3 octobre 1226 - Apothéose de Saint François d'Assise - Herodote.net

3 octobre 1226

Apothéose de Saint François d'Assise

Saint François d'Assise meurt dans une cabane dans la nuit du 3 au 4 octobre 1226.

La pauvreté et la joie

François d'Assise (peinture murale du Sacro Speco à Subiaco, en Italie) Né 44 ans plus tôt dans la famille d'un riche drapier d'Assise, en Italie centrale, il est surnommé Francesco (François ou Français) par son père, coutumier des voyages en France.

À vingt ans, après une maladie, il rencontre des lépreux et voit en songe le Christ qui lui demande de « réparer sa maison qui tombe en ruine ». François pense qu'il s'agit de la chapelle où il prie. Il vend ses biens pour acheter des matériaux.

Son père le déshérite. Qu'à cela ne tienne. François se dépouille en public de ses luxueux habits pour ne plus porter qu'un froc en mauvais drap.

En rupture avec les us de son époque, le jeune homme fait voeu de pauvreté. Des disciples le rejoignent et avec eux, il va prêcher et mendier dans les villes. Il fonde l'ordre des « frères mineurs ».

La joie de vivre et l'amour de la nature caractérisent sa prédication et ses écrits. Le Cantique des créatures (aussi appelé Cantique au Soleil) est le premier grand poème en langue italienne.

En septembre 1224, il reçoit les stigmates de la Passion de Jésus (cinq plaies sur les mains, les pieds et la poitrine qui rappellent les blessures du Christ sur la croix).

François est canonisé deux ans après sa mort et un siècle plus tard, le peintre Giotto l'immortalise sur les murs de l'église d'Assise.

Sa vie donne aussi naissance à un récit naïf, les Fioretti di San Francesco qui a inspiré en 1950 un film atypique au cinéaste italien Roberto Rossellini.

Publié ou mis à jour le : 2015-10-04 04:19:53

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès