2000 ans que ça dure

L'Histoire de France racontée à tous

Les Français aiment leur Histoire sans doute plus que tout autre peuple. Il suffit, pour s'en convaincre, de considérer les tirages importants des revues spécialisées.

Faut-il s'en étonner ? La France, composée de communautés très diverses et sans réelle unité géographique, est une invention de l'Histoire. Elle est née de l'extension progressive du domaine capétien au hasard des guerres et des mariages. De là sans doute notre goût pour les épopées historiques.

La France, une création récente

L’histoire nationale, centrée autour d'un pays, est une création relativement récente. Avant 1789, les élites cultivées se passionnaient pour l’histoire… des Romains. Quant aux clercs, ils magnifiaient les grandes actions de la famille régnante à laquelle ils devaient leur statut. Ainsi les moines de Saint-Denis ont-ils pendant tout le Moyen Âge tenu scrupuleusement à jour les Chroniques des rois de France.

Tout change avec la Révolution. La France mais aussi l’Europe sont bouleversées de fond en comble. Les vieilles dynasties vacillent ou s’écroulent.

Les peuples, orphelins de leurs rois, aspirent à se refaire une identité non plus autour d’une dynastie mais d’un nouveau concept, plus abstrait : le Peuple ou la Nation.

En France et en Allemagne apparaissent les premiers historiens dignes de ce nom. L’Histoire devient avec eux une discipline universitaire à part entière.

Jules Michelet en est l'un des plus remarquables : excellent écrivain de l'école romantique, dithyrambique dans l'exposé des faits, il brosse un portrait épique de la France vue comme une « personne » : « L'Angleterre est un empire, l'Allemagne un pays, une race ; la France est une personne» (Tableau de la France).

Michelet n'aura pas de véritable disciple mais les générations suivantes d'historiens demeureront fidèles au cadre national, soit qu'ils privilégient l'histoire événementielle (l'« histoire-bataille »), soit qu'ils lui préfèrent l'histoire longue des moeurs et des idées, à l'image de Marc Bloch et Lucien Febvre.

Sous la IIIe République, l'histoire nationale s'impose dans l'éducation, instituteurs et professeurs ayant à coeur de fortifier la conscience patriotique de leurs élèves face à l'adversité.

Les écoliers apprennent à lire dans Le tour de la France par deux enfants (G. Bruno) et découvrent l'histoire dans  les petits manuels d'Ernest Lavisse, lesquels s'ornent en frontispice de la formule : « Enfant, tu aimeras la France parce que la nature l'a faite belle et que son  histoire l'a faite grande ».

Aujourd’hui, l’Histoire de France est, avec la langue française, le ciment qui préserve l’unité de la communauté nationale, dans les limites de l’hexagone et de ses dépendances d’outre-mer. C’est un ensemble de souvenirs partagés, parfois embellis par la patine du temps, autour desquels nous pouvons dialoguer et nous reconnaître, quelles que soient nos croyances et nos couleurs de peau.

[Voir la suite : Les origines jusqu'à l'An Mil]

André Larané

Publié ou mis à jour le : 2020-02-26 11:29:18

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net