Gustave II Adolphe (1594 - 1632)

Le « Lion du Nord »

Gustave II Adolphe succède le 30 octobre 1611 à son père Charles IX. Roi de Suède à 16 ans, il est le petit-fils de Gustave 1er, premier souverain de la dynastie Vasa et fondateur de l'État suédois moderne.

Le nouveau souverain va faire de son pays, en quelques années, la principale puissance de l'Europe du Nord.

Jeanne Lafont

Gustave II Adolphe II Vasa (19 décembre 1594, Stockholm ; 6 novembre 1632, Lützen), portrait par Cornelius Arendtz, 1625
 

Champion de la cause luthérienne

Le nouveau roi désigne en premier lieu comme chancelier Axel Oxenstierna (29 ans). Avec son concours dévoué et efficace, il va poursuivre activement la modernisation de la Suède et se donner une armée redoutable, bien équipée et composée de paysans libres et loyaux.

Mais Gustave II Adolphe doit très vite faire face à une coalition de ses voisins baltes, la Russie, la Pologne et le Danemark.

Il mène contre la Russie la guerre d'Ingrie, d'après une région de la Baltique, entre le lac Ladoga et la Neva. Elle se conclut le 27 juillet 1617 par la paix de Stolbova avec le jeune tsar Michel 1er Romanov. Par ce traité, le roi de Suède restitue Novgorod aux Russes et reconnaît le jeune Romanov comme tsar de Russie. En échange, il engrange l'Ingrie, la Livonie (l'Estonie actuelle) et la Carélie orientale.

Là-dessus, en 1629, Gustave II Adolphe intervient dans la guerre religieuse qui ravage depuis dix ans déjà l'Allemagne, et que l'Histoire a baptisé guerre de Trente Ans.

Le roi Christian IV de Danemark s'étant retiré piteusement du conflit, le roi de Suède, luthérien (protestant) comme ses sujets, s’inquiète des visées de l'empereur catholique Habsbourg sur la Baltique.

Il décide d'intervenir à son tour dans la guerre allemande avec le dessein de faire de la mer Baltique un « lac suédois », et pour cela il obtient le soutien financier de la France et de son principal ministre Richelieu, dont l'hostilité aux Habsbourg l'emporte sur la solidarité religieuse.

Avec la future reine Christine (3 ans) dans les bras, Gustave II Adolphe fait un discours d’adieu à ses sujets avant de partir en campagne. À l'été 1630, il débarque avec ses troupes en Poméranie et, en quelques campagnes-éclair, va révèler ses qualités de stratège et d'organisateur.

Après une spectaculaire promenade militaire à travers l'Allemagne, le roi de Suède rejoint ses alliés saxons et écrase l'armée de la Ligue catholique, commandée par le comte Jean de Tilly, à Breitenfeld, près de Leipzig, le 17 septembre 1631.

Il occupe là-dessus la Bavière et la Rhénanie et installe son quartier général à Francfort. Ses succès lui valent le surnom de « Lion du Nord ».

À Lützen, le 6 novembre 1632, à la tête de 175.000 homes, dont seulement 30.000 Suédois (et Finlandais), il écrase Albert de Wallenstein, chef des Impériaux (les soldats de l'empereur allemand)... mais il est blessé à mort à la fin de la bataille !

Son épopée s’arrête là. Toutefois, les Suédois ne se replient pas pour autant. Ils poursuivent la guerre avec de grands chefs de guerre efficaces et brutaux...

Une succession pleine de risques

Seulement âgée de cinq ans, sa fille Christine lui succède sur le trône, avec un conseil de régence dirigé par le vieux chancelier Axel Oxenstierna.

Poursuivant la politique paternelle, elle obtient par les traités de Westphalie de 1648 des cessions de territoires qui font pratiquement de la mer Baltique un lac suédois, réalisant le rêve de son père.

Ce n'est pas tout. Le général suédois Torj Tornsonn étant entré en campagne en 1643-1645 contre le vieux roi du Danemark Christian IV, ce dernier, vaincu, a dû céder à la Suède de nombreux territoires dont la Scanie, extrémité méridionale de la péninsule scandinave.

Mais le 6 juin 1654, la reine Christine cède la couronne à son cousin, qui devient roi sous le nom de Charles X Gustave. Il a 32 ans et a déjà fait ses preuves de gouvernant et de chef militaire dans la guerre de Trente Ans. Le chancelier décède dans les mois qui suivent.

La première guerre du Nord

Charles X Gustave, roi de Suède (6 juin 1654 ; 13 février 1660), portrait par Sébastien BourdonLe nouveau souverain poursuit l'entreprise de conquête de ses prédécesseurs.

Dans un premier temps, il attaque Jean II Casimir, roi de Pologne, qui s'est permis de contester sa légitimité. Allié au Grand Électeur de Brandebourg, Charles X Gustave traverse la plaine polonaise et vainc son adversaire devant Varsovie les 28-30 juillet 1656. Il se fait lui-même élire roi de Pologne et s'empare de tout le pays en quelques semaines.

L'année suivante, cependant, en 1657, le nouveau roi de Danemark Frédéric III croit le moment propice pour une revanche. Ayant noué une coalition avec le tsar Alexis, l'empereur Léopold 1er et même le Grand Électeur de Brandebourg, il lance un ultimatum à Charles IX Gustave.

Bénéficiant grâce aux traités de Westphalie de points d'appui sur la côte allemande, le roi de Suède prend à revers son adversaire en envahissant le Jutland, partie continentale du Danemark, avec ses troupes de Pologne.

L’hiver étant exceptionnellement rigoureux et les Belts ou détroits gelés, il prend le risque de faire marcher ses troupes sur la glace jusqu’à atteindre Copenhague et mettre le siège devant la ville.Frédéric III doit conclure un traité de paix calamiteux par la paix de Roskilde, le 27 février 1658. 

Mais les hostilités ne sont pas finies pour autant car le Danemark ne se résigne pas à sa défaite et ses alliés restent sur le pied de guerre. 

Deux ans plus tard, le roi de Suède projette d’en finir et engage le blocus de Copenhague mais la ville résiste à ses assauts avec le concours des Hollandais. 

Le Danemark est enfin sauvé par la mort inopinée du roi de Suède à Göteborg, le 13 février 1660, et l'arrivée sur le trône d'un enfant de cinq ans, Charles XI.

La première guerre du Nord s'achève avec la paix d'Oliva, près de Dantzig, le 3 mai 1660. Cette « paix du Nord » est un compromis plus ou moins imposé par le ministre français Mazarin. Elle confirme les conquêtes de la Suède et sa prépondérance  sur la mer Baltique.


Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net