Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 26 juillet 1830

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

26 juillet 1830

Maudites ordonnances


Le 26 juillet 1830, le « Moniteur », journal officiel du gouvernement français, publie cinq ordonnances du roi Charles X qui mettent en émoi l'opinion publique, c'est-à-dire les 60 000 bourgeois habilités à voter.

Il s'ensuit trois journées d'émeutes que les auteurs romantiques qualifient de « Trois Glorieuses », au terme desquelles l'héritier des Bourbons devra s'enfuir et laisser le trône à son cousin, le duc d'Orléans, futur Louis-Philippe 1er, qui sera à son tour chassé par une Révolution, dix-huit ans plus tard.

Fabienne Manière
La Liberté guidant le Peuple

La Liberté guidant le Peuple (Eugène Delacroix, 1831, musée du Louvre, Paris)


Dès 1831, Eugène Delacroix (1798-1863) a tiré un chef-d'oeuvre romantique de la Révolution de 1830 avec cette peinture allégorique : La Liberté guidant le Peuple (1831, musée du Louvre). L'allégorie de la Liberté, sous la forme d'une femme du peuple, entraîne derrière elle toutes les classes sociales, de l'étudiant au gamin des rues. Plus tard, Victor Hugo s'inspirera de cette toile dans son roman Les Misérables.

Royales maladresses

Charles X doit principalement sa chute à lui-même. Le 8 août 1829, il nomme aux Affaires étrangères un ami d'enfance résolu, fidèle mais tout à fait incompétent, le prince Jules de Polignac. En novembre, le prince accède à la présidence du Conseil des ministres.

Les 221 députés de l'opposition parlementaire ayant protesté par une adresse solennelle le 18 mars 1830, le roi dissout la Chambre. Contre toute attente, les nouvelles élections portent à 274 le nombre d'opposants.

Considérant abusivement que le pays est en péril, le roi se lance dans un premier temps à la... conquête d'Alger pour tenter de rehausser sa popularité. Puis il s'autorise à publier le 26 juillet les cinq ordonnances fatales comme la Charte constitutionnelle de 1814 lui en donne le droit lorsqu'il y va de « la sûreté de l'État ».

La première ordonnance suspend la liberté de la presse et rétablit la censure et l'autorisation préalable de publication. La deuxième dissout la Chambre qui vient d'être élue.La troisième réduit le corps électoral déjà très limité en ôtant la patente et l'impôt sur les portes et fenêtres du montant du cens électoral indispensable pour bénéficier du droit de vote ; cela revient à exclure les commerçants du corps électoral et à limiter celui-ci à une poignée de gros propriétaires fonciers. La quatrième convoque les électeurs pour le mois de septembre. La cinquième enfin nomme des fidèles aux plus hautes fonctions.

Dans les bureaux du « National », le journaliste Adolphe Thiers rédige aussitôt une protestation solennelle. Dès le lendemain, à Paris, les commerçants ferment boutique cependant que plusieurs journaux enfreignent l'interdiction de paraître et que les étudiants se rassemblent en cortège.

Polignac refuse avec une stupide obstination de retirer les ordonnances et le roi confie la répression des émeutes au maréchal Auguste de Marmont, un soldat impopulaire pour avoir trahi Napoléon 1er, tout juste de retour d'Alger.

Au prix de 200 tués chez les soldats et près d'un millier chez les insurgés, ces derniers l'emportent malgré tout...

Charles X, s'étant résolu trop tard à retirer les ordonnances, doit prendre la route de l'exil. Elle le mènera en Autriche, à Gorica.

Le roi est en fuite, vive le roi !

À Paris, on revit dans l'exaltation les souvenirs de la grande Révolution, celle de 89 et 93. On reconstitue une garde nationale et, par acclamations, l'on en confie le commandement à celui qui la commandait déjà en 1789, le toujours populaire et libéral marquis de La Fayette (73 ans !). Certains le voient déjà Président de la République (comme George Washington).

Mais à force d'intrigues, une poignée d'hommes dont le vieux Talleyrand, le jeune Thiers et le banquier Laffitte écartent les républicains. Dans la nuit du 29 au 30 juillet, ils font afficher sur les murs de Paris une proclamation anonyme : « La République nous exposerait à d'affreuses divisions : elle nous brouillerait avec l'Europe ». Ils espèrent réitérer en France la « Glorieuse Révolution » qui a permis aux Anglais, en 1688, par le changement de monarque, d'installer une monarchie parlementaire durable.

C'est ainsi qu'ils en appellent au duc Philippe d'Orléans. Le 31 juillet, il reçoit d'une commission municipale le titre de lieutenant général du royaume. Il s'agit en somme qu'il assure la régence au nom de l'héritier légitime, le petit-fils de Charles X, le duc de Bordeaux, « l'enfant du miracle » (10 ans). Après cela, du balcon de l'Hôtel de ville, La Fayette présente l'heureux élu à la foule des Parisiens comme la « meilleure des républiques ».

Le 2 août, un peu tard, Charles X consent à abdiquer en faveur de son fils. Le lendemain, les Chambres, ignorant le décret de dissolution les concernant, se réunissent comme si de rien n'était. Elles constatent le trône vacant puis révisent la Charte de 1814. Le 7 août, elles adoptent le nouveau texte et décernent au duc d'Orléans le titre de « roi des Français » sous le nom de Louis-Philippe 1er.

Deux jours plus tard, en guise de sacre, le roi prête serment sur la Charte au Palais-Bourbon. De cette trahison familiale va résulter une solide inimitié entre les royalistes « légitimistes », partisans du duc de Bordeaux, et les « orléanistes ».

Le génie de la Bastille

Des Journées de Juillet 1830, surnommées les « Trois Glorieuses », Paris conserve pour souvenir, outre le chef-d'oeuvre de Delacroix, une colonne érigée au milieu de la place de la Bastille. Surmontée d'un génie ailé, cette « colonne de Juillet » porte les noms de toutes les victimes de l'insurrection.

Publié ou mis à jour le : 2017-02-25 23:39:03

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À qui doit-on cette injonction que les combattants d'aujourd'hui feraient bien de respecter : « En quelque pays que vous fassiez la guerre, les gens d'église, les femmes, les enfants, et même le peuple, ne sont point vos ennemis » ?

Réponse
Publicité