240 av. J.-C. à 680 - L'Algérie des origines à l'occupation romaine - Herodote.net

240 av. J.-C. à 680

L'Algérie des origines à l'occupation romaine

L'Algérie entre dans l'Histoire avec Massinissa et son petit-fils Jugurtha, qui commandent les tribus numides établies à l'est de Constantine, à cheval sur l'Algérie et la Tunisie actuelles.

Antiquités algériennes

La vie des deux héros, racontée par l'historien romain Salluste dans Les guerres numides, ressemble en tous points à une chanson de geste.

- Les amours contrariés de Massinissa et Sophonisbe :

Massinissa est élevé à Carthage, prospère colonie phénicienne implantée au nord de Tunis. Devenu adulte, il met sa cavalerie au service des Carthaginois et combat avec eux son rival Syphax et les Romains. Puis il change de camp et rejoint le Romain Scipion. Les Carthaginois, qui devaient lui donner en mariage la princesse Sophonisbe, fiancent celle-ci à Syphax.

Qu'à cela ne tienne. Massinissa capture Syphax. Il récupère sa promise et se dispose à l'épouser. Mais voilà que son allié Scipion exige d'exhiber Sophonisbe lors de son prochain triomphe, à Rome. Plutôt que de livrer la malheureuse, Massinissa lui donne du poison la nuit même de ses noces. «Moi, je ne perds que la vie», aurait-elle alors dit.

Pour Massinissa, la vie continue donc. Sa cavalerie, alliée aux légions romaines, défait les Carthaginois sous les murs de Zama, sa capitale, en 202 avant JC. La lune de miel entre Rome et le royaume numide va durer jusqu'à l'avènement de Jugurtha, petit-fils de Massinissa et neveu de son successeur Micipsa.

- Jugurtha, le dernier résistant :

Brutal et cynique, Jugurtha massacre les deux fils de Micipsa et réunit la Numidie sous son autorité. Il s'en prend aussi aux marchands romains. Sommé de se justifier, il tente pendant un temps d'éteindre la colère de Rome en stipendiant sénateurs et consuls. «Ville à vendre», s'écrie-t-il en quittant Rome, «il ne te manque qu'un acheteur».

Rome envoie une première armée à la poursuite de Jugurtha mais elle est battue et contrainte de passer sous le joug. Le consul Metellus et son adjoint Marius partent à leur tour combattre les Numides. Après l'éviction de Metellus, Marius prend la tête des opérations avec le titre de consul.

Jugurtha résiste à Marius et aux Romains en pratiquant la guérilla. Mais le questeur de Marius, Sylla, soudoie le beau-père de Jugurtha, Bocchus, qui règne sur la Maurétanie, à savoir l'Algérie occidentale et le Maroc actuel. Le roi des Maures attire son gendre dans un guet-apens et le livre en 105 avant JC aux Romains.

C'est la fin des guerres numides.

Bocchus devient le nouvel ami des Romains cependant que Jugurtha est exhibé au triomphe de Marius puis étranglé dans la prison du Tullianum, comme plus tard un autre héros national... le Gaulois Vercingétorix. Les Tunisiens d'aujourd'hui voient dans Jugurtha le premier symbole de la résistance nationale à l'oppression. Habib Bourguiba, fondateur de la Tunisie moderne, se présentait volontiers comme son héritier.


Publié ou mis à jour le : 2019-03-05 12:06:27

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net