Lettonie

Entre Allemands et Russes, son intérêt balance

Le drapeau de la LettonieLa Lettonie recouvre les anciennes provinces médiévales de Livonie et de Courlande. C'est l'un des trois petits États baltes aujourd'hui intégrés à l'Union européenne après avoir été écartelés entre les grandes puissances régionales (Russie, Prusse, Suède, Pologne).

Sa superficie totale est de 65 000 km2, avec moins de 2 millions d'habitants (2014). Elle abrite une forte minorité russophone héritée de l'Histoire récente, qui représente environ un tiers de la population. Le russe est langue officielle au côté du letton, une langue indo-européenne. La religion luthérienne y est majoritaire, bien que les catholiques et les orthodoxes soient également nombreux. 

Le pays dispose pour principale ressource naturelle de ses forêts qui ont permis le développement d'une industrie du bois et de la papeterie. Aujourd'hui, il est néanmoins très urbanisé et industrialisé. Il a adopté l'euro en 2013.

La Lettonie, comme l'ensemble de la région, fut occupée par un peuple d'origine finno-ougrienne au IIIe millénaire avant J.-C. (sa langue s'est conservée dans l'Estonie et la Finlande voisines).

Russes et Allemands : des voisins encombrants

En 1158, les marchands allemands de la ligue hanséatique créèrent le comptoir de Riga, à l'embouchure de la rivière Daugava. Au cours des XIIe et XIIIe siècles, les chevaliers Porte-Glaive envahirent le pays et y introduisirent le christianisme... sans douceur excessive, de sorte que, jusqu'au XXe siècle, la population paysanne se trouva dominée par une noblesse terrienne et une bourgeoisie marchande d'origine germanique et de langue allemande.

Au début du XVIIe siècle, la Suède protestante et la Pologne-Lituanie catholique se disputèrent le territoire de la Lettonie. La victoire revint à la Suède, qui imposa le luthérianisme à ses nouveaux sujets. Mais la région n'en fut pas moins intégrée à l'empire russe un siècle plus tard, à la suite des conquêtes de Pierre Ier.

À la faveur du rapide développement économique que connaît l'empire russe à la fin du XIXe siècle, Riga devient une grande ville industrielle et nourrit une puissante contestation social-démocrate et syndicale. Des militants ouvriers lettons entreprennent même de combattre les armes à la main les forces tsaristes. 

Fidèles d'entre les fidèles

La garde lettone de Lénine au Kremlin ; agrandissement : des tirailleurs lettons protègent le 5e Congrès des Soviets, à Moscou (juillet 1918)À l'issue de la Révolution de Février, qui instaure une république démocratique, les fusiliers et tirailleurs lettons de l'armée russe se mettent avec fougue au service des bolchéviques, dans l'espoir que ceux-ci donneront l'indépendance aux différentes nationalités de l'empire, dont la leur.

C'est ainsi qu'ils deviennent la garde rapprochée de Lénine et protègent celui-ci contre les opposants de toutes sortes, lui sauvant la vie à maintes occasions. En Lettonie même, leur brutalité devient proverbiale : « Ne cherche pas un bourreau, cherche un Letton ».

La Lettonie proclame de fait son indépendance en 1918 mais elle est brutalement annexée par l'URSS en juin 1940, ainsi que les deux autres États baltes. Elle sera ensuite occupée par l'Allemagne nazie après la rupture du pacte germano-soviétique. En manque d'hommes pour combattre l'Armée rouge de Staline, la Wehrmacht va recruter jusqu'à 100 000 hommes dans ce pays de deux millions d'habitants (les vétérans percevront une pension de . Beaucoup de Lettons participent aussi à la traque et à l'extermination des Juifs locaux. La quasi-totalité, soit 70 000, seront assassinés.

Contrainte et forcée, la Lettonie est redevenue République socialiste soviétique en 1944. Elle a pu proclamé à nouveau son indépendance en 1991 à la faveur de l'implosion de l'URSS et, en avril-mai 2004, elle est entrée dans l'OTAN et l'Union européenne, ainsi que ses voisines, la Lituanie et l'Estonie.


Épisode suivant Voir la suite
L'URSS communiste
Publié ou mis à jour le : 2022-05-20 09:10:57

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net