De Watteau à Fragonard

Les fêtes galantes


De Watteau à Fragonard

Inédit et séduisant. Le musée Jacquemart-André (Paris) présente jusqu'au 21 juillet 2014 une rétrospective sur un genre populaire et méconnu, les « fêtes galantes », qui a couru sur les deux tiers du XVIIIe siècle.

Ces toiles, pour la plupart de petite taille, ont fait les délices des riches financiers de l'Ancien Régime, désireux de rêve et de féerie, loin de la peinture d'histoire officielle ou des compositions mythologiques quelques peu salaces.

Baigneuses à une fontaine dans un paysage (Jean-Baptiste Pater, vers 1730, 66x82,5 cm, musée de Grenoble)Là, tout est dans le non-dit. L'on voit sur un fond de nature aimable des groupes de jeunes gens élégants qui devisent gaiement avec d'évidents sous-entendus érotiques.

D'ailleurs, les contemporains appelaient « conversations » ou « assemblées » ces peintures dérivées des pastorales italiennes et flamandes et dont le genre fut inventé et popularisé par un talentueux et jeune peintre de Valenciennes, Antoine Watteau (1684-1721).

Il conçut ses premières « fêtes galantes » vers 1710, alors que le règne de Louis XIV s'achevait dans la guerre, les disettes et la rigueur morale. Il mourut prématurément à 37 ans, en 1721, en pleine Régence, dans une France en ébullition où les aristocrates longtemps tenus en lisière tentaient de rattraper le temps perdu.

Mais après lui, d'autres peintres poursuivirent sur la même voie : Nicolas Lancret (1690-1743), Jean-Baptiste Pater (1695-1736) et, plus loin dans le siècle, François Boucher (1703-1770) et Jean-Honoré Fragonard (1732-1806).

Pastorale (François Boucher, 1760, 64,5 x 81 cm, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle)

Le genre s'éloigne de la représentation d'une nature idéalisée et glisse vers des représentations de jardins policés, agrémentés de ruines romantiques et d'éléments architecturaux réels, avec non plus d'élégantes Parisiennes mais des bergères de fantaisie.

Le musée Jacquemart-André montre de salle en salle, à travers une soixantaine d'œuvres représentatives, l'évolution du genre jusqu'à son extinction dans les années 1770, à l'avènement de Louis XVI.

La fête à Saint-Cloud, détail (Jean-Honoré Fragonard, vers 1775-1780, 211x331 cm, Banque de France, Paris)



Entrée : 12 euros euros (tarif réduit : 10 euros euros)
Courriel : cliquez ici
Site internet : cliquez ici

Localisation :
Musée Jacquemart-André 75008 Paris

Publié ou mis à jour le : 2016-06-30 14:08:57

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net