Histoire sociale - La retraite, une vieille revendication - Herodote.net

Histoire sociale

La retraite, une vieille revendication

L'idée d'accorder aux vieux travailleurs une « retraite », autrement dit une pension proportionnée à leurs revenus durant leur vie active, est relativement récente. Mais elle puise ses racines dans une pratique de l'Ancien Régime. Sa généralisation coïncide en France et dans le monde développé avec l'extension à grande échelle du salariat et de l'emploi à vie, à la fin du XIXe siècle et plus sûrement à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Partout en Europe, ce dispositif est remis en question en ce début du XXIe siècle, en même temps que recule l'emploi à vie. La concomitance de ces deux phénomènes n'est évidemment pas le fruit du hasard.

Joseph Savès

L'État employeur

Comme beaucoup d'autres innovations, la retraite a été amenée par la guerre et l'armée (rien à voir avec la Bérézina). On pense aux vieux légionnaires romains installés comme colons dans les territoires conquis ou aux soldats invalides de Louis XIV, pensionnés en vertu de leurs mérites.

Le souverain, soucieux de s'attacher ses soldats et ses marins, instaure en 1673 une première caisse de retraite au bénéfice des équipages de la marine royale. Un siècle plus tard, une nouvelle caisse est créée, au bénéfice cette fois des employés de la Ferme générale, autrement dit du service des impôts. Cette réforme, au bénéfice d'une corporation nantie de privilèges, survient au moment où ce service est des plus impopulaires.

Au XVIIIe siècle, faut-il le préciser, la retraite ne saurait concerner d'autres catégories sociales que les serviteurs de l'État car ils sont les seuls à bénéficier d'un emploi salarié réglementé. Sans surprise, en 1790, les députés de l'Assemblée constituante élargissent par décret le droit à une pension de retraite à l'ensemble des serviteurs de l'État.

Sous le Second Empire, la loi du 9 juin 1853 organise la retraite des fonctionnaires de l'État et des militaires. L'âge de départ est fixé à 60 ans (55 ans pour les travaux pénibles).

Révolution industrielle, révolution de l'emploi

Avec la révolution industrielle et les premières usines naissent les associations d'entraide ouvrière. Sans en référer à quiconque, les travailleurs français mettent en place dès 1804 les premières sociétés de secours mutuel, héritières des corporations de l'Ancien Régime.

Elles sont reconnues par les pouvoirs publics en 1835 mais sont pauvrement dotées et demeurent marginales : en 1890, seuls 3,5% des vieux ouvriers jouissent d'une pension.

Quelques grands patrons « paternalistes » et clairvoyants participent au financement des pensions de retraite. Ils offrent à leurs ouvriers usés par le travail l'espoir de mourir en paix dans leur foyer, aux alentours de la soixantaine.

Mais l'idée d'une retraite pour l'ensemble des salariés n'émerge qu'à la fin du XIXe siècle, en premier lieu dans l'Allemagne de Bismarck.

- Bismarck fait sa Révolution :

L'autoritaire chancelier a compris la nécessité de composer avec les syndicats ouvriers, dont l'influence croissait avec le développement de l'industrie et des grandes usines manufacturières.

Il met en place de 1883 à 1889 une législation sociale plus avancée que dans aucun autre pays européen. Elle établit des caisses d'assurance contre les accidents et la maladie et des caisses de retraite, financées par un système d'assurance obligatoire et gérées paritairement par les syndicats et les patrons.

Le droit à la retraite se généralise lentement à l'ensemble du salariat ouest-européen, à l'initiative des États. En France, les travailleurs des mines en bénéficient en 1894, par le biais d'une Caisse de retraite des mineurs. En 1909, c'est le tour des cheminots du réseau ferré de l'État.

- Oui à la retraite, mais au bon vouloir des employeurs :

L'année suivante, par la loi du 4 avril 1910, le ministre radical Léon Bourgeois organise les Retraites ouvrières et paysannes (ROP) sur le modèle bismarckien.

Ce système de retraite s'adresse à tous les salariés de l'industrie et de l'agriculture. Les employeurs gardent la liberté d'y souscrire. Il fonctionne par capitalisation (les cotisations sont placées à la Bourse et leurs dividendes redistribués sous forme de pensions).

Il assure aux cotisants une pension de 40% de leur ancien revenu à 65 ans. Non sans une certaine lucidité en un temps où moins d'un ouvrier sur dix atteint cet âge, le syndicat CGT (Confédération Générale du Travail) s'y oppose : « C'est la donner à des morts ! », plaide-t-il.

Les travailleurs indépendants et les exploitants agricoles, qui représentent encore au début du XXe siècle la majorité de la population active, en demeurent exclus.

Le gouvernement Tardieu institue enfin un régime d'assurance vieillesse obligatoire pour tous les salariés modestes par la loi du 30 avril 1930, puis, par la loi du 11 mars 1932, crée les Assurances sociales, ancêtre de la Sécurité Sociale. Elle prévoit des allocations pour les travailleurs chargés de famille, financées par les cotisations patronales.

Publié ou mis à jour le : 2019-06-12 16:37:56

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net