12 mai 2022

Henri Guaino: «Nous marchons vers la guerre comme des somnambules»

Un historien a montré en 2013 (Les Somnambules) que les dirigeants européens étaient entrés dans la Première Guerre mondiale à leur corps défendant, sans l’avoir voulu, simplement en prétendant les uns et les autres se défendre contre une menace supposée. C'est en référence à ce livre qu'Henri Guaino, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, a publié dans Le Figaro une tribune sous le titre : «Nous marchons vers la guerre comme des somnambules».

Excellente intuition. Herodote.net avait déjà appliqué l'expression à la guerre d'Ukraine, le 9 mars, dans Les Causes politiques de la guerre (page 51) : « Inaptes à s’émanciper de la tutelle américaine, les dirigeants européens s’avancent tels des somnambules vers un avenir dont ils ont perdu la maîtrise… »

Henri Guaino craint un affrontement direct entre la Russie et l’Occident par une escalade incontrôlée : « La guerre, c’est, depuis toujours, la libération de tout ce qu’il y a dans la nature humaine de sauvagerie et d’instinct meurtrier, une montée aux extrêmes qui finit toujours par emporter malgré eux les combattants comme les dirigeants. Ni Churchill, ni Roosevelt, n’avaient pensé qu’un jour ils ordonneraient de bombarder massivement les villes allemandes pour casser le moral de la population, ni Truman qu’il finirait en 1945 par recourir à la bombe atomique pour casser la résistance japonaise. Kennedy en envoyant quelques centaines de conseillers militaires au Vietnam en 1961 ne pensait pas que huit ans plus tard l’Amérique y engagerait plus d’un demi-million d’hommes, y effectuerait des bombardements massifs au napalm, et serait responsable du massacre de villages entiers », rappelle-t-il avec justesse.

Dans la guerre d’Ukraine, il note aussi comme nous que certains protagonistes, à savoir les États-Unis et leurs alliés (en premier lieu la Pologne), jettent sciemment de l’huile sur le feu, au risque de provoquer un cataclysme dont tous les Européens sortiront en loques : « Quand on agite devant elle la perspective de l’adhésion à l’Otan de la Finlande, de la Suède , de la Moldavie et de la Géorgie en plus de celle de l’Ukraine, quand le secrétaire américain à la Défense déclare que les États-Unis « souhaitent voir la Russie affaiblie au point qu’elle ne puisse plus faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine », quand le président des États-Unis se laisse aller à traiter le président russe de boucher, à déclarer que « pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir» et demande au Congrès 20 milliards de dollars en plus des 3 milliards et demi déjà dépensés par les États-Unis pour fournir en masse des chars, des avions, des missiles, des canons, des drones aux Ukrainiens, on comprend que la stratégie qui vise à acculer la Russie n’a plus de limite. Mais elle sous-estime la résilience du peuple russe, comme les Russes ont sous-estimé la résilience des Ukrainiens. Acculer la Russie, c’est la pousser à surenchérir dans la violence. Jusqu’où?... »


En savoir plus avec Le Figaro
Edzodu (19-05-2022 13:40:45)

Bonjour, Effectivement, nous sommes des somnambules qui marchons dans le brouillard, nous laissant guidés par un système géopolitique étasunien l'ONU, qui pousse ses pions toujours vers l'Est repouss... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net