25 novembre 1944 - Les alliés découvrent le Struthof - Herodote.net

25 novembre 1944

Les alliés découvrent le Struthof

Automne 1944, les Alliés délivrent l'Alsace de l'oppression nazie. Au premier rang des libérateurs figurent l'armée du général de Lattre et la 2e DB du général Leclerc.

Là-dessus, les services de renseignement transmettent aux Américains des photos aériennes montrant une concentration inhabituelle de bâtiments à 50 kilomètres de Strasbourg, dans les Vosges, sur la commune de Natzwiler, au lieu-dit le Struthof.

C'est ainsi que le 25 novembre 1944, les GI's découvrent pour la toute première fois un camp de concentration nazi. Actif depuis 1941 sous le nom de KL Natzweiler-Struthof, il témoigne de l’organisation méthodique de la déportation des ennemis du Troisième Reich.

Ce fut le seul camp de concentration sur le territoire français. Ce fut aussi l'un des plus meurtriers du système concentrationnaire nazi. Près de 22 000 déportés y perdirent la vie en moins de quatre ans...

Charlotte Chaulin, avec l'aimable contribution de l'historien Roland Gelb

Les baraquements du camp principal KL Natzweiler-Struthof au moment de leur découverte (notez la forte déclivité du terrain, source de souffrances extrêmes pour les déportés épuisés et contraints de tirer des sacs de pierres). collection du mémorial du Struthof (CERD)

La découverte du camp

Le 23 novembre 1944, les troupes alliées libèrent Strasbourg. Deux jours plus tard, une patrouille américaine s’enfonce un peu plus dans la région. Elle atteint le village français de Rothau et gravit une longue côte dans la montagne.

Les soldats empruntent un chemin bordé de sapins puis, arrivés au lieu-dit « le Struthof », franchissent des barbelés et tombent sur des baraquements, des cellules, des murs criblés de balles. Mais ça ne ressemble pas à une prison. À quoi a bien pu servir ce lieu ? Les militaires sont désorientés. Ils n’ont jamais entendu parler d’un camp de concentration. Les questions se bousculent dans leur tête.

Les GI's viennent de découvrir le tout premier camp de concentration nazi, à l’ouest de l’Europe.

Carte postale, Hôtel et Cure d'air du Struthof. Collection du mémorial du Struthof (CERD)

Un lieu de villégiature transformé en camp de concentration

L’Alsace et la Moselle sont annexées par le IIIème Reich après l’armistice du 22 juin 1940. Hitler prend ainsi une revanche sur la défaite de 1918. Immédiatement, la SS investit l'Alsace-Lorraine. Son administration est germanisée ainsi que les usines et les mines. La langue française est prohibée.

L'un des huit miradors encerclant le camp de Natzweiler. En agrandissement : la porte d'accès au chemin de ronde.Des prospections sont lancées dans toute la région pour exploiter au mieux le pays fraîchement conquis. Hitler, qui vient de se lancer dans une série de projets architecturaux, cherche en particulier des carrières de pierre.

En haut du Mont Louise, dans les Vosges du nord, le géologue colonel SS Karl Blumberg découvre un filon de granit extrêmement rare, du granit rose. Bingo ! C’est exactement ce que cherche le Führer qui considère que le granit fait partie des matériaux durables et de prestige.

Himmler, chef de la Gestapo et de la police, et Oswald Pohl, chef de l’Office central de l’Administration économique de la SS, ont l'idée de faire travailler des déportés dans la carrière.

Il existe déjà sur place une ferme, un hôtel, une auberge et une petite salle des fêtes.

C’est l’endroit parfait pour créer le camp. Le lieu est discret, à l’écart de tout, et une ligne de chemin de fer dessert le bas du Mont Louise.

Entrée du camp de concentration KL Natzweiler-Struthof. Collection du mémorial du Struthof (CERD)Le 1er mai 1941, les nazis entament donc la construction du « Struthof ». 300 déportés communistes allemands et autrichiens en provenance de Sachsenhausen sont internés dans les bâtiments existants. Ils doivent tailler le chemin d'accès à la veine de granit et aménager le versant plein nord en y creusant des plateformes destinées à recevoir les 17 baraquements du futur camp.

L’hôtel et les pistes de ski prisés par les Strasbourgeois qui venaient s’y divertir en famille depuis le début du siècle laissent bientôt la place au camp de concentration (KL, Konzentrationslager en allemand). Le petit paradis se transforme en antichambre de l’enfer.

Le camp se compose du camp principal et de près de 70 camps annexes, tant en Alsace que de l'autre côté du Rhin. Au total, il recevra en moins de quatre ans 52 000 prisonniers, les morts étant prestement remplacés par de nouveaux arrivants.

Prévu à l'origine pour 2 500 déportés, le camp et ses annexes en hébergeront jusqu'à 10 000 en 1944, de 32 nationalités différentes.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-26 22:47:35

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net