Le dictionnaire de l'Histoire

Genève

Capitale des Allobroges (peuple celte) sous l'Antiquité, au bord du lac Léman (ou lac de Genève), Genève (ou Geneva) tombe au Moyen Âge dans le giron du duché de Savoie. En 1526, la cité signe le «traité de combourgoisie» avec les cantons helvétiques voisins. En 1530 enfin, par le premier traité de Saint-Julien-en-Genevois, elle obtient du duc de Savoie la reconnaissance de son indépendance et devient dès lors une république libre associée à la confédération helvétique. Cette indépendance sera confirmée en 1603 par le second traité de Saint-Julien.

Entre temps, la république s'est convertie à la Réforme religieuse (ou Réformation) à l'instigation des prédicateurs Guillaume Farel et surtout Jean Calvin. Ce dernier fait d'elle le siège européen du calvinisme.

Après l'occupation française, sous la Révolution et l'Empire, la république devient un canton suisse. Au XXe siècle, Genève sera choisie pour héberger l'éphémère SDN (Société des Nations) ainsi que le BIT (Bureau International du Travail) et l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Voir : Genève, cité rebelle autant qu'austère

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net