Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> Paris 1900
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

Paris 1900

La Ville spectacle


Paris 1900

En ces temps de morosité climatique autant que politique et sociale, rien ne vaut une visite au Petit Palais, pour qui a la chance de passer par Paris. Bonheur assuré dans les fanfreluches des cocottes et les volutes de l'Art nouveau.

L'exposition qui se tient jusqu'au 17 août 2014 nous offre en effet un panorama de Paris en 1900, à l'époque de l'Exposition universelle.

Oh, il ne s'agit pas du Paris ouvrier ou prolétaire que décrit Zola mais du Paris aristocratique et bourgeois de Proust, qui a fait la réputation de la Ville Lumière quand elle attirait comme autant de lucioles les artistes et les fêtards du monde entier.

Toutes les facettes de la vie parisienne à la « Belle Époque » se déroulent au fil des salles, à travers plusieurs centaines de pièces, objets, oeuvres d'art et films (y compris Le voyage dans la Lune de Georges Méliès) : arts plastiques et arts décoratifs, mode, vie nocturne, loisirs...

Exposition Paris 1900, salle de l'Art nouveau (Petit Palais)
Le Petit Palais : fastes républicains et raffinés

Aucun endroit n'était plus qualifié que le Petit Palais pour accueillir l'exposition Paris 1900. Ce joyau architectural inondé de lumière, aux formes rondes et aux caryatides souriantes, est l'œuvre de Charles Girault, un architecte plus célèbre en Belgique que dans son pays natal.

Ordonné autour d'un patio circulaire, le Petit Palais, propriété de la municipalité parisienne, abrite aujourd'hui de riches collections permanentes en accès libre.

Il a été érigé pour l'Exposition 1900, de même que le Grand Palais qui lui fait face, de l'autre côté de l'avenue Winston Churchill. Cette avenue, au débouché du pont Alexandre III, le plus fantasque et le plus beau de Paris, fut d'abord baptisée Nicolas II, ce tsar ayant eu l'honneur d'inaugurer le pont dédié à son père, peu avant l'ouverture de l'Exposition de 1900.

Le Petit Palais de Charles Girault (Paris) au début du XXe siècle

La Ville Lumière

Table trognon d'Alfons Mucha (1900)Inaugurée le 14 avril 1900 par le président Émile Loubet, l'Exposition universelle a marqué à sa manière l'apogée de la civilisation européenne et de la République française.

Jusqu'à sa clôture le 12 novembre 1900, elle a accueilli plus de cinquante millions de visiteurs sur cent vingt hectares, sur les Champs-Élysées, l'esplanade des Invalides, le Champ-de-Mars, sur les quais de la Seine et aussi dans le bois de Vincennes où se sont déroulés simultanément les deuxièmes Jeux Olympiques de l'ère moderne.

La première ligne de métro parisienne a été inaugurée à cette occasion - en retard sur l'exposition -.

Curieusement, sur la porte monumentale qui figurait l'entrée de l'exposition, sur la place de la Concorde, ce n'est pas une Marianne républicaine et martiale que l'on a représentée mais une coquette parisienne !

Exposition universelle de Paris, 1900, entrée monumentale de la Concorde

La rue des Nations, le long de la Seine (exposition universelle de Paris, 1900)L'exposition actuelle restitue cette atmosphère grandiose et féerique, avec les décors d'Alfons Mucha, les vues des bords de Seine, les maquettes des pavillons etc.

Les pavillons nationaux de tous les styles et de tous les goûts - y compris du plus mauvais - s'épanouissent le temps d'une saison au milieu de la capitale.

Mais Paris ne se réduit pas à l'exposition. La ville, au tournant du siècle, apparaît comme l'un des hauts lieux de la modernité et de l'innovation.

Jean Béraud, Parisienne sur la place de la Concorde vers 1890 (musée Carnavalet, Paris)

Le Chabanais, célèbre maison close parisienne du début du XXe siècleLe cinématographe, la bicyclette et l'automobile sont les symboles de cette « Belle Époque », mais aussi les « maisons closes » comme le Chabanais que fréquente assidûment le prince de Galles, futur Édouard VII. On peut voir au Petit Palais une très curieuse « chaise de volupté », accordée à son embonpoint...

Les journaux se vendent comme des petits pains. Les lieux festifs, cafés-concerts, théâtres et restaurants, accueillent un public de plus en plus nombreux, encouragé par une croissance économique forte, de l'ordre de 4% par an.

Les artistes de toutes origines se retrouvent dans les hauts lieux de la capitale. Les peintres, de Toulouse-Lautrec à Picasso, les poètes, de Guillaume Apollinaire à Jean Cocteau, et bien sûr les muses et autres « cocottes », comme Cléo de Mérode (1875-1966), Liane de Pougy (1869-1950), Caroline Otero (1868-1965).

André Larané
Réception au mariage de Sacha Guitry et Yvonne Printemps : de gauche à droite, Henry Herz, Georges Feydeau, Mme Herz, Sarah Bernhardt (assise), Yvonne Printemps, Jeanne Desclos, Tristan Bernard, Sacha et Lucien Guitry


Entrée : 11 euros (tarif réduit : 8 euros)
Site internet : cliquez ici

Localisation :
Petit Palais, avenue Winston Churchill 78008 Paris

Publié ou mis à jour le : 2016-06-30 14:08:57

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quel roi est à l'origine des Plaisirs de l'Île enchantée ?

Réponse
Publicité