La prospérité du vice

Une introduction (inquiète) à l'économie

Daniel Cohen (Albin Michel, Le livre de poche, 6,95 euros,  2009)

La prospérité du vice

Daniel Cohen, professeur à l'ENS, est un économiste proche du parti socialiste et de Dominique Strauss-Kahn. Il a participé avec celui-ci et Laurent Fabius à l'acclimation en France du néolibéralisme, au milieu des années 1980...

Dans cet essai d'économie, il survole avec brio l'Histoire universelle depuis la Préhistoire, alignant avec brio des paradoxes plus savoureux les uns que les autres et démontrant en particulier que les vices peuvent contribuer à la prospérité commune, d'où le titre de l'ouvrage (La prospérité du vice, une introduction inquiète à l'économie).

Dans l'ancienne société tahitienne, par exemple, on se prémunissait contre le surpeuplement et la misère par l'infanticide. De façon moins brutale, c'est par leur mauvaise hygiène que les Européens du XVIIIe siècle auraient limité leur croissance démographique et préservé leur bien-être, à la différence des Chinois et des Japonais, que l'obsession de la propreté a conduit à la surpopulation, donc à la misère !

Remontant le temps, l'auteur nous assure, à la lumière de quelques études américaines, que les esclaves romains ne vivaient guère plus mal que les paysans de Louis XIV. Pourquoi, dans ces conditions, la révolution industrielle s'est-elle réalisée en Occident plutôt qu'en Chine ou en Inde ? Peut-être du fait de la division politique de l'Europe.

Là aussi, le paradoxe est savoureux : quand un pays européen s'est essouflé dans une entreprise de progrès, un autre a pris le relais. Ainsi le Portugal a-t-il lancé les grandes explorations avant d'être relayé par la Hollande, l'Angleterre... De même, cette dernière a inauguré la première révolution industrielle au XVIIIe siècle avant d'être à son tour relayée par l'Allemagne et les États-Unis. Rien de tel en Chine où la concentration du pouvoir entre les mains d'un seul homme a stérilisé les efforts des uns et des autres : par exemple les grandes navigations de Zheng He, si pleines de promesses, ont été interrompues à jamais sur un mot de l'empereur.

Un esprit malveillant (ce que n'est pas Daniel Cohen) pourrait en conclure que l'Union européenne risque de briser l'élan créatif des Européens en corsetant les initiatives locales ou nationales dans des réglementations tatillonnes ou dogmatiques, de la même façon que la cour impériale de Pékin a bridé la créativité chinoise depuis le XVe siècle...

Autre paradoxe qui vaut le détour : après un exposé des cycles économiques mis en évidence par l'économiste Kondratiev, Danie Cohen note, à l'encontre de la vulgate bien-pensante, que la croissance économique et la libéralisation des échanges ne sont en rien des facteurs de paix. Bien au contraire, en allégeant les contraintes budgétaires qui pèsent sur les États et en diversifiant leurs sources d'approvionnement, elles facilitent la mise en oeuvre de leurs ambitions : guerre ou autre (conquête de l'espace, explorations maritimes...).

L'économiste est reconnaissant à Keynes de sa contribution à la prospérité des Trente Glorieuses. Il convient avec lui du rôle primordial de l'État, par exemple dans le domaine de la santé où il freine les dépenses plutôt qu'il ne les encourage (les résultats déplorables du système de santé américain, à la fois coûteux et inefficace, sont la démonstration a contrario de ce constat).

Mais, compte tenu de ses options néolibérales, l'auteur s'abstient dans cet essai de mettre en cause ou simplement d'évoquer les excès actuels du « libre-échange ». Il fait silence aussi sur l'éducation comme facteur de développement en Asie du sud et en Extrême-Orient, ne préférant expliquer les progrès de l'Asie que par la libéralisation des échanges entreprise dans les années 1990 sous l'impulsion de Rao et Singh en Inde et Den Xiaoping en Chine.

André Larané

Publié ou mis à jour le : 10/06/2016 07:42:47

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net