Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> 14 février 1945

Vous avez accès à
trois dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

14 février 1945

Le « pacte du Quincy », une alliance contre nature


En 1943, tandis que la Seconde Guerre mondiale bat son plein, le président Franklin D. Roosevelt prend conscience de l'importance future des fabuleux gisements pétroliers d'Arabie séoudite.

Il fait les yeux doux au roi Ibn Séoud et le rencontre sur le cuirassé Quincy le 14 février 1945. C'est le début d'une alliance qui ne se démentira pas jusqu'au début du XXIe siècle malgré l'obscurantisme de la dynastie séoudienne et l'implication des Séoudiens dans le terrorisme islamiste et les attentats du 11 septembre 2001.

Ibn Séoud et Roosevelt sur le Quincy (14 février 1945)

Les Américains entrent en concurrence avec les Britanniques

Les Britanniques dominent la région du golfe Persique depuis la chute des Ottomans en 1918 et par la « clause de nationalité britannique » imposent aux émirats locaux de n'utiliser que des sociétés britanniques pour leurs opérations commerciales !

Ils commettent toutefois une erreur de taille en oubliant Ibn Séoud, lequel est en train de se bâtir un royaume au coeur de la péninsule. Il est vrai qu'ils ne croient pas à la présence de pétrole dans le sous-sol arabe ! C'est ainsi que l'exploitation des gisements du Hasa (Arabie séoudite), sur le littoral du golfe Persique, va débuter dans les années 1920 à l'initiative d'une petite compagnie américaine.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques reprennent pied en Irak en 1941 pour protéger leurs approvisionnements en pétrole. Ils chassent aussi les Allemands de la Syrie sous mandat français. Les Américains installent de leur côté des bases logistiques dans les ports iraniens pour ravitailler leurs alliés soviétiques.

Instruit par l'expérience et soucieux de préserver son indépendance chèrement aquise, le roi Ibn Séoud se tient à l'écart des combats. Mais comme il a besoin d'argent pour remplacer les recettes des pèlerinages interrompus par la guerre, il obtient des Américains qu'ils détournent à son profit une partie des prêts qu'ils destinent à la Grande-Bretagne.

Mais le président Roosevelt fait encore mieux. Il tire parti du ressentiment des Arabes (et des Iraniens) à l'égard des Britanniques pour évincer son allié du Moyen-Orient. C'est ainsi qu'en novembre 1943, en se rendant à la conférence de Téhéran, il s'arrête au Caire où il rencontre diverses notabilités musulmanes.

À son retour à Washington, sa décision est prise : il fait voter par le Congrès l'inscription de l'Arabie sur la liste des nations bénéficiaires de la loi du « prêt-bail » destinée à financer l'effort de guerre contre le nazisme ! Le pétrole séoudien apparaît d'ores et déjà comme un enjeu majeur de la guerre et de l'après-guerre. Il est exploité exclusivement par un consortium américain connu à partir du 31 janvier 1944 sous le nom d'Aramco (Arabian American Oil Co). 

Un fauteuil pour deux

Début 1945, à l'insu des Britanniques, le président américain propose à Ibn Séoud de le rencontrer et le roi ne peut faire moins que d'accepter. L'empereur d'Éthiopie Hailé Sélassié 1er est aussi de la partie. Il est vrai que lui est vraiment concerné par la guerre, son pays ayant été envahi par l'Italie de Mussolini.

La rencontre a lieu sur le cuirassé Quincy, aux amarres sur le grand lac Amer, au milieu du canal de Suez, au retour de la conférence de Yalta.

Roosevelt et Ibn Séoud vont se jauger pendant deux jours en débattant mollement de la colonisation juive en Palestine. Enfin, ils passent aux choses sérieuses, à savoir l'avenir de la dynastie séoudienne et du pétrole arabe. Ils concluent un pacte par lequel les Américains garantissent au monarque et à ses successeurs une protection militaire sans faille en échange d'un accès aux gisements pétroliers.

Ibn Séoud octroie à l'Aramco un monopole d'exploitation de tous les gisements pétroliers du royaume pour une durée d'au moins soixante ans en échange d'un loyer versé au roi (le pacte a été renouvelé pour soixante ans en 2005). En guise de conclusion et pour marquer son contentement, le président handicapé fait don au roi de son fauteuil roulant !

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-07-20 09:40:40

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le surnom d'«Immortel» donné aux membres de l'Académie française ?

Réponse
Publicité