La Suède - De l’ère des libertés à Bernadotte III (1720-1844) - Herodote.net

La Suède

De l’ère des libertés à Bernadotte III (1720-1844)

Entre 1720 et 1844, la Suède a connu une série de bouleversements politiques comme jamais au cours de son Histoire, passant sans transition du parlementarisme à l’absolutisme. Durant cette période, le royaume va traverser une série de soubresauts tels que des coups d’État et même un régicide.

Ironie du sort, c’est l’arrivée sur le trône d’un maréchal étranger qui assurera la mise en place d’un régime équilibré, à l’origine de la démocratie suédoise.

Enfin, la configuration géographique du pays sera elle-même profondément bouleversée par les guerres napoléoniennes, puisqu’après avoir colonisé durant des siècles la Finlande, la Suède sera unie à la Norvège, changeant complètement le centre de gravité du pays.

Julien colliat

Couronnement de Bernadotte qui devient roi de Suède et de Norvège le 7 septembre 1818, Jacob Edward Munch, 1822,, Collection royale d'Oslo, Norvège.

« Chapeaux » contre « Bonnets »

Après la mort de Charles XII, le régime parlementaire mis en place est rapidement dominé par Arvid Horn, un ancien général finlandais. Occupant le poste de chancelier de 1720 à 1738, il réorganise l’administration et reconstruit le pays, ruiné par un siècle de guerres.

Arvid Horn, par Georg Engelhard Schröder et Lorens Pasch the Elder, Nationalmuseum, Stockholm, Suède.Très prudent, Horn s’évertue à tenir la Suède à l'écart des conflits européens. Il freine ainsi les partisans de Charles-Frédéric de Holstein-Gottorp, neveu de Charles XII et gendre de Pierre le Grand, qui veulent placer le prince sur le trône de Suède et souhaitent entraîner le pays dans les querelles de la cour de Russie.

De la même manière, il n'intervient pas dans la guerre de succession de Pologne, où Stanislas Leszczynski, beau-père de Louis XV et ancien allié des Suédois, tente de reprendre son trône. La politique étrangère timorée de Horn ne tarde pas à se heurter à l’opposition d’un parti « patriote » qui veut à tout prix prendre sa revanche sur la Russie.

Composé de jeunes officiers nostalgiques de Charles XII, ce nouveau parti se fait appeler les « Chapeaux » par opposition à leurs adversaires qu'ils surnomment les « Bonnets », en référence aux bonnets de nuit ! Soutenus par la France, les « Chapeaux » prennent le contrôle du Parlement en 1738 et obtiennent la démission de Horn.

Adolphe-Frédéric de Suède, Gustaf Lundberg, XVIIIe siècle, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg Russie.En 1741, appelée en renfort par Élisabeth Ière dans un conflit de succession, la Suède déclare la guerre à la Russie. Mal préparée, l’armée suédoise est vaincue et doit évacuer la Finlande. Deux ans plus tard, 12 000 soldats russes débarquent près de Stockholm et défilent dans les rues de la capitale. Le royaume est contraint à de très lourdes concessions pour récupérer une partie de la Finlande.

Peu intéressé par les affaires publiques, le roi Frédéric Ier n’a pas d’enfant et la question de sa succession ne tarde pas à se poser. Sous la pression de la Russie, le Parlement choisit comme prince-héritier Adolphe-Frédéric de Holstein-Gottorp, prince-évêque de Lübeck et époux de la sœur de Frédéric II de Prusse.

Devenu roi en 1751, celui-ci essaie de reprendre en main le gouvernement et tente même un coup d’État en 1756. À la suite de cet échec, il ne reviendra jamais sur le devant de la scène et laisse les clés du royaume aux parlementaires.

Ses finances publiques étant régulièrement renflouées par la France, la Suède participe à ses côtés à la guerre de Sept Ans. La campagne de Poméranie s’avère être un fiasco pour les Scandinaves. Heureusement, l’habile Frédéric Axel de Fersen, leader des « Chapeaux », parvient à obtenir du roi de Prusse la préservation de l’intégralité de la Poméranie suédoise lors du traité de Hambourg en mai 1762.

Académie royale des sciences de Stockholm.

L’essor intellectuel et scientifique

Si le XVIIIe siècle marque le déclin politique et militaire de la Suède, le royaume connaît en revanche une véritable effervescence intellectuelle. En 1739 est fondée par exemple l'Académie royale des sciences de Suède, qui joue aujourd’hui le rôle de comité de sélection pour les prix Nobel de physique et de chimie.

C’est dans le domaine des sciences de la nature et des sciences exactes que les Suédois s’illustrent particulièrement, tels le botaniste Carl von Linné qui établit une classification systématique de l’ensemble des espèces vivantes, le physicien Anders Celsius, inventeur du thermomètre centigrade, ou encore Carl Wilhelm Scheele, créateur de la chimie organique et découvreur de l’oxygène et du chlore.

En 1764, les « Chapeaux » sont évincés du gouvernement par les « Bonnets ». L’alliance avec la France est rompue au profit de l’Angleterre. Les « Bonnets » mettent en œuvre une politique favorable aux libertés publiques et aux échanges et font de la liberté de la presse une loi fondamentale du royaume. Mais les sempiternels et insolubles conflits opposant « Chapeaux » et « Bonnets », paralysent l’action du gouvernement, d’autant plus que chacun des partis est financé par des puissances étrangères antagonistes.

Le 12 février 1771, le roi Adolphe-Frédéric meurt. Son fils, Gustave III, est un homme intelligent, cultivé et passionné par les affaires publiques. Appuyé par la France, le nouveau souverain souhaite remodeler la Constitution dans un esprit plus monarchique, afin de pouvoir réformer efficacement l’État selon les principes du despotisme éclairé dont il se revendique.


Publié ou mis à jour le : 2019-09-16 10:50:35

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net