Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> François Guizot (1787 - 1874)

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

François Guizot (1787 - 1874)

Le conservateur «éclairé»


François Guizot est le principal ministre de Louis-Philippe 1er, le «roi bourgeois» par excellence. Il exprime mieux qu'aucun autre le réformisme tranquille de ce règne et une certaine forme de « conservatisme éclairé » qui se retrouve dans la formule célèbre : « Enrichissez-vous par le travail, par l'épargne et la probité ».

Pour ces raisons, il devra supporter toute l'impopularité du régime finissant et son image en sera durablement ternie...

Bourgeois libéral et réformateur

François Guizot (par Paul Delaroche)Élève brillant issu d'une famille protestante des Cévennes, le jeune Guizot se fait très tôt reconnaître comme un universitaire et un historien de talent. Il suit le roi Louis XVIII à Gand pendant les Cent-Jours qui marquent la fin de l'empire napoléonien.

Partisan d'une monarchie constitutionnelle, il fréquente les premiers cabinets ministériels de Louis XVIII et devient le maître à penser des modérés. C'est ainsi qu'il entre en conflit avec les gouvernements ultra-royalistes de la fin du règne de Louis XVIII et de son successeur Charles X. Il milite aussi pour l'abolition de la peine de mort.

Après la révolution des Trois Glorieuses de 1830, il entre dans les gouvernements successifs du roi Louis-Philippe 1er.

Ministre impopulaire

Il tient successivement les ministères de l'Intérieur, de l'Instruction publique puis des Affaires étrangères. Très vite, François Guizot apparaît comme l'inspirateur du régime et le véritable chef du gouvernement.

Par la loi du 28 juin 1833, il fonde l'enseignement primaire public et généralise les Écoles normales primaires pour la formation des instituteurs. 

En 1840, il raccommode la France et l'Angleterre, sur le point de se faire la guerre en raison de la politique aventureuse de son prédécesseur Adolphe Thiers. Il ouvre la voie à une première «entente cordiale» entre Louis-Philippe 1er et la reine Victoria. En 1842, la loi sur les chemins de fer accélère l'industrialisation du pays.

Ce n'est qu'en novembre 1847 que Guizot devient officiellement le chef du gouvernement avec le titre de président du Conseil. Mais son impopularité auprès de la bourgeoisie républicaine concourt à la révolution de février 1848 et à la chute de la royauté, l'obligeant lui-même à renoncer définitivement à la politique.

Publié ou mis à jour le : 2017-03-22 12:40:46

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quel est l'actuel nom de Stalingrad ?

Réponse
Publicité