Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> 13 mars 2013

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

13 mars 2013

Élection du pape François


Le 13 mars 2013, Jorge Mario Bergoglio (76 ans), archevêque de Buenos Aires (Argentine), succède à Benoît XVI sur le trône de Saint Pierre.

Le pape François (Paris Match, mars 2013)Il est le premier pape issu de la Compagnie de Jésus, le premier né hors d'Europe et aussi le premier depuis plus de mille ans à choisir un nom inédit, François.

Faut-il s'étonner que le pape se réclame de François d’Assise ? Nietzsche disait de celui-ci qu'il était « le seul disciple que Jésus ait jamais eu », rappelle l'essayiste Jean-Claude Barreau (*).

Il note aussi qu’il est jésuite. Or, ceux-ci sont renommés pour leur énergie militante, surtout en Amérique du Sud, et pour leur « casuistique », c’est-à-dire une morale du moindre mal. Par exemple, l’avortement est un mal mais ce peut être le moindre mal pour certaines femmes.

Enfin, « un pape qui aime le tango, l’opéra et le foot ne peut être foncièrement mauvais », ajoute l'essayiste avec humour.

« Moi, François, pape normal »

Dès son apparition à la loggia de la place Saint-Pierre, le soir de son élection, Jorge Mario Bergoglio se dit modestement « évêque de Rome », ville « qui préside à la charité des églises », selon une formule du 1er siècle.

Dans sa manière de congédier la foule d'un familier « Bonne nuit », le nouveau pape se présente comme un pape « normal »... tout comme François (Hollande), élu quelques mois plus tôt à la présidence de la République française, se voulait un « président normal ». Loin des pompes pontificales, il manifeste son souci de revenir à la pauvreté du sermon des Béatitudes.

Originaire d'un pays, l'Argentine, qui s'est longtemps vu comme l'arrière-cour de l'Europe et en a adopté les modes intellectuelles, le souverain pontife se plaît à dénoncer le capitalisme néolibéral d'inspiration étasunienne. 

François fustige aussi les goûts de luxe de certains cardinaux. Le 22 décembre 2014, lors d’une cérémonie de vœux, il humilie publiquement les membres de la Curie (le gouvernement du Vatican) en les accusant de quinze maladies dont ils seraient atteints, de « l’Alzheimer spirituel » à « la schizophrénie existentielle » en passant par la « pétrification mentale et spirituelle » et la « maladie du visage funèbre » ! Des paroles très brutales mais qui n'ont encore débouché sur aucune réforme d'envergure.

À la différence de son prédécesseur, théologien réservé qui soupesait chacun de ses mots, le pape François s'adonne avec délectation à des entretiens improvisés avec la presse, en employant des formules approximatives qui déconcertent beaucoup de fidèles mais lui valent en contrepartie une immense popularité dans les médias et les cercles progressistes européens.

Le pape affiche d'emblée son empathie pour les homosexuels, avec une formule pleine d'humilité : « Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour le juger ? », déclare-t-il dans l'avion qui le ramène de Rio le 29 juillet 2013.

Le 19 janvier 2015, de retour des Philippines, il évoque les femmes pauvres, victimes de grossesses multiples. Il emploie pour ce faire une brève de comptoir qui a sans doute choqué beaucoup de familles nombreuses (et épanouies) : « Certains croient, excusez-moi du terme, que, pour être bons catholiques, ils doivent être comme des lapins ».

Cette mise en bouche nous amène aux propos sur le terrorisme échangés lors du retour des Journées Mondiales de la Jeunesse de Cracovie, le 1er août 2016.

Soucieux de dissocier le terrorisme de l'islam, il laisse tomber : « Si je dois parler de violences islamiques, je dois aussi parler de violences chrétiennes. Dans presque toutes les religions, il y a toujours un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons nous aussi, ajoutant curieusement : Tous les jours quand j'ouvre les journaux, je vois des violences en Italie, quelqu'un qui tue sa petite amie, un autre qui tue sa belle-mère, et ce sont des catholiques baptisés ».

Ce relativisme, qui fait l'amalgame entre des crimes génocidaires et des crimes passionnels, sème le trouble. Ne ferait-il pas douter de la légitimité de la guerre contre l'islamisme ? La confusion est telle qu'elle conduit des catholiques zélés à dire leur pardon aux terroristes sans attendre que ceux-ci aient confessé leurs crimes et exprimé leur contrition (*).

Le 1er novembre 2016, dans un avion qui, cette fois, le ramène de Malmö (Suède), le souverain pontife tempère ses propos précédents sur l'accueil des immigrants : « On ne peut pas fermer le cœur à un réfugié, a-t-il expliqué. Mais, tout en étant ouvert à les recevoir, les gouvernements doivent être prudents et calculer comment les installer. Il ne s’agit pas seulement de recevoir des réfugiés mais de considérer comment les intégrer. »

Ces nuances sont cependant très vite oubliées par le pape qui en remet une couche le 21 août 2017 dans un discours officiel et donc réfléchi : « accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés ». Il réclame des pays européens un accueil indifférencié de tous les migrants, avec « corridors humanitaires », « visas » etc. Et il enjoint aux responsables politiques de « toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale ! »

Par ce discours, le Souverain Pontife sort de son magistère spirituel pour donner des leçons de gestion publique. Il oublie la distinction que fait Jésus entre Dieu et César, entre la foi et la politique. Il oublie aussi la parabole dans laquelle un roi chasse du festin un invité qui ne portait pas le festin de noce (Mt 22,1-14) : l'hospitalité n'est pas inconditionnelle ; elle doit se mériter. Et comment agirait-il lui-même si le Vatican était envahi par des migrants ? Conscient d'avoir dépassé les limites du bon sens, François n'a pas tardé à édulcorer son propos et reconnaître aux gouvernants le sens des responsabilités...

On reste loin de l'enthousiasme viril que suscitaient les propos offensifs du charismatique Jean-Paul II.

Alban Dignat

Publié ou mis à jour le : 2017-11-20 15:39:32

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Botiou37 (03-02-201422:24:20)

Ignace de Loyola fut blessé au siège de Pampelune,le 19 mai 1521 d'un boulet tiré par les troupes(seigneur de Lesparre) françaises envoyées là par le roi..François 1er !(Curieux!?)Jambe droite brisée+ cuisse gauche amochée!Fier de son apparence, Ignigo a une jambe + courte avec l'os mal ressoudé! Il demande aux chirurgiens "de scier l'os de la jambe qui excédait et se fit étendre l'autre dans une machine de fer. Il supporta cette espèce de torture pendant plusieurs jours, ce qui ne put empê... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le mot Noël ?

Réponse
Publicité