Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
 
>> Arts et poésie
Les mythes de la littérature
Sabbat (Goya)
• 2600 av. J.-C. : Gilgamesh raconte le déluge
• vers 1250 av. J.-C. : L'Iliade et l'Odyssée
• 3 septembre 401 av. J.-C. : début de l'Anabase
• 15 août 778 : Roncevaux et la Chanson de Roland
• 10 janvier 1099 : mort de Rodrigue, naissance du Cid Campeador
• vers 1135 : Arthur et les chevaliers de la Table ronde
• 23 avril 1616 : Don Quichotte orphelin
• 1er septembre 1651 : Robinson Crusoë part pour l'aventure
• 19 novembre 1703 : mort du Masque de fer
• 1704-1715 : Antoine Galland publie les Mille et Une Nuits
• 29 octobre 1787 : Don Juan triomphe à Prague
• 15 janvier 1814 : Hetzel, providence de la jeunesse
• 16 juin 1816 : naissance de Frankenstein
• 4 août 1875 : «Ma vie est un beau conte de fées...»
• 6 janvier 1887 : révélation de Sherlock Holmes
• 10 janvier 1929 : Tintin et Milou entrent en scène
Toute l'Histoire en un clic
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

Arts et poésie

La vie de bohème


Une nouvelle population est apparue au tournant du XXIe siècle : les bourgeois-bohème ou « bo-bo ». Cette classe sociale, qui jouit de revenus confortables mais dédaigne les conventions, reste difficile à définir avec une curieuse référence à la « bohème », qui fait naître l'image de plumitifs et d'artistes en herbe tentant de survivre dans un vieux grenier gelé.

Adeptes d'une vie déréglée de frivolité et de misère, ces jeunes gens ont contribué à la gloire de Paris à travers le monde au début du XXe siècle. Partons sur leurs pas afin de comprendre comment une vie de claque-faim peut encore faire rêver aujourd'hui !

Sebastien Dulac, Bohème, 1831, Rafael Valls Galery, Londres

De la Bohême à la bohème

Rimbaud aurait baptisé par inadvertance le dernier poème de ses Cahiers de Douai : « Ma Bohême ». Faute d'inattention d'un adolescent ? La confusion est pardonnable puisque les deux mots, la Bohême historique et la bohème littéraire, renvoient à une même réalité.

Rimbaud (Ultissima Verba), Lettre de Delahaye à Verlaine, 1875, Bibliotheque Litteraire Jacques Doucet, ParisNe pensait-on pas que ceux qu'on appelle aujourd'hui Roms étaient originaires de Bohême, en Europe centrale ?

Symbole de l'errance et de la vie sans attache, le « bohêmien » est devenu au XVIe siècle « le bohémien », celui qui vit en marge de la société. Rejeter les règles, adopter l'improvisation comme façon d'être ou encore afficher sa fantaisie, y compris vestimentaire...

Ces comportements hors normes ont toujours eu du succès parmi deux types de populations désireuses de se faire remarquer : les étudiants et les artistes. Il s'agit de marquer sa différence, quitte à être mal vu et rejeté par le reste de la population. La liberté avant tout.

Du côté de la Sorbonne

Tommaso Minardi, Autoportrait, 1807, Galleria degli Uffici, FlorenceParadoxalement, la bohème qui est née sous le signe du nomadisme est facile à localiser sous l'Ancien Régime.

Il suffit de se rendre aux abords de la Sorbonne pour croiser ces éternels révoltés qui ont trouvé dans ces quartiers de quoi se loger à peu de frais, chez les petits commerçants dont ils adorent se moquer.

N'hésitant pas à frayer avec le menu-fretin, les héritiers de François Villon font le spectacle dans le quartier jusqu'à ce que Louis XIV fasse place nette, à coups de descentes de police... et de mécénat.

Autant profiter des subventions ! Mais l'embellie est de courte durée et les écrivaillons sans-le-sou doivent se remettre en quête de quelques leçons à donner ou poésies à rédiger sur commande. Pour occuper leur temps libre et leurs causeries entre habitués des cafés, ils multiplient les calomnies et pamphlets envers les dirigeants.

C'est ainsi qu'à grand renfort de médisance, les « canailles de la littérature » (Voltaire) du XVIIIe siècle apportèrent une pierre non négligeable à l'édifice de la Révolution. Comme le souligne Henry Murger, « La bohème fait l'amour, la guerre et même de la diplomatie » !

Gerrit Van Honthorst, L'Etudiant patachon, Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich

« Ouvriers de la plume » (Sainte-Beuve)

Le début du XIXe siècle, avec ses secousses, ses héros napoléoniens et ses lendemains qui déchantent, a créé toute une génération de rêveurs à la fois prêts à en découdre et à l'étroit dans une société qui ne veut pas d'eux.

Les cheveux dans le vent, une nouvelle famille d'aventuriers du savoir s'impose avant 1830 au cœur de Paris (...).


Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2015-09-26 12:18:22

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Lorraine (02-04-201505:15:11)

Pouvoir se plonger dans cette vie de Bohème,,,,ah la Bohème chère à MR Aznavour. Merci a Herodote de nous accorder cette évasion ,,,,en ces temps si pauvre en émotions, autre que catastrophiques,

sylvainlelarge (08-11-201321:42:56)

Un grand plaisir à lire. Vraiment, chapeau! Mais comment faites-vous pour trouver ces belles illustrations? Y a-t-il une banque de données pour trouver ces oeuvres d'art et ces documents historiques?


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Origine du poisson d'avril ?

Réponse
Publicité