Jules Michelet (1798 - 1874)

L'inventeur du « roman national »

Jules Michelet (21 août 1798 - 9 février 1874) vers 1855 (photo par Nadar)Fils d'un maître imprimeur républicain, Jules Michelet passe l'agrégation de lettres puis devient professeur d'histoire au collège Sainte-Barbe (Paris). En 1830, après les « Trois Glorieuses », il est nommé chef de la section historique des Archives Nationales par son ancien professeur François Guizot, ministre de l'Intérieur du nouveau roi Louis-Philippe Ier.

Libéral et anticlérical, doué d'un immense talent littéraire qui lui vaut de compter parmi les grands écrivains de l'époque romantique, il se fait remarquer dès 1831 par un petit essai : Introduction à l'Histoire universelle, dans lequel la rigueur du savant cède la place à la passion du militant politique.

La même année, il publie une volumineuse Histoire romaine où l'on décèle des propos qui lui vaudraient aujourd'hui le pilori (note).

Il écrira plus tard différents essais et ouvrages de moeurs enflammés (La Femme, Le Peuple...) dont certains lui vaudront des ennuis avec l'Église et le pouvoir politique.

Jules Michelet (21 août 1798 - 9 février 1874) vers 1865 (portrait par Thomas Couture, musée Carnavalet, Paris)Mais son chef-d'oeuvre demeure sa monumentale Histoire de France, entamée en 1833, sans doute la première qui soit !

Cette somme est structurée autour d'un héros, le Peuple, en quête d'émancipation vis-à-vis de l'Église et du roi. Elle sera suivie d'une non moins monumentale Histoire de la Révolution.

« J'aperçus la France. Le premier, je la vis comme une âme et une personne, » écrit Michelet dans la préface de 1869 à son Histoire de France. Cette oeuvre au style flamboyant va alimenter le culte naissant de la Nation, substitut de la religion et de la dévotion à la monarchie. Elle va aussi contribuer au goût des Français pour l'Histoire et nourrir ce que l'on appelle joliment le « roman national ».

On se gardera toutefois d'y chercher des indications historiques fiables car Jules Michelet, s'il consacrait beaucoup de temps et d'efforts à l'exploration des archives, n'hésitait pas à prendre des libertés avec celles-ci et donnait libre cours à ses préjugés idéologiques. Ainsi en est-il de sa représentation des guerres puniques sous la forme d'« une lutte entre les deux races indo-germanique et sémitique pour la domination du monde. »


Épisode suivant Voir la suite
Grands penseurs
Publié ou mis à jour le : 2022-06-22 10:16:51

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net