15 août 2007 - Clin d'oeil : la malédiction des chauves - Herodote.net

15 août 2007

Clin d'oeil : la malédiction des chauves

De Joseph Caillaux à Laurent Fabius en passant par Valéry Giscard d'Estaing et Alain Juppé, le désamour des citoyens met en échec la compétence et le sens de l'État...

Joseph Caillaux (1863-1944), Valéry Giscard d'Estaing (né en 1926), Laurent Fabius (né en 1946), Alain Juppé (né en 1945) sont quatre hommes d'État du XXe siècle.

Ils ont en commun d'avoir été inspecteurs des finances à l'exception de Laurent Fabius qui a préféré le Conseil d'État (mais la différence n'est pas grande).

Ils ont aussi en commun une intelligence hors normes, une maîtrise parfaite des finances publiques, une grande imagination et un sincère sens de l'intérêt général.

Ils partagent une conscience aiguë de leur supériorité intellectuelle qui confine à l'arrogance, d'où hélas une relation de séduction-répulsion avec leurs concitoyens.

Tous les quatre sont par ailleurs aussi chauves que le Puy-de-Dôme !

– Joseph Caillaux a mis en place l'impôt progressif sur le revenu et, plus important, évité en 1911 un conflit prématuré entre la France et l'Allemagne.

En 1914, ce pacifiste de raison est évincé du pouvoir par Raymond Poincaré et Georges Clemenceau. On connaît la suite : c'est la Grande Guerre. Au plus fort de celle-ci, en 1917, Georges Clemenceau menace de faire fusiller Joseph Caillaux, auquel il reproche ses tentatives de paix. Débarrassée des «traîtres» et des «pacifistes», l'Europe ira jusqu'au bout de son suicide...

– Valéry Giscard d'Estaing, élu président de la République en 1974, a modernisé les institutions et les moeurs du pays comme aucun président après lui. Cela ne l'a pas empêché d'être congédié par les électeurs dès le terme de son premier mandat.

– Premier ministre, Alain Juppé a tenté de réformer la Sécurité Sociale en 1995. Applaudie par les députés mais mal expliquée, sa réforme a jeté les citoyens dans la rue.

Indéfectible fidèle de Jacques Chirac, Alain Juppé a ensuite porté le chapeau pour une affaire de détournement d'argent au sein de son parti.

Sollicité enfin par le président Nicolas Sarkozy pour un ministère d'État en charge de l'environnement et de l'équipement, il a été obligé de démissionner quelques jours plus tard sous le prétexte d'avoir été battu de quelques centaines de voix dans une élection de député.

Paradoxe : dans le même temps, les 10 mai et 19 juin, le gouvernement Fillon accueillait une vingtaine de personnalités de second rang qui se gardaient bien de se porter candidat dans une quelconque élection (ou, comme Bernard Kouchner, n'ont jamais essuyé que des défaites !).

– Laurent Fabius fut à 38 ans, en 1984, l'un des plus jeunes Premiers ministres qu'ait eu la France. Il remit l'économie sur les rails après la confusion des premières années Mitterrand mais dut affronter une impopularité massive, y compris dans son camp, la gauche socialiste.

Les militants socialistes lui refusèrent obstinément leur confiance... Pourtant, c'est lui qui, en quelques mots bien sentis, a fait basculer l'opinion publique en faveur du Non à la Constitution européenne lors du référendum du 29 mai 2005.

Privé de l'investiture socialiste lors des élections présidentielles du printemps 2007, il assista sans mot dire à la défaite flamboyante de Ségolène Royal...

Mais après le premier tour des élections législatives de juin 2007, alors que chacun s'attendait à un raz-de-marée de la droite, il obligea par une question habile le ministre de l'Économie à confesser une prochaine augmentation de la TVA. Le «tsunami bleu» fit flop ! Plus grave, le président Sarkozy dut remettre à plat son architecture gouvernementale et se priver de son ministre le plus expérimenté... Alain Juppé.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net