Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> Photographie
Innovations et vie quotidienne
Le vélocipède
• 3 février 1468 : Gutenberg nous lègue l'imprimerie
• 8 décembre 1554 : Ambroise Paré devient docteur en chirurgie
• 12 juillet 1793 : Chappe présente le télégraphe
• 14 mai 1796 : Jenner invente la vaccination
• 2 janvier 1812 : Delessert décoré pour du sucre
• 10 âoût 1826 : Baudry crée les premiers omnibus
• 19 août 1839 : La France fait don de la photo au monde
• 6 mai 1840 : Rowland invente le timbre-poste
• 27 août 1859 : Drake extrait du pétrole
• 22 octobre 1879 : Edison invente l'ampoule électrique
• 12 août 1908 : Henry Ford produit des voitures en série
• 15 novembre 1971 : Intel invente le microprocesseur
• 13 mars 1989 : Tim Berners-Lee invente le web
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Photographie

Un nouveau regard


L’invention de la photographie ne fut pas le fruit du hasard mais d’une longue gestation.

Il y a d'abord la découverte par Aristote de l'image inversée qui apparaît dans une « chambre noire ». Léonard de Vinci creuse le sujet. Au XVIIIe siècle, les recherches se multiplient d'autre part pour tirer parti de la sensibilité à la lumière des sels d’argent avant que le chimiste anglais Thomas Wedgwood n'arrive à fixer des images l'espace de quelques secondes.

Une nouvelle façon de regarder le monde

« Il y a [...] des gens qui savent voir et d’autres qui ne savent même pas regarder » (Nadar).

« L’écriture du soleil »

Il faut attendre la coopération entre Nicéphore Niepce (1765-1833) et Louis Daguerre (1787-1851) pour obtenir des résultats encourageants. Le premier, en 1826, a capturé l’image du célèbre « Point de vue de la fenêtre » après plusieurs jours de pose grâce à son procédé de fixation des images, baptisé « héliographie » (du bitume de Judée sur une plaque d'étain polie) ; le second, en 1829, lui apporte la technique de la chambre noire (qui permet de réduire le temps de pose à quelques minutes)... et son sens du commerce.

La mort de Niepce, en 1833, ne met pas fin à l'aventure dont le rythme va même s'accélérer : moins de cinq ans plus tard, Daguerre présente son daguerréotype à François Arago, savant et homme politique. Celui-ci s'empresse de jouer de son influence pour pousser l'État à se rendre acquéreur de l'invention puis à « en doter libéralement le monde entier », lors de la séance historique du 19 août 1839 devant les Académies des sciences et des beaux-arts.

La France du « roi-bourgeois » Louis-Philippe 1er prend ainsi de vitesse l'Angleterre de Fox Talbot (1800-1877). Ce dernier met toutefois au point un procédé permettant de multiplier les épreuves positives à partir d'un négatif.

Le succès est immédiat et phénoménal : alors qu'en ville les files d'attentes se forment devant les opticiens qui ont réussi à se procurer le matériel, les amateurs commencent à traverser les océans pour prendre des vues du Nouveau Monde ou d'Égypte.

Sans cesse amélioré, avec désormais un temps de pose de quelques secondes, le daguerréotype prend vite la place des portraits en miniature dans les salons des familles bourgeoises.

Bienvenue pour une séance de supplice !

Il faut beaucoup de bonne volonté pour, les premières années, aller se «  faire tirer le portrait  » .

Non seulement la séance est hors de prix (5 frs alors qu’un ouvrier en gagne 1 par jour), mais elle est aussi une véritable torture.

Le volontaire doit se tenir immobile de longues secondes en plein soleil, aidé pour cela par un appui-tête plus ou moins confortable, le visage couvert de farine pour mieux prendre la lumière.

On comprend dès lors que les modèles des portraits de l’époque paraissent quelque peu figés et peu souriants !

Du négatif à la carte de visite

Cependant le procédé reste lourd et la reproduction des images impossible. L’Anglais Talbot prend en 1841 sa revanche en mettant au point le calotype, c’est-à-dire la technique du négatif sur papier...


Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2015-07-09 14:41:17

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Marie-Claire Cano (15-10-200817:33:06)

Je viens de lire avec attention votre dossier sur la photographie, et je suis étonnée qu'il ne soit pas fait mention d'Arthur Batut, inventeur de l'aérophotographie par cerf-volant à Labruguière, dans le Tarn, en 1888, et du portrait-type. C'est là qu'a été créé l'Espace Arthur Batut, un musée qui présente son cerf-volant, et ses oeuvres. Un ouvrage lui est consacré, il devait être publié aux Editions Privat en mai 2008 en collaboration avec les Archives Départementales du Tarn.
Je vous r... Lire la suite

Desmarès Jean (14-10-200810:27:10)

L'idée de la photographie lui était venue lorsqu'il perdit son fils suite à son départ au service militaire. Car depuis 1813 Niepce s'intéressait à la lithographie. C'était son fils Isidore qui était chargé de dessiner sur les pierres les figures à reproduire. Il fallait qu'il trouve un autre moyen. Il mit donc au point une méthode lui permettant de reproduire directement un dessin sur la pierre. Il décida d'utiliser le bitume de Judée, Le bitume de Judée, qui est un genre d'asphalte, possédant ... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À qui doit-on l'invention du paratonnerre ?

Réponse
Publicité