et son intention de ne pas solliciter un nouveau mandat. Il est vrai que sa cote de popularité est en chute libre. Les raids aériens prennent fin le 3 octobre 1968, avant que ne commencent les pourparlers avec Hanoï.

Malgré cette sortie sans éclat, il aura fait voter durant sa présidence plus de lois qu’au cours des deux décennies précédentes. Laissant la Maison Blanche au républicain Richard Nixon, il se retire dans son ranch du Texas, où il décèdera trois ans plus tard.

Publié ou mis à jour le : 2016-03-16 11:27:33

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quelle occasion est créée l'Inquisition ?

Réponse
Publicité