30 mai 1837 - Abd el-Kader et Bugeaud signent le traité de la Tafna - Herodote.net

30 mai 1837

Abd el-Kader et Bugeaud signent le traité de la Tafna

Le 30 mai 1837, le général Thomas Bugeaud conclut avec l'émir Abd el-Kader le traité de la Tafna. Peu désireux de soumettre l'Algérie, il espère, grâce à ce traité, pouvoir limiter la présence française au littoral...

Compromis avec les chefs locaux

Après la prise d'Alger pour des raisons de politique intérieure, la France veut limiter l'occupation de l'Algérie à quelques ports du littoral : Oran, Mostaganem, Bône et bien sûr Alger. Dans cette perspective, le gouvernement du roi Louis-Philippe Ier se garde de renverser les chefs traditionnels musulmans qui tiennent l'intérieur du pays.

Dans le Constantinois, les Français s'appuient sur le bey Ahmed. En Algérie occidentale, ils s'appuient sur Abd el-Kader, un marabout qui s'enorgueillit de descendre du Prophète. Il a été proclamé à 25 ans émir des tribus de Mascara, une région proche d'Oran. Les Français comptent sur lui pour pacifier l'arrière-pays et l'aident à constituer son armée : 2 000 cavaliers, 8 000 fantassins avec fusils modernes à baïonnette, 250 artilleurs etc.

Mais le jeune Abd el-Kader ne supporte bientôt plus la présence des Français impies. Renonçant à sa vocation première, l'étude des textes sacrés, il engage la lutte contre les intrus et met en échec le général Trezel dans les marais de La Macta le 26 juin 1835.

Le général Thomas Bugeaud se doit de venger cette défaite. C'est chose faite lors d'une bataille livrée aux troupes de l'émir à Sickak (ou Sikkak).

Un traité conciliant mais ambigu

Fort de sa victoire, Bugeaud impose à Abd el-Kader le traité de paix de La Tafna. Par désir d'accommodement, il laisse l'émir maître de l'arrière-pays d'Oran et d'Alger et ne prête pas attention aux erreurs et aux non-dits du traité.

Or, il se trouve que les limites du royaume d'Abd el-Kader englobent la tribu des Ben Zetoun, fidèle aux Français. Abd el-Kader ne se fait pas faute de les égorger, à l'exception de 1 600 survivants que recueillent les Français.

Bugeaud n'a cure de cet acte inique. Il juge sa mission accomplie et se rembarque pour la France en déplorant une « possession onéreuse dont la nation serait bien aise d'être débarrassée ».

Sur place, la situation se dégrade. Voilà que le bey Ahmed n'accepte plus de faire allégeance aux Français. Le maréchal Sylvain Valée s'empare non sans mal de sa capitale Constantine le 13 octobre 1837.

C'est la première opération militaire d'une certaine ampleur depuis le début de l'occupation.

Pour relier Constantine à Alger, le duc d'Orléans franchit une gorge située sur le territoire d'Abd el-Kader : les « Portes de fer ».

Abd el-Kader ne se fait pas faute de dénoncer une violation du traité de La Tafna. Il proclame la guerre sainte le 18 novembre 1839.

Aussitôt, ses cavaliers ravagent la plaine de la Mitidja, derrière Alger, où commencent à s'implanter des colons européens.

L'insurrection devient générale et consacre l'échec de la politique de concertation avec les chefs algériens.

Le gouvernement français doit choisir entre l'évacuation et la riposte. En choisissant cette dernière, il entre dans un engrenage qui va le conduire à occuper tout le pays. C'est ainsi que l'Algérie va devenir le principal champ de bataille de la « monarchie de Juillet ».

Abd el-Kader responsable de la conquête !

L'économiste et historien Alfred Sauvy a pu écrire à propos de l'Algérie : « Le responsable de la conquête n'est pas Bugeaud, mais Abd el-Kader. Les pouvoirs publics français étaient prêts à se contenter de quelques ports marchands, quand la révolte a obligé l'armée à rétablir l'ordre et le Parlement à voter les crédits nécessaires » (note).

Publié ou mis à jour le : 2019-05-21 11:12:11

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net