1er décembre 1135

La succession contestée d'Henri Beauclerc

Traduction en Anglais

Henri Ier Beauclerc, roi d'Angleterre et duc de Normandie, meurt à Lyons-la-Forêt, en Normandie, le 1er décembre 1135, sans doute d'une indigestion de lamproie. Il a 67 ans.

Quatrième fils du roi Guillaume 1er le Conquérant, il a maintenu son royaume pendant trente-cinq ans dans une paix relative mais, faute d'héritier mâle, le laisse dans une situation aussi perturbée qu'à son avènement.

André Larané
Guillaume le Conquérant,  Guillaume le Roux, Henri Beauclerc, Étienne. Les quatre rois normands tiennent chacun la maquette d'une abbaye dont ils sont les fondateurs (manuscrit de Matthieu Paris, abbaye Saint-Albans, XIIIe siècle, British Library)
Querelles fratricides

Selon les règles en usage chez les Normands, Guillaume le Conquérant a légué à son fils aîné Robert Courteheuse le patrimoine familial, à savoir le duché de Normandie. Il a confié par ailleurs le royaume d'Angleterre au puîné, Guillaume le Roux (ou Rufus), son fils préféré.

Quant à Henri « Beauclerc », ainsi surnommé parce qu'il a fait des études, chose rare à l'époque parmi les chevaliers, il a reçu une jolie somme de cinq mille livres d'argent à la mort de son père en 1087.

Pour les barons normands, qui possèdent des terres des deux côtés de la Manche, ces legs ne sont pas sans inconvénient : à qui devront-ils obéir en cas de conflit entre les deux frères ? En attendant, le problème ne se pose pas car le duc de Normandie Robert Courteheuse choisit de rejoindre la première croisade en Terre Sainte.

Célibataire sans maîtresse ni bâtard, le roi d'Angleterre Guillaume II le Roux mène une vie fantasque et agitée, en perpétuel conflit avec les prélats. Henri rêve de lui succéder. Mais voilà qu'on annonce le retour de Robert Courteheuse de Terre sainte, en compagnie d'une jeune et belle épouse. Ne va-t-il pas revendiquer la succession pour lui-même?...

Le 2 août 1100, le roi Guillaume II est mortellement atteint par une flèche au cours d'une partie de chasse. Son frère Henri qui, curieusement, chassait le même jour dans la même forêt, ne perd pas de temps. Il galope jusqu'à Winchester, se fait remettre les clés du trésor royal, réunit une poignée de barons et se fait couronner par l'évêque de Londres à défaut de l'archevêque de Cantorbéry.

La Paix du Roi

Dès son avènement, le 5 août 1100, le nouveau roi cultive sa popularité en accordant aux barons qui l'ont porté sur le trône une Charte des libertés  par laquelle il s'engage à respecter les « lois d'Édouard le Confesseur », le grand souverain anglo-saxon d'avant la conquête normande.

Dans ce texte court de quatorze articles, il s'engage en particulier à respecter le droit des barons à léguer leur terre à leur héritier et à se marier comme ils l'entendent. Il proclame également une amnistie pour les crimes commis avant son avènement. Un siècle plus tard, les rédacteurs de la Grande Charte de 1215 ne manqueront pas de s'inspirer de ce texte précurseur.

Qui plus est, par souci de se concilier ses sujets anglais, le roi Henri 1er épouse une princesse anglo-saxonne, Edith, fille du roi d'Écosse Malcolm et descendante du roi Aethelred.

Last but not least, il débarque en Normandie. Le 28 septembre 1106, à Tinchebray, au terme d'une bataille d'à peine une heure, il défait son frère Robert Courteheuse et lui enlève également à son malchanceux le duché de Normandie. Les sujets anglo-saxons y voient une revanche sur la bataille d'Hastings et la conquête de l'Angleterre par les Normands ! Robert, capturé à la bataille de Tinchebray, va passer les vingt-huit dernières années de sa vie en détention.

Bon connaisseur du droit, Henri impose la préséance des tribunaux royaux sur les tribunaux seigneuriaux dans la plupart des affaires criminelles. Il étend également la pratique des jurys populaires, groupes de citoyens désignés par le sort et appelés à statuer dans les affaires criminelles.

L'administration centrale elle-même s'étoffe. Le chancelier, au départ simple chef de la chapelle royale, voit son importance grandir parce qu'étant entouré de clercs qui savent lire et écrire, il a la charge de rédiger les actes royaux et se voit confier le sceau royal.

Les sheriffs en charge de l'administration des counties doivent rendre des comptes sur leur gestion à la cour de l'Échiquier qui se réunit deux fois par an, à Pâques et à la Saint-Michel, à Winchester. Le nom d'Échiquier vient de ce que devant le commis de l'évêque est disposée une table avec des colonnes et des lignes pour les pence, shillings et livres.

Henri doit par ailleurs composer avec le haut clergé et en particulier l'archevêque de Cantorbéry, Anselme, ancien abbé du Bec-Hallouin. Le saint homme veut imposer en Angleterre la réforme des investitures laïques voulue par le pape Grégoire VII. Henri Beauclerc feint de s'incliner et accepte du bout des lèvres que les abbés et évêques soient choisis par le pape. 

Tragédie à la cour

Mathilde d'Angleterre (1102-1167)Henri Ier aurait tout lieu d'être satisfait mais il est à son tour frappé par le sort. Le roi, qui n'a pas moins d'une vingtaine de bâtards, perd en effet le seul fils légitime qui puisse lui succéder dans le naufrage de la Blanche Nef, le 25 novembre 1120.

Au bord du désespoir, il se remarie avec Adélaïde de Louvain, laquelle tarde à lui donner un héritier de remplacement. À défaut de mieux, il désigne pour lui succéder sa fille Mathilde (Matilda en anglais).

Celle-ci a épousé en 1114, à 12 ans, l'empereur d'Allemagne Henri V, qui en avait alors 33. Veuve en 1125, elle est trois ans plus tard remariée par son père au futur comte d'Anjou, de Tours et du Maine, Geoffroi V le Bel Plantagenêt, lequel a dix ans de moins qu'elle (respectivement 16 et 26).

NB : curieusement, leur fils Henri aura également dix ans de moins que son épouse Aliénor d'Aquitaine.

Par ce mariage, Henri Ier veut protéger la Normandie contre des revendications extérieures. Mais les barons normands déplorent mezza voce ce choix d'un prince étranger et commencent à regretter d'avoir prêté un serment d'allégeance à Mathilde...

L'Anarchie

Quand meurt Henri Ier Beauclerc, Mathilde (33 ans) devient duchesse de Normandie mais est aussi proclamée « dame des Anglais » (et non reine). Elle-même revendique le titre d'« impératrice » ou « Emperesse » en vertu de son premier mariage avec l'empereur d'Allemagne. Henri, le fils qu'elle a eu de Geoffroi, n'a encore que 2 ans.

Cependant, son cousin, Étienne de Blois (environ 40 ans) prétend avoir été désigné par Henri 1er sur son lit de mort pour lui succéder.

Petit-fils de Guillaume le Conquérant par sa mère Adèle, marié à l'héritière du comté de Boulogne, également prénommée Mathilde, Étienne se fait prestement couronner avec le concours des bourgeois de Londres et de quelques barons. Ceux-ci renient pour l'occasion leur serment fait à Henri Beauclerc d'obéir à sa fille.

Profitant de la mollesse du nouveau roi, les grands seigneurs hérissent le pays de châteaux forts et oppriment la paysannerie. Quant aux bourgeois de Londres, ils se proclament commune.

En 1139, profitant du désordre ambiant, Geoffroy Plantagenêt envahit la Normandie, le roi David d'Écosse, oncle de Mathilde, envahit quant à lui le nord de l'Angleterre, et Mathilde elle-même lève des troupes à travers l'Angleterre avec le soutien de son demi-frère, le comte Robert de Gloucester, fils d'une maîtresse de son père.

Étienne capture sa rivale dès l'automne 1139 mais commet l'imprudence de la relâcher sur parole...

Étienne de Blois (1096-1154), roi d'Angleterre

Le roi Étienne (Stephen of Blois en anglais) et Mathilde n'ont dès lors de cesse de se combattre pendant plus de dix ans. Cette triste période reste connue en Angleterre sous le nom d'« Anarchie ».

En février 1141, Étienne affronte l'armée ennemie à Lincoln. En situation de faiblesse, il poursuit le combat au lieu de s'enfuir et se fait capturer. Il est incarcéré à Bristol. Mais son épouse, avec le soutien des barons et du peuple de Londres, arrive à son tour à capturer Robert de Gloucester. Les deux prisonniers sont échangés et Étienne remonte sur le trône. 

En décembre 1142, assiégée à Oxford, Mathilde arrive à s'échapper avec quatre compagnons en se laissant glisser le long de la muraille, en habits blancs pour mieux se dissimuler dans le paysage neigeux.

En octobre 1147, affectée par la mort de son demi-frère Robert, elle se réfugie sur le Continent et ne reviendra plus en Angleterre. Le roi Étienne n'est pas tranquille pour autant. De grands barons ainsi que le pape refusent de lui reconnaître son fils aîné Eustache pour héritier. D'autre part, les Normands lui tiennent rigueur de ne pas s'intéresser à leur duché et se livrent à Geoffroy Plantagenêt, le mari de Mathilde.

En 1153, le jeune Henri Plantagenêt débarque en Angleterre et affronte avec ses partisans l'armée royale à Wallingford. La bataille reste indécise. Désespérant d'en finir, Étienne entame des négociations avec Mathilde que la mort inopinée de son fils Eustache va accélérer. 

Le roi se résigne par le traité de Winchester à désigner comme successeur le fils de Mathilde. Il avait déjà suggéré cette issue douze ans plus tôt mais Mathilde l'avait alors repoussée !

Sa mort, survenue le 25 octobre 1154, ouvre le chemin du trône à Henri Plantagenêt, qui deviendra roi d'Angleterre sous le nom d'Henri II le 19 décembre suivant. Étienne est inhumé aux côtés de son fils Eustache et de sa femme, dans son abbaye de Faversham. Mathilde d'Angleterre, quant à elle, mourra à Rouen le 10 novembre 1167.

Publié ou mis à jour le : 2019-04-16 20:01:21

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net