Prix Nobel de littérature

La langue française en pleine gloire

Le 6 octobre 2022, la romancière Annie Ernaux a été la première Française à se voir attribuer le Prix Nobel de littérature...

16 ! C'est le nombre de prix Nobel de littérature que la France peut s'enorgueillir d'avoir reçus depuis la création de la récompense, en 1901. Dès la première session, Sully Prudhomme (aujourd'hui oublié) repart avec la fameuse récompense, ouvrant la voie à une belle cohorte de successeurs : des poètes (le régionaliste Frédéric Mistral en 1904 et l'ésotérique Saint-John Perse en 1960), un militant de la paix (Romain Rolland en 1915),  un touche-à-tout (Anatole France en 1921), quelques amateurs de philosophie (Henry Bergson en 1927, Albert Camus en 1957, Jean-Paul Sartre en 1964). Les romanciers sont évidemment en bonne place (Roger Martin du Gard en 1937, André Gide en 1947, François Mauriac en 1952, Claude Simon en 1985).

Bien qu'Irlandais, Samuel Beckett, lauréat du Nobel en 1969, mérite de figurer au palmarès car il a été récompensé en grande partie pour son œuvre écrite dans notre langue. Ajoutons Gao Xingjian, lauréat du Nobel en 2000. Il est né en Chine mais a été naturalisé français et écrit aussi bien en chinois qu'en français. Loin d'avoir faibli avec les années, cette belle collecte s'est enrichie de trois nouveaux prix en moins de 15 ans : J. M. G. Le Clézio en 2008, Patrick Modiano en 2014 et donc Annie Ernaux en 2022.

Un tel bilan a de quoi faire des envieux ! Avec 16 consécrations sur 119, c'est en effet plus d'un lauréat sur 10 qui est français, devant les États-Unis (12) et le Royaume-Uni (10). La France est de ce fait le seul pays à devancer les États-Unis dans une catégorie de Nobel !

Parlé par 300 millions de personnes dans le monde, bien loin derrière le chinois et l'anglais qui culminent à plus d'un milliard, le français montre à travers sa littérature qu'il est encore bien vivant. C'est en français par exemple qu'écrivent la Franco-Marocaine Leïla Slimani et le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr, tous deux prix Goncourt. Il serait toutefois difficile d'expliquer l'attrait exercé par nos Belles Lettres sur les membres de l'académie Nobel : une simple affaire de style ? le goût de l'introspection qui caractérise nombre d'oeuvres récentes ? des auteurs finalement très consensuels qui ne risquent pas, comme Sartre, de créer la polémique ? Quoiqu'il en soit, ne boudons pas notre plaisir ! En faisant entrer Annie Ernaux dans son panthéon, le jury de Stockholm a de nouveau rendu un bel hommage à la langue de Molière et à ses amoureux.

Isabelle Grégor
Publié ou mis à jour le : 2022-10-08 16:23:43

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net